ESV : Spécial élections

Les candidats :


Edito

Du 16 au 22 novembre prochain, les Cheminot-es seront appelé(e)s à voter pour élire les futur-es délégué-es du Comité Social et Economique (CSE) TGV Axe Sud-Est, pour le mandat « 2018-2022 ».
SUD-Rail présente des candidat-es des collèges exécution, maitrise et cadre.
Notre objectif est simple : nous souhaitons avoir un maximum d’élu-e-s SUD-Rail pour continuer à défendre les salarié-e-s et le service public ferroviaire.
Aujourd’hui, nous avons 15 élu-es SUD-Rail dans le collège Exécution, 2 dans le collège Maitrise et 6 membres CHSCT. La représentation des salarié-es change profondément, elle vise à supprimer le lien de proximité quand pourtant nous savons toutes et tous que le collectif est essentiel !
La nouvelle instance, le CSE, c’est seulement 31 délégué-e-s titulaires et 31 délégué-es suppléants toutes Organisations Syndicales et collèges confondus pour le périmètre TGV Axe Sud-Est incluant Paris et les établissements des régions, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Provences Alpes Côte d’Azur et Bourgogne Franche-Comté et représentant plus de 6 000 agents.
Pour autant, nous ne renoncerons pas ! D’où que nous soyons, délégué-es SUD-Rail avons le même objectif : défendre nos droits et le service public !
Ce tract « spécial élection » est l’occasion pour nous de vous présenter nos choix, nos orientations, certaines de nos actions et bien sur la liste de nos candidat-es, celles et ceux qui s’engagent à vos côtés.
Nous n’avons pas la prétention d’être « les meilleurs » ni « les plus forts », parce que nous croyons que c’est ensemble que nous sommes plus forts…
Vous pouvez en être certains et vous le savez, à SUD-Rail, nous n’avons pas pour habitude de baisser les bras et chaque personne qui nous sollicitera pourra trouver une aide, un soutien et souvent une solution à son problème.


Depuis les dernières élections, de nombreuses luttes ont été menées

L a mise en application de la réforme ferroviaire et les décisions gouvernementales ont changé beaucoup de choses. Durant les 3 dernières années, vos délégué-e-s SUD-Rail ont tout mis en œuvre pour défendre vos intérêts en se battant à vos côtés. Interventions, demandes d’audiences, DCI (demande de concertation immédiate), DP, CHSCT extraordinaires et ordinaires, droits d’alerte… vos représentants SUD-Rail ont utilisé tous les moyens à leur disposition pour défendre les agents de l’ESV.
Nous sommes et avons toujours été pour l’unité syndicale. La casse du service public et les attaques gouvernementales envers les cheminot-e-s sont autant de raisons qui nous poussent à œuvrer dans la lutte collective.

VOS DELEGUÉ-ES SUD-RAIL SE SONT BATTU-ES SUR TOUS LES FRONTS

Malgré les attaques incessantes lancées par les dirigeants de l’ESV, l’axe ou encore Gares & Connexions, vos délégué-es et militant-es SUD-Rail se sont opposé-es aux différentes réorganisations voulues par l’entreprise. Nous avons fait en sorte d’être présents à chaque fois que cela a été nécessaire ou qu’un agent nous a sollicité.
Les délégué-es SUD-Rail sont intervenu-es auprès des directions locales et régionales pour faire avancer des sujets tels que les demandes de mutations, des problèmes liés à la réglementation du travail SNCF ou ne serait-ce qu’un cas devenu quasiment habituel: des problèmes de paies.

POUR NOS COLLÈGUES CDD
Nous sommes intervenus auprès de la direction pour que la directive Nogué soit appliquée afin qu’ils se voient proposer enfin un CDI sans passer les tests de recrutement, mais aussi pour rappeler les obligations de l’employeur lors des fins de contrat en fournissant à chaque agent, un certificat de travail afin qu’ils puissent percevoir leurs indemnités.

