AEF : Journal d’info n°16

Coupure 40 min

Vos délégués SUD Rail ont remis la pétition lancée à votre demande au directeur de l’AEF et ont échangé avec lui concernant les conséquences que cela a eu sur notre qualité de vie au travail et privée. Le DET nous a indiqué qu’il en était conscient et qu’il était favorable au retour d’une coupure d’une durée de 40 minutes. Lors de ces échanges, il nous a remis la lettre qu’il avait écrite en septembre 2018 auprès de MH afin d’initier une demande de dérogation.

La pétition a recueilli 105 signatures et fort de ce nombre important de signature, le DET s’est engagé à recontacter MH et à relancer la demande de dérogation à l’accord collectif sur l’organisation du temps de travail (Ex RH0077). Pour cela une commission nationale de suivi doit encore se réunir avec les organisations syndicales dites « réformistes » qui ont signé ce texte en 2016, à savoir l’UNSA et la CFDT.

Notre fédération SUD Rail n’étant pas signataire de l’accord de 2016, il lui est interdit de siéger à cette commission, mais nous espérons que ces OS sauront valider, pour une fois, autre chose que des régressions. Cette dérogation est une demande très forte de la part des agents de l’ensemble des services de l’AEF. Vous pouvez compter sur nous, nous continuerons de suivre cette affaire et nous n’hésiterons pas à interpeller le DET si nécessaire.


Horaires Individualisés (HI)

Vos délégués SUD Rail ont découvert dans l’ordre du jour de la prochaine réunion du C.S.E. du 04 avril, l’intention de la direction de l’AEF, d’imposer et d’étendre les HI pour les activités MES, AEF- E et AEF Transverse. Nous rappelons que la mise en place de ces horaires dans un service doit être subordonné d’une part à une demande expresse des salariés intéressés, d’autre part à l’avis favorable du C.S.E. (Article 24 – 5 de l’accord collectif sur l’organisation du temps de travail).

Dans l’accord soumis au vote il est indiqué « Cette application, décidée dans l’intérêt du personnel et sur sa demande, … » Nous n’avons à aucun moment entendu un tel désir de votre part, bien au contraire… Pour choisir la couleur des salles de convivialités, ils savent mettre en place des sondages, mais là, bizarrement, non ! Une nouvelle fois, des décisions sont prises sans concertation et la moindre des choses aurait été de demander aux principaux intéressés : à vous !

De plus, l’accord soumis au vote concernera également les agents déjà aux HI avec une modification des plages horaires. Nous avons donc alerté nos élus SUD Rail siégeant au C.S.E. sur la situation et le manque d’échange de la direction, et avons demandé que SUD Rail se positionne contre l’extension des HI à l’A.E.F. Nous espérons que les autres organisations syndicales feront de même. Dans un souci de transparence, nous vous communiquerons le résultat du vote.


LISTINGS NOTATIONS, VIVE LA CENSURE !

C’est nouveau et bien dans l’ère du temps, la direction décide de priver les agents de leur droit à connaître leur position dans les listings de notations. Sous prétexte de la nouvelle loi de la CNIL, la direction signifie aux élus qu’ils n’auront désormais plus le droit de diffuser aux travers des listings de notations les noms, les grades, les qualifications etc… Pour la direction les agents doivent s’adresser à leurs DPX alors que ceux-ci ne possèdent pas les informations, et ne connaissent pas les accords en cours (ex: application RH0910).

Par cet acte, le management rend totalement opaque l’exercice de notation, et empêche les agents d’avoir accès à des informations capitales pour leur déroulement de carrière, sûrement une nouvelle manière de pouvoir faire des économies sur le dos des agents ! La question qu’on aurait pu poser aux salariés (dans une entreprise ” normale”) : Souhaitez-vous que les listings de notations soient diffusés à tous les agents?

L’entreprise est en pleine mutation et le but des directions nationales est de supprimer à terme les notations pour que chaque agent négocie sont bout de gras avec son hiérarchique… Toujours plus d’opacité…


C.S.E. Matériel Industriel

A ce jour, un travail rigoureux des élus a été effectué malgré des convocations de réunions hors délai et sans limite sur leur vie privée ou même d’attention à la production. La mise en place des CSE s’est heurtée à une multitude de difficultés. L’opposition de la direction et ses entraves régulières ont largement contribué à la non signature des règlements intérieurs et donc à l’avancée des CSE qui auraient dû tous être finalisés à l’heure actuelle.

Pour le CSE MI, depuis le début d’année, la direction a bloqué les négociations en changeant de positions entre les annonces en séance plénière, les bilatérales avec les organisations syndicales et entre les tables rondes.

