TMV : moins 14 postes

L’organigramme 2018 prévoit la suppression de 14 postes en données brut. Nous passons de 826 postes à 812 postes.

Dans la réalité, les baisses d’effectifs sont du à des politiques d’entreprises et des choix de notre direction locale sur les UO impactées.

Pour exemple, le pole RH fonctionnant avec 13 personnes en 2017 avec les difficultés que l’on connait, notre direction locale fait le pari (terme utiliser par notre DET) de mieux le faire fonctionner avec 11 personnes. On croit rêver!!! Les tickets de morpion ne sont plus loin!!!

La réalité est que la charge de travail n’est pas analysé en détail et ne réponds pas aux besoins de cheminots du site. C’est juste une réalité comptable où l’on demande aux UO d’appuis de participer au gain de productivité sans aucune mesure de la véritable charge de travail.

SUD rail a demandé à la direction de revoir sa copie sur ce pole. La QVT de ces personnels est en jeu. Les enjeux à venir sur le TMV doivent faire revenir notre direction RH à la raison.

Notre salaire mensuel dépend bien pour une grande partie sur le travail de ce pole et notre développement des compétences aussi. SUD rail ne laissera pas la direction détruire à l’envie des emplois transverses sans broncher.

Sur la partie production, que ce soit PROXI FRET ou TRANSILIEN, la direction semble plus consciente des enjeux a venir.

Elle s’oblige à des gains de productivité. Sur TRANSILIEN c’est moins 3 postes au global et sur PROXI FRET c’est moins 5 postes au global.

La politique d’entreprise de notre GPF soit disant intégré a supprimé 7 postes à VALENTON coté manœuvre et 2 agents WAGONS en récupérant la gestion du site de VALENTON et les visites techniques par le FRET en mettant du personnel de de cette activité en lieu et place des agents du TMV. SUD rail avait raison de faire grève en 2014 pour conserver une SNCF unique. Les conséquences sont là aujourd’hui.

Sur la partie suite INFRA , c’est encore pire. l’INFRA préfère réparer ses Wagons par une entreprise privée que par des cheminots. Sur le TMV ce sont 7 postes qui sont supprimés à l’UO WAGONS. Il reste sur cette unité 13 agents sur les 22 en 2017. Leur avenir est pour le moins incertains.

Sur la partie UO voitures, la partie N2 est impacté par la suppression d’un Qualif D référent et d’un contrôleur nettoyage à D. la partie N3 au vu de l’évolution significative des GVM va bénéficier de la création 4 postes à B et moins 1 C . SUD rail a demandé que 2 postes sur les 4 soit timbrés à C pour créer des richesses dans ces unités.

Pour le mouvement VP , la suppression de la mission des répartiteurs est dans les papiers de notre direction. De toute façon cette mission n’apparait plus à l’organigramme 2018.

Sur la partie UO Locs, la suppression d’un coorprod à D est acté ainsi que 2 postes à B dans les unités BCTH et IE

Sur la partie TRANSILIEN, la création d’un poste coorprod supplémentaire , d’un agent soutien APPRO , mais aussi la création de dépanneur polyvalent sur BERCY suite au développement des Régio 2N va plutôt dans le bon sens. Dans le même temps la direction supprime 3 agents sur les sites extérieurs sans aucune anticipation du développement de ceci dans les années à venir.

Cet organigramme est du même acabit que les précédents. La seule variable d’ajustement est l’emploi alors que SNCF mobilité a fait plus d’un milliard de bénéfices en 2017.

SUD rail demande que cet excèdent dégagé par le travail des cheminots se traduisent par des emplois en nombres suffisant rémunérés à leur juste valeur et des qualifications adaptés aux  missions confiées.