AU TRAIN
Nous n’avons eu de cesse d’intervenir sur les différents sujets liés aux conditions de travail des agents roulants et sédentaires.
Face à la direction, SUD-Rail maintient que la mission de service ne doit pas se faire au détriment de la sécurité des trains en bradant les formations terrains et théoriques. Lors de différentes DCI, vos représentants SUD-Rail ont rappelé à la direction l’importance d’instaurer une équité de travail entre les agents en roulement et ceux de la réserve.

A LA VENTE
Les réorganisations à la chaîne (boutiques, zone diffuse, méditerranée, DATT, Bercy, Fresques, Caisse principale…) ont un impact néfaste sur les agents des collèges Exécution, Maîtrise et Cadres et augmentent les risques psychosociaux (RPS). La diminution voire la disparition de nombreux guichets (que ce soit en gare, en zone diffuse ou en boutique) face à l’augmentation du nombre de voyageurs devant se reporter sur les points de vente restants a eu de grosses conséquences sur la santé des agents. De par les interventions de SUD-Rail et du médecin du travail, la direction s’est vue dans l’obligation de mettre en place une évaluation des RPS. SUD-Rail reste en alerte sur les actions mises en place par la direction car celles-ci sont loin d’être satisfaisantes. SUD-Rail déplore l’orientation et la casse du service public orchestrées par la direction de la SNCF et s’insurge des conséquences que cela implique sur la santé des agents.

A L’ESCALE
Les multiples suppressions de postes (kiosques information, agencement/visite, préparations TGV, SGS,…) ont fortement dégradé les conditions de travail des agents et augmenté la polyvalence. SUD-Rail s’est battu contre!
Nous avons usé de tous les recours possibles pour empêcher ces mises en place. SUD-Rail dénonce cette politique d’entreprise qui a pour but la casse de la SNCF et ses métiers sur le dos des agents. La mise en place des Tâches de Sécurité Autre qu’Essentielle (TSAE) n’en est que plus parlante.
SUD-Rail a marqué son opposition quant à la polyvalence des agents produit train. Pour SUD-Rail, les métiers de sécurité ne doivent pas être bradés au profit de la productivité.


DCI & droits d’alerte

SUD-Rail a déposé de nombreuses DCI sur l’ensemble des sujets de l’ESV, des droits d’alerte tant sur les risques encourus que sur les dangers immédiats ainsi que de nombreux CHSCT extraordinaires…
Après plusieurs préavis de grève et interventions, les élu-es SUD-Rail PSE continuent de lutter contre toutes ces réorganisations qui contribuent à la destruction de l’entreprise et du service public.
Cette stratégie mortifère a des conséquences tant pour les cheminot-es que pour les usagers. Aucun agent ne sort indemne de ces réorganisations. Le but de la direction est bien de regrouper les moyens humains et matériels afin de transférer les agents plus facilement.
Bienvenue dans un monde où les entreprises s’échangeront le personnel comme une vulgaire marchandise au gré des marchés perdus ou gagnés.
SUD-Rail continuera avec force et ténacité à lutter contre tout démantèlement de l’entreprise et à œuvrer pour faire respecter les droits des agents.


La création de l’ESV en 2017

Le 30 mai 2017 lors de l’ICCHSCT, SUD-Rail a rendu un avis défavorable concernant la création de l’ESV jugeant cette fusion comme nuisible à la qualité de vie au travail, propice au dumping social, contribuant à la destruction de l’entreprise et ses métiers et génératrice de la perte de repères sociaux et professionnels.
Pour autant, début juillet 2017 et malgré les alertes émises par SUD-Rail, la direction a mis en place l’ESV sur la région Paris Sud-Est contre toutes préconisations. SUD-Rail avait pressenti le pire! Conditions de travail dégradées, augmentation de la productivité, suppressions de postes, augmentation des risques psychosociaux… Les mois suivant la mise en place nous ont malheureusement donné raison. Des demandes de CHSCT extraordinaires, ICCHSCT et des droits d’alerte ont été nombreux pour dénoncer les conditions de travail exécrables dans lesquelles les agents exercent leurs métiers.


