En moins d’un mois, 1 mort et 3 blessés grave à la SNCF

Depuis plusieurs années, la direction SNCF passe aux forceps chez les cheminot-e-s de l’ Equipement des méthodes de travail inadaptées (mobilité forcée, allongement des parcours, travail de nuit et de week-end..), des suppressions drastiques d’emplois qui sont néfastes pour les agents chargés de la maintenance du réseau ferré, mais mettent également en danger la sécurité des circulations.

Malgré les nombreuses mises en garde de la fédération SUD-Rail auprès de la direction SNCF, cette dernière refuse de nous écouter et de revenir en arrière, ce qui engendre inévitablement des accidents mortels :

Le 16 févier 2016, agent caténaire de l’infrapole NPDC électrisé suite à défaut de mise à la terre lors d’une opération VTE.L’agent a été placé en observation à l’hôpital

Le 18 févier 2016, un agent caténaire de l’infrapole BFC a été blessé grièvement suite à un accident de la route (rentrant d’un chantier de nuit). L’agent a été hospitalisé.

Le 24 févier 2016 agent de l’infrapole Alpes a été blessé grièvement suite à déclenchement d’un détecteur de chute de rochers entre Aix et Culoz, l’agent a reçu un rocher sur la tête  en intervenant sur l’installation. Il a été pris en charge par le SMUR et emmené en neurochirurgie à Grenoble.(intervention de nuit)

le 15 mars 2016, décès d’un agent de l’Infrapole Paris Nord suite à la chute du rotor de l’une des deux pelles sur la tête de l’agent (Chantier de nuit).

La Fédération SUD-Rail apporte tout son soutien aux familles des agents et aux proches. Des enquêtes sont en cours pour connaitre les circonstances précises des accidents.

SUD-Rail rappelle qu’en moins d’un 1 mois ce sont déjà 1 mort et 3 blessés grave que nous déplorons !

Il faut absolument stopper immédiatement cette descente aux enfers !

Ainsi, il est temps que la Direction reconnaisse que les suppressions massives d’emplois, les restructurations, le recours à la sous-traitance, la mobilité forcée et la politique de productivité imposée par le gouvernement et RFF se font au détriment du service public, de la sécurité et génèrent de fait une dégradation irrémédiable des conditions de sécurité, de vie et de travail des cheminots qui conduisent aux drames d’aujourd’hui.

Il est temps que la direction comprenne que la seule façon d’arrêter cette hécatombe est de remettre les moyens humains et matériels nécessaires, de permettre aux cheminot-e-s de faire leur travail dans de bonnes conditions lors de la préparation des chantiers et d’arrêter de faire travailler à outrance les agents de l’ Equipement la nuit !

Cette logique libérale, imposée par les gouvernements successifs et orchestrée par la SNCF, est totalement inacceptable socialement et dangereuse pour la sécurité et la qualité du service.

SUD-Rail refuse que soit bradée la sécurité au profit d’une politique d’économie libérale.