EST D/R : Produits psychoactifs et alcoolémie

La délégation SUD-Rail a été reçue ce jour dans le cadre d’une Demande de Concertation Immédiate concernant les tests inopinés alcoolémie et produits psychoactifs (salivaires). Nous avons été reçus par la directrice adjointe (DETA) et le manager du Pôle Sécu de l’EST DR.

Depuis le début de l’année, 12 tests inopinés ont été effectués sur différents secteurs. Aucun n’est ressorti positif. Le Pôle Sécu a mis en place un système de tirage au sort pour réaliser ces contrôles aléatoires. La direction nous informe que sa priorité sera l’accompagnement en qu’à de test positif plutôt qu’une sanction.

L’agent qui sera testé positif devra refaire un nouveau test qui sera envoyé en contre-expertise. Il sera sorti de sa journée de service et raccompagné à son domicile (famille avisée ou taxi). Les résultats resteront à la discrétion du cabinet médical. Les encadrants ont l’obligation du secret professionnel en cas de test positif.

La délégation SUD-Rail a demandé l’arrêt des tests inopinés, ce que la direction refuse. Notre délégation considère que la prévention faite par l’établissement n’a pas été suffisante. Seulement 320 agents ont participé aux différents forums fait sur Melun, Paris et Goussainville fin 2018. Une infirmière, le COSEC, le GPRAT (à Melun) et le pôle Sécu étaient présents lors de ces forums.

De plus, lors de ces derniers, des tests salivaires « simples » ont été présentés tandis qu’aujourd’hui, ceux qui vont être utilisés sont beaucoup plus précis (5 drogues).

Nous estimons que dans une démarche préventive, il aurait été intéressant de procéder, dans un premier temps, à des tests anonymes. Nous pensons que la prévention et l’aide médicale portera plus ses fruits que la répression. Nous pensons aussi que les contrôles massifs sont une atteinte au professionnalisme de tous les agents, une impression de flicage très désagréable pour un métier comme le nôtre où nous sommes conscients de notre grande responsabilité.

Pour SUD-Rail, il faudrait une vraie campagne sur les addictions, avec des médecins et un programme d’aide sans sanction pour que les agents en difficulté se sentent à l’aise pour se faire aider. La peur fait que des agents n’osent pas parler de leurs problèmes et risque de nous conduire à des situations dangereuses.

Nous rappelons que les élus CSE, ainsi que les RPX, sont là pour apporter une aide aux agents qui le souhaiteraient. Votre Délégation SUD-Rail restera vigilant sur les mesures d’accompagnement, si vous rencontrez des problèmes n’hésitez à prendre contact avec un élu CSE.