Une Z300 prend feu

z5300-incendieLe jeudi 27 février 2014, la rame Z5367 qui assurait la liaison Melun/Montereau via Héricy a pris feu après une disjonction. La rame est arrêtée à 2 km environ de la sous-station de Vulaines-sur-Seine. L’agent de conduite a bien agit et les voyageurs ont tiré des signaux d’alarme pour évacuer au plus vite le train. Le feu est localisé dans le compartiment HT et dans l’espace voyageur de la motrice.

La rame sera par la suite rapatriée à Montereau.
La Direction de l’Etablissement ne juge pas utile, une fois de plus, d’aviser les membres du CHSCT!

Le vendredi 28 février, nous sommes informés de cet accident par la presse! Nous décidons immédiatement de déposer un droit d’alerte.

Malgré notre réaction rapide, la Direction décide de poursuivre l’exploitation commerciale des Z5300 jusqu’à 20h en mettant en danger la vie de ses agents et des voyageurs!

Expertise et hypothèses du matériel.
La rame Z5367 a été expertisée par le centre d’ingénierie du matériel au dépôt de Villeneuve.
Pour la Direction du Matériel une hypothèse se dégage, l’incendie proviendrait d’un problème de montage de la cheminée de soufflage du disjoncteur. Suite à l’amorçage du moteur au passage de la sous-station, la rame disjoncte, mais l’arc électrique n’est pas soufflé, ce qui provoque une fusion des contacts fixe et mobile du disjoncteur. Ce phénomène entretenu par la vitesse du train se propage au plancher bois.

La Direction du Matériel décide de visiter l’ensemble des 23 Z5300 afin de s’assurer que les cheminées de montage sont correctement posées. Ces vérifications ont été effectuées au TMV mais aussi sur les sites de Melun et Monterau, hors cette vérification n’est pas aisée dans ces conditions!

Un contrôle systématique de l’assemblage du couple disjoncteur/cheminée de soufflage est mis en place.

Z_5300Remise en circulation du matériel.

Un CHSCT extraordinaire est organisé le dimanche 2 mars à 15h pour nous présenter ces éléments. A l’issue de cette réunion et malgré nos nombreuses oppositions, le Président du CHSCT décide de reprendre l’exploitation commerciale des Z5300, et puis ce ne sera pas la première ni la dernière fois qu’un train prend feu !

Analyse de la situation

Dans un premier temps, sur la forme du dossier, la Direction de l’Etablissement a pris la fâcheuse habitude de ne plus avertir les membres du CHSCT en cas d’accident grave. Pour le Président du CHSCT, tout va pour le mieux puisqu’il s’agit d’un incident banal, ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’un train prend feu!

Nous verrons bien ce qu’en pense l’inspectrice du travail que nous ne manqueront pas de solliciter!

Dans un second temps, sur le fond du dossier la gestion de l’accident a été désastreuse!

La Direction n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation. Si nous n’avions pas déposé le droit d’alerte nos responsables n’auraient même pas arrêté l’exploitation des 5300.

Pire, bien que conscients de la gravité de l’accident et des risques mortels encourus par ses salariés et les usagers, nos dirigeants ont décidé de poursuivre les trains en 5300 plusieurs heures après le dépôt du droit d’alerte, c’est proprement scandaleux!

En ce qui concerne les résultats de l’enquête, c’est-à-dire le mauvais montage de la cheminée de soufflage, nous nous posons de nombreuses questions et avons de sérieux doutes.

Tout d’abord, aucune autre piste n’a été envisagée par exemple le dysfonctionnement d’un relais sur la chaine de maintien du DJ. Nous avons évoqué cette hypothèse lors du CHSCT extraordinaire, ce qui a eu le don de fortement agacer la Direction puisque seule sa version de l’accident est la bonne, toute autre version étant réfutée sans même une vérification des organes concernés.

Ensuite, la cheminée de soufflage de la Z5367 a été révisée en janvier 2013. Le représentant du matériel nous a affirmé que si son montage est correctement réalisé, l’assemblage disjoncteur/cheminée de soufflage reste solidaire. Par conséquent le mauvais montage de cette cheminée de soufflage date d’un an. Lorsque l’on connaît un tant soit peu les 5300, on sait qu’il arrive fréquemment d’avoir des disjonctions en charge, pourquoi l’incendie ne s’est pas déroulé plus tôt?

z5300-incendie-2Enfin, comment pouvoir affirmer qu’il s’agit d’un problème de montage de la cheminée de soufflage du disjoncteur, alors que ce dernier est détruit à 75% et que le coffre HT est complètement disloqué.

Afin de lever ces doutes, nous avons demandé au Président du CHSCT la réalisation d’une expertise externe à l’entreprise, ce dernier étant omniscient nous a rétorqué que personne à part les experts du matériel n’était compétent pour réaliser de tels contrôles.

Malgré nos protestations et notre opposition, la Direction a décidé de reprendre le service commercial des Z5300 dès le lundi 3 mars au matin!

Nous avons maintenu le droit d’alerte!