ESV TGV PSE : Compte rendu de la DCI du 16 mai 2019

Les points abordés :

Projet de rattachement de la gare de Bercy à la gare d’Austerlitz

La direction de l’ESV affirme n’avoir aucune connaissance d’un tel projet et s’étonne même qu’il ait pu être abordé. Pour elle des réorganisations vont avoir lieu chez Intercité et TER mais elle n’aurait pour le moment aucun retour. En revanche, la direction indique que « des évolutions d’organisations sont en projet avant la fin du service Train Auto Accompagné et la reprise par Gares & Connexions des moyens assurant les prestations de base d’ici fin 2019 ».

Pour SUD-Rail, cette information « lâchée » lors d’une réunion 5 minutes par un dirigeant n’est pas le fruit du hasard. Les projets de réorganisations menés par la direction SNCF sont montés plusieurs années à l’avance. SUD-Rail déplore la rétention d’information que les différentes directions font. Concernant la reprise par Gares & Connexions des moyens assurant les prestations de bases et leurs évolutions, même si ce sujet est très flou et que nous n’avons aucune information complémentaire, cela n’annonce rien de bon concernant les postes du coté de l’Escale.


Suppression d’un certain nombre de poste au 1 er et 3ème étage (UO et Siège)

Là encore la direction affirme qu’elle n’a aucune information à ce sujet. Seul le BET (Bureau Etude Terrain) pourrait éventuellement être impacté par une possible évolution liée à la reprise de la prestation de base par Gares & Connexions mais rien ne serait encore bouclé.

Une fois de plus, les bruit de couloirs vont bon train et pour SUD-Rail il n’y a pas de fumée sans feu. L’incertitude planante ne fait qu’augmenter l’angoisse des agents pouvant être impactés à tout moment par des réorganisations ou suppressions de poste. SUD-Rail déplore le manque de transparence de la part des directions.


Evolutions concernant les charges de travail des agents d’escale et mixte d’ici la fin de l’anné (chefs de service, aide au départ, agencement, manoeuvre, embarquement INOUI/OUIGO…)

Actuellement la direction n’aurait, encore une fois, aucune information à ce sujet. Pour la procédure de mise en mouvement des trains, les modalités pratiques de mise en place concernant l’évolution de cette dernière seront étudiées et déclinées auprès des agents concernés. La position de l’ESV serait de maintenir une présence agents sur les quais dans le cadre de la sécurité, sauf que les décisions qui seront prises à l’échelle nationale ne seront peut être pas les mêmes. Concernant les autres process, la direction indique que la commande de production de 2020 précisera d’éventuels changements sur les prestations commandées par l’Axe, OUIGO et Intercité, mais que pour le moment il n’y aurait pas de visibilité.

Pour SUD-Rail, il est aberrant qu’à 6 mois de la suppression des derniers chefs de service, annoncée en début d’année, aucune information tant sur le devenir des agents que sur l’organisation du travail, ne soit transmise. Concernant le SA 2020, SUD-Rail émet de fortes craintes quant à la commande de production et ses conséquences. L’expérimentation de l’agencement à distance n’est pas faite par hasard. De même, des bruits courent sur une potentielle reprise des VAE (visites avant expéditions) par un prestataire et non plus par des agents SNCF. Le déploiement des OUIGO au détriment des TGV INOUI entrainera forcement des modifications d’organisations. Avec tout cela l’inquiétude des agents est plus que justifiée. Pour SUD-Rail les bruits de couloirs ne sont jamais anodins et les changements que ces derniers risquent d’engendrer, auront de lourdes conséquences sur les conditions de vie et de travail pour les agents concernés. Lors du CSE des 28 et 29 mai prochain, nous devrions avoir plus d’informations concernant la mise en mouvement des trains, SUD-Rail reviendra vers vous lors d’un prochain tract, après avoir eu les explications nécessaires.


Portes du local de service à bord des TGV défaillantes depuis plusieurs mois et remontées par les agents via l’application « sign@lement » et qui ont engendré un accident de travail.

La direction indique regretter qu’un accident de travail se soit produit malgré les nombreux signalements recensés auprès du TSEE concernant la défaillance de portes du local de service à bord des rames SVI. Elle évoque un problème de communication entre les deux établissements qu’elle compte corriger au travers d’un travail de « collaboration » pour améliorer les délais de maintenance et de réparation des rames.

Pour SUD-Rail, il est inadmissible que malgré les alertes faites par les agents et par les RET, les réparations n’aient pas été réalisées en urgence. Une fois de plus, il faut qu’un agent soit victime d’un accident du travail pour que les choses se fassent. Le report de responsabilité n’est pas acceptable, chacun doit assumer et assurer la sécurité des agents. Si la direction se plaît à parler à tout va de la démarche Dupont de Nemours, force est de constater que sur cette situation parmi tant d’autres, elle est loin de l’appliquer comme il le faudrait.


L’arrêt complet de l’Auto-train à Bercy et l’avenir des agents.

Pour la direction le dossier concernant le projet de fermeture de l’activité Auto-train au 14 décembre 2019 sera mis en consultation lors de la prochaine réunion du CSE. La direction dit avoir choisi de recevoir en entretiens exploratoires plus d’agents que de postes retirés au cadre d’organisation (14 agents pour 11 postes) et que la connaissance des souhaits de mobilités des agents associée aux besoin de personnel au sein de l’établissement montrerait qu’une solution concrète devrait être possible pour chacun. Une majorité des entretiens exploratoires seraient programmés entre le 16 et le 23 mai 2019.

SUD-Rail déplore les choix de la direction nationale consistant à supprimer un service qui non seulement n’est pas déficitaire mais qui contribue au développement de l’écologie.

SUD-Rail alerte la direction sur les risques psychosociaux que cette suppression pourrait générer.
La prise en charge des agents concernés par cette suppression est d’un capital essentiel : Le RH 0910 doit être respecté et appliqué dans sa globalité. Malgré les besoin sur l’établissement, il est important que les agents puissent avoir l’opportunité d’évoluer dans tous les sens du terme s’ils le souhaitent au sein de la SNCF.

Comme à son habitude, la direction minimise tout ou fait comme si elle ne savait rien. Pire encore, le « c’est pas nous c’est eux » n’est plus recevable. Il est grand temps que la direction arrête de se payer la tête des agents. Les bruits de couloirs ne courent pas par hasard, et tout le monde sait que les projets de réorganisations ne sont pas décidés la veille pour le lendemain.

SUD-Rail reste vigilant pour la suite et n’hésitera pas à lutter contre une direction qui n’a pour but que son propre intérêt.