Forfait jours, c’est la crise

Les différentes réorganisations de l’ESV et le forfait-jours ne font pas bon ménage. La boite de Pandore est ouverte pour pousser jusqu’au maximum la productivité et cela légalement. Pour autant, nous avons vu les dégâts que faisait ce système dans d’autres pays (tel que le Japon, la Chine…) ou il y a une explosion de BURN-OUT dans cette typologie de salariés.
SUD-Rail s’est toujours interposé contre un tel système.
Au lieu de protéger et cadrer l’organisation du travail chez les maîtrises et cadres, la SNCF impose sa propre dynamique pour baisser les coûts de la masse salariale. Pour SUD-Rail, les risques psychosociaux s’appliquent également chez les maîtrises et cadres dont les conséquences peuvent être graves. Le stress, la fatigue morale… peuvent être des facteurs amenant au BURN-OUT et ça de façon insidieuse.


RÉFORME 2016

Suite à la mise en application de la réforme ferroviaire voulue par le gouvernement et le patronat en 2014, le printemps 2016 s’est vu bouleversé par une série de mouvements sociaux contre la loi El Khomri, le projet de décret socle, la convention collective et l’accord d’entreprise.
Refusant d’abdiquer, SUD-Rail a appelé les autres organisations syndicales à construire rapidement l’unité d’action nécessaire afin de pouvoir appeler unitairement à une grève reconductible pour que le RH 0077 soit la base du décret socle et des négociations de la convention collective et de l’accord d’entreprise .
Durant cette période, vos représentants SUD-Rail n’ont eu de cesse de vous transmettre les informations quant à l’évolution des négociations. Que ce soit sur le terrain ou dans la grève, nous avons fait en sorte d’être sur tous les fronts avec vous afin de montrer aux patrons de la SNCF et au gouvernement que les cheminot-e-s étaient déterminé-e-s à ne rien lâcher.


52 REPOS DOUBLE LA JUSTICE A ENCORE FRAPPÉ !

Les Prud’hommes de Paris en décembre 2017 ont donné raison à SUD-Rail et aux agents que nous défendions. En effet, pour la direction les agents de réserve n’avaient pas le droit aux 52 repos doubles par an, et pourtant cette même direction expliquait en Commission Nationale Mixte du Statut en juin 2002… exactement l’inverse. La justice vient à nouveau de trancher en notre faveur et demande 642 900 € de dommages et intérêts pour les agents. Depuis juin 2009, SUD-Rail a gagné l’ensemble des procès des 1 500 agents qui nous ont fait confiance afin de faire respecter leurs 52 repos doubles. SUD-Rail sera encore et toujours vigilant quant à l’application des réglementations et mènera chacune de ses batailles jusqu’au bout face à une direction de plus en plus perverse.


VICTOIRE POUR LES AGENTS SOUMIS AUX D2I !

Suite à l’extension des D2I à de nouvelles catégories de salariés en novembre 2017, SUD-Rail avait lancé une procédure auprès du Conseil d’Etat contre la SNCF pour entrave à l’exercice du droit de grève et mise en œuvre de disposition abusive.
Le conseil d’Etat a tranché et débouté la SNCF. Une nouvelle réunion de négociation doit avoir lieu en décembre sur ce sujet. En attendant, le 219 agents de l’ESV qui n’étaient pas soumis à D2I avant le 1 er novembre 2017, peuvent à nouveau faire grève sans se déclarer ! Encore une victoire gagnée par SUD-Rail avec et pour les agents !


Victoire pour les « Chibanis » !