Depuis le 20 mars, un accord a été signé sur la mise en place du CSE MI et le règlement intérieur est en voie de finalisation. Vos élus SUD Rail ont la volonté d’aboutir à un règlement intérieur permettant une représentativité au plus proche du terrain. De nouvelles réunions sont encore prévues, nous espérons enfin pouvoir travailler sereinement pour le bien des cheminots.

Nos inquiétudes sont grandes face à l’absence de considération de la direction. Des milliers de cheminots du périmètre sont inquiets pour leur avenir. Une seule volonté de vos élus : défendre et protéger au mieux les salariés de l’entreprise


Mutualisation des Activités Sociales et Culturelles (A.S.C.)

La multiplication des CSE a mis en difficulté les A.S.C. (vacances, cantines, billetterie, bibliothèque, associations sportives et culturelles) de la SNCF. Il est donc impératif de mettre en place soit des accords de mutualisation entre les différents CSE du périmètre, soit un accord national instaurant une mutualisation d’une partie des dotations des C.S.E.

Un accord national de mutualisation des CSE dont SUD Rail est signataire a été définitivement adopté le 19 mars. Sans celui-ci, plusieurs centaines de personnels CSE auraient pu être licenciés et les cheminots n’auraient pas pu bénéficier de l’ensemble des activités sociales et culturelles.

Maintenant il reste à négocier avec les différents C.S.E. de notre périmètre géographique, afin que l’ensemble des cheminots de l’A.E.F. puisse bénéficier des A.S.C. du périmètre.


Nos salaires doivent augmenter

L’intéressement 2018, pour SNCF-Mobilités, va tomber sur la fiche de paie du mois d’avril d’un montant moyen de 167 euros (401 € l’année dernière). Les salaires des cheminots n’ont pas connu d’augmentation générale depuis le 1er juillet 2014 soit 56 mois.

Depuis 2015 date de signature par la CFDT et l’UNSA de l’accord intéressement nos salaires sont bloqués. L’intéressement est un piège car il se substitue aux augmentations générales des salaires. La SNCF connait une crise importante d’attractivité depuis quelques années. Ce qui explique les annonces sur le logement en IDF pour les jeunes embauchés. Non seulement la SNCF n’arrive plus à embaucher, mais elle fait face à des départs anticipés importants (ruptures conventionnelles/démissions/départs volontaires: -1213 cheminots en 2017). Il faut contraindre la
direction à des augmentations générales des salaires.


Le volet maladie de la CPRP en danger grave et imminent!

Alors qu’une note de la CPR du 18 décembre 2018 annonçait la fin des prestations maladie de la CPRP pour les cheminots transférés dans les entreprises privées. Une lettre de mission de la ministre des transports datant du 4 février 2019 pourrait étendre cette mesure à l’ensemble des cheminots. « Dans un contexte de fermeture du statut SNCF et d’ouverture du secteur ferroviaire à la concurrence, la question se pose de l’opportunité et la faisabilité de confier à la CPRP SNCF la gestion : du régime spécial […] ces conclusions devront s’inscrire dans le contexte de convergence progressive des droits des assurés et de transfert de leur gestion vers le régime général »

Les conclusions devront être rendues pour le 31 mars 2019.

Or le volet maladie à la CPRP assure une meilleure prise en charge des soins que la sécurité sociale. Par exemple, le volet maladie permet d’avoir accès à des médecins de soin, des spécialistes remboursés à 100% pour les actifs et à 75% pour les ayants droit. Il permet également d’avoir 1 seul jour de carence au lieu de 3. Depuis le 1 janvier 2018, un jour de carence a été instauré pour les cheminots au statut. Les agents contractuels sont également soumis à 1 seul jour de carence au lieu de 3 suite à l’accord RH0984 signé par SUD-Rail.


Heure d’Information Syndicale (HIS)

Dans le chapitre 1 du Statut, il est indiqué que chaque agent a le droit de participer tous les deux mois à l’heure d’information syndicale de son choix et durant ce temps l’agent est considéré comme étant en service.

Nous vous proposons donc de mettre en place sur l’A.E.F. ces réunions afin que nous puissions échanger et débattre ensemble des différentes actualités en cours aussi bien celles concernant le Groupe Public Ferroviaire (GPF) que plus localement à l’A.E.F.. Que vous puissiez lors de ce moment, nous faire remonter vos interrogations et craintes concernant l’actualité sociale de l’entreprise, et si nécessaire, nous nous chargerons de les porter aux instances compétentes via vos délégués et élus.

Tout le monde peut participer à ces réunions, syndiqué ou pas ! Alors n’hésitez pas à venir.

La prochaine H.I.S. se déroulera le lundi 25 mars de 11h à 12h dans la salle Elipsos au 2 ème étage du Hall D avec la présence de Bruno PONCET, membre du bureau fédéral de SUD Rail. Il répondra à vos questions.