Alerte sur la CPRP !

Une mission pour liquider le régime spécial d’assurance maladie des cheminots !?

Une autre conséquence du « pacte ferroviaire » et de la fin du statut des cheminots ; Les 2 ministres (transports et santé) commande un rapport à l’IGAS (inspection générale des affaires sociales) pour « expertiser l’intérêt et la gestion harmonisée des prestations d’assurances maladies au niveau de la branche pour l’ensemble des salariés de la branche ferroviaire »

Jusque-là, rien de scandaleux, pour SUD-Rail, dans le cadre de la défense des conditions d’emplois des travailleurs du rail, il apparait normal de faire bénéficier à l’ensemble des salariés relevant de la branche ferroviaire des garanties sociales des cheminots. Mais quand on continue la lecture de la lettre de mission, on s’aperçoit que les objectifs du gouvernement ne sont pas forcément ceux-là !

Les véritables motivations apparaissent donc … contrairement aux engagements gouvernementaux et de la ministre lors de la grève du printemps dernier, les éléments constitutifs du statut des cheminots sont remis en cause les uns après les autres !
PEPY et les dirigeants de la SNCF annonce vouloir modifier en profondeur le statut et les notations … Le gouvernement confie une mission pour liquider le régime de prévoyance des cheminots !

CE SONT TOUS DES MENTEURS !!

La CPRP confirme le risque !

La CPRP à, de son coté, transmis une note concernant l’analyse de l’impact de la loi du nouveau pacte ferroviaire, édifiant !

C’est clair, en l’état, la conséquence de la fin des recrutements au statut entrainera « une diminution des remboursements de soin » … c’est inacceptable !
Pour SUD-Rail, le gouvernement doit tenir ses engagements et nous revendiquons que chaque travailleur du rail et chaque entreprise ferroviaire privé cotise à la CPRP pour garantir les prestations de soin pour tous ! Les salariés ne seront pas les victimes de la course aux profits lancée par le gouvernement pour servir les subventions publiques de transports aux groupes privées !

Les patrons ne sont jamais contents et en veulent toujours plus !

Alors que la proposition patronale concernant le transfert des cheminots dans le cadre d’une perte de marché TER n’aura trouvé grâce qu’aux yeux de l’UNSA, les patrons vont même, sans aucune pudeur, jusqu’à fustiger le décret qui garantit la rémunération des cheminots et se répandent dans la presse sur l’impossibilité de faire du moins-disant social sur les salaires dans le cadre de l’ouverture à la concurrence… ils montrent là leurs vrais visages !

Les cheminots ne sont pas des coûts ou des marchandises !

Pour garantir nos droits et nos acquis, il va falloir lutter ceux qui veulent nous faire basculer dans le moins disant et la précarité !