Lettre aux Usagers

La Fédération SUD-Rail et l’ensemble de ses adhérent-es ont souhaité dans cette période de crise sociale à la SNCF s’adresser aux usagers car nos intérêts, nos attentes et nos problèmes sont les mêmes concernant le service public ferroviaire.

Ceci n’est pas une fiction mais une situation qui peut se passer sur l’ensemble des lignes ferroviaires.

Nous sommes le mercredi 16 octobre 2019 à 16h12 lorsque le Train Express Régional à destination de Champagne-Ardenne TGV percute le tracteur d’un convoi routier exceptionnel au passage à niveau entre Mohon et Amagne (08). A son bord, il y a 62 voyageurs/ses dont deux femmes enceintes.

La collision est inévitable : le train heurte le convoi routier à une vitesse voisine de 118 km/h. Le tracteur se détache de son convoi et se couche, le TER déraille. Dans l’autre sens, une circulation ferroviaire est déjà engagée et c’est grâce au courage du conducteur seul et blessé que les agents SNCF, dans les postes d’aiguillage, pourront arrêter le train croiseur à 3 km de la collision. Les services de secours arriveront sur les lieux de l’accident vers 16h40. Voici l’accident ferroviaire de trop que le gouvernement, la direction SNCF et de nombreux médias n’ont pas expliqué et qui a provoqué le droit de retrait des milliers de conducteurs et contrôleurs .

Vous êtes pour la présence systématique d’un contrôleur par train ; battons-nous ensemble !

La direction SNCF – sous couvert des Autorités Organisatrices – impose l’exploitation des trains en Equipement Agent Seul (c’est-à-dire sans contrôleur) pour supprimer des milliers d’emplois. Seulement, les cheminotes et cheminots sont exposé-es à des risques non maitrisés qui ont inéluctablement des conséquences sur la sécurité des circulations et des personnes (travailleurs du rail & usagers).

Supprimer le contrôleur systématique :
• c’est supprimer l’information des usagers en situation perturbée,
• c’est décider qu’il n’y a plus d’assistance aux voyageurs malades ou en difficulté,
• c’est encourager les actes d’incivilité et les risques d’agressions,
• c’est décider de laisser les voyageurs livrés à eux-mêmes en cas d’incident ou d’accident ferroviaire.

Si des milliers d’agents SNCF ont cessé le travail spontanément sur l’ensemble du territoire, c’est parce que l’accident ferroviaire de Champagne-Ardenne est l’accident ferroviaire de trop. Il y en a assez d’exercer des missions de service public dans ces circonstances.

Le gouvernement et la direction SNCF, d’une manière irresponsable, ont balayé le sujet en voulant monter les voyageurs contre les cheminots.

Pour notre organisation syndicale, notre combat pour la présence systématique d’un contrôleur dans un train est loin d’être fini !

Laisser un commentaire