L a SNCF a été condamnée à 180 millions d’euros pour discrimination.Les cheminots, marocains pour la plus part, embauchés entre 1970 et 1983 par la SNCF, majoritairement comme contractuels, n’ont pas bénéficié à ce titre du « statut » plus avantageux des cheminots, réservé aux ressortissants français puis européens, sous condition d’âge.
SUD-Rail a été aux côtés des plaignants depuis le début. Après un long combat, la cour d’appel de Paris a condamné en janvier 2018 la SNCF dans l’affaire des 848 « Chibanis » qui la poursuivaient pour discrimination. Ils toucheront 180 millions d’euros. Une belle victoire contre la discrimination.


GRÈVE 2018

Cette année 2018 a été marquée par la mobilisation historique tant par la durée que par la forme et s’inscrivait contre la réforme du ferroviaire.
Ce conflit social fut un mouvement sans précédent dans lequel SUD-Rail s’est pleinement inscrit pour tenter de gagner cette bataille du rail. Alors si la mobilisation n’a pas permis de remporter la victoire du rail, elle a permis d’arracher quelques concessions, insuffisantes certes, mais sans l’appel incessant de SUD-Rail à une forte mobilisation, nous n’aurions rien obtenu. Pour rappel, la question de l’incessibilité n’était pas inscrite au projet de loi mais grâce à notre persévérance dans nos appels à la mobilisation, celle-ci l’a finalement été.
Sur Paris Sud-Est, vos délégué-es et militant-es SUD-Rail se sont démené-es pour faire de notre région l’une des plus mobilisées tant par les taux de grévistes que par les actions ou encore les nombreux grévistes aux AG et tout cela, en maintenant l’unité syndicale dont ils sont systématiquement à l’initiative. Les organisations syndicales, par exemple la CFDT, absentes voire pire, accompagnant le gouvernement et la direction, ont une responsabilité dans l’affaiblissement volontaire de la mobilisation et permis que cette loi passe. Ceux qui ont signé se mordent les doigts aujourd’hui car leur grand manitou SNCF ne les soutient plus et affiche clairement qu’il se fout d’eux. Il est donc particulièrement important de renforcer le poids des syndicats qui luttent !


SUD-Rail, c’est aussi être SOLIDAIRE

De fin août à mi-novembre 2017, les agents de sécurité de la société Lancry étaient en grève. SUD-Rail a accompagné et soutenu les collègues de l’entreprise Lancry qui étaient tous en grève et dont les revendications étaient axées sur leurs conditions de travail et leurs salaires. Les agents Lancry, qui ont eu raison de tenir bon, ont vu une bonne partie de leurs revendications aboutir.

SUR LE PÉRIMÈTRE DE L’ESV, SUD-Rail REVENDIQUE :

  • la création du nombre d’emplois nécessaire pour couvrir tous les postes vacants, non tenus et figés ;
  • au minimum 2 ASCT sur les trains notamment sur les Duplex ;
  • le respect des formations permettant de maintenir les compétences et plus particulièrement les gestes et métiers liés à la sécurité et formations professionnelles pour tous les agents qui le demandent ;
  • une équité de travail entre les agents de roulements et de la réserve ;
  • la réintégration des postes supprimés qui contribuent à rendre un service public de qualité ;
  • la création de postes de journées en nombre suffisant pour concilier vie professionnelle et vie privée ;
  • l’embauche de tous les agents en CDD et en intérim qui ont donné satisfaction avec l’exemption des tests d’embauches comme le prévoit la directive Nogué ;
  • une meilleure prise en compte de l’ancienneté dans les notations et évolution de carrière ;
  • la réintégration des kiosques informations et abandon de la fermeture de l’espace information ;
  • constats de langues : pas plus de 3 mois pour pouvoir passer son constat de langue et ouverture des constats pour toutes les langues primables ;
  • la réouverture des guichets en Zone Diffuse et en Boutique ;
  • la prise en compte dans le temps de travail du temps d’habillage et déshabillage ;
  • la création de 2 guichets supplémentaires en gare de Paris Bercy ;
  • l’arrêt de toutes réorganisations sur l’ESV ayant pour but la suppression de nos métiers et la dégradation de nos conditions de vie et de travail.

ON NE LACHE RIEN !