Conflit UO MOUVEMENT VP ETE 2019

Les syndicats CGT, SUD Rail et UNSA Ferroviaire ont décidé de les soutenir en déposant des DCI et un préavis pour alerter la direction locale sur ce ras le bol.

L’ensemble des agents du Mouvement Prairie (GEOPS et Manœuvre) ont décidé de se mettre en grève pour faire avancer leurs revendications sur leurs rémunérations (primes), leurs conditions de travail, sur l’emploi et leurs qualifications.

Cette grève a commencé le mardi 30 juillet avec des pourcentages de grévistes proches des 100%.

Les agents en ont assez de voir se dégrader leurs conditions de travail, leurs salaires et leurs vies personnelles à cause des divers changements et réorganisations au sein de cette UO.

Ils ont dit STOP !

Ces agents subissent depuis plus de 18 mois des contraintes d’exploitations dignes d’un roman de ZOLA dûes aux travaux du 3VFP. Et pourtant, ces cheminots ont tous fait des efforts pour que l’ensemble des trains du site subissent le moins possible les ALEAS dus à ce chantier.

Qu’a fait la direction pour les remercier ? Eh bien rien !!!

Pour eux, la seule solution était de montrer leur mécontentement par la grève.

Le travail de sensibilisation de tous a permis d’avoir un conflit historique dans la durée et sur le taux de grévistes malgré le système de D2i.

Cette grève a permis de montrer à la direction que les agents de cette UO peuvent s’unir pour faire avancer leurs revendications.

Dans ce conflit long, les agents ont développé entre eux une SOLIDARITE nouvelle. Le collectif est passé avant l’individu. C’est cela qui fait que la direction les regardera différemment à l’issue de ce conflit. Sur les 11 jours de grève, les AG ont été fournies en nombre, ce qui démontre le bien fondé de leurs revendications.

La direction a joué le pourrissement en faisant travailler pendant toute la durée du conflit la hiérarchie de proximité. Les grévistes n’ont pas cédé à ces provocations et sont restés dignes.

Voyant que la direction jouait la montre ; les grévistes, au bout de 11 jours, ont décidé de cesser la grève.

Cette grève a permis d’obtenir ces avancées :

  • Des embauches pour couvrir les postes vacants.
  • Une qualif D par équipe 3X8.
  • Travail avec les agents sur la GEOPS pour le contenu des postes.
  • Une gratification pour tous de 100 à 350 euros.
  • Les CPS sont maintenant éligibles à l’indemnité Opérationnelle Matériel IDF.
  • Clause de revoyure en octobre 2019 sur la majoration de la prime de travail sur les travaux des 6 voies de remisage.

Ce compromis accepté par les grévistes, le préavis unitaire CGT, SUD Rail et UNSA Ferroviaire a été levé.

Même si l’ensemble des revendications n’ont pas abouti, ce conflit a démontré à notre direction locale que l’UO MOUVEMENT VP reste mobilisée malgré des fiches de paye d’août et de septembre 2019 amputées. Ces agents resteront vigilants sur les engagements pris mais aussi pour mettre en place des nouvelles formes d’actions permettant d’aboutir sur les revendications restantes à obtenir.

La transformation du site dans les 6 ans à venir ne peut se faire sans les cheminots.

L’ensemble des OS n’a cessé de le rappeler à notre direction locale.

N’oubliez pas que pendant tous ces travaux, la vie du site continue malgré ces énormes contraintes d’exploitations liées à ces changements d’activités.

Les cheminots du TMV n’ont pas fini d’être impactés sur leurs conditions de travail et sur l’organisation de leur quotidien.

Il faut que la direction en prenne conscience et donne les moyens humains et financiers pour réussir son « VILLENEUVE DEMAIN ».

Maintenant que le conflit est rentré dans sa phase du décompte des jours de grève, La CGT, SUD Rail et UNSA Ferroviaire demandent aux cheminots du site un peu de solidarité financière pour aider les agents grévistes le plus en difficulté après 11 jours de grève.

Il faut que le mot SOLIDARITE ait encore un sens chez les cheminots du site.

MERCI POUR EUX !