Fret : Souffrance au Travail … ou mépris de la direction !

2ème CSE extraordinaire Fret. Souffrance au Travail … ou le mépris de la direction envers les Cheminots du terrain !

Après une entrée en matière hautaine de la part de la DRH, celle-ci nous explique que pour eux il n’y a pas de danger grave et imminent dans tous les points exposée dans ce DA DGI. Elle essaye de déplacer le débat en argumentant le fait qu’il faut une heure, des noms et des lieux pour traiter le DA et ses implications. Elle part dans des diatribes exceptionnelles en nous vendant son cursus professionnel et les différentes solutions de ce que devrait être le FRET ainsi que sa vision d’avenir de celui-ci.

Nous étions 11 élus du CSE FRET pour participer à cette réunion.

SUD-Rail lui a rappelé que le choix de cette instance et de ses contraintes en termes d’organisation était dû à leur vision et pas à la nôtre.

SUD-Rail a pointé les dysfonctionnements chroniques de cette instance en termes de respect des modalités de convocation et de tenu de séance.

Une convocation envoyée à 12h26 pour réunion à 16H00, ce qui à la vue des contraintes des périmètres a rendu impossible pour certains élus d’être présent à l’heure dite.

SUD-Rail a demandé une suspension de séance que la DRH a dans un premier temps refusé … Après réflexion celle-ci a fini par l’accepter …

Après la suspension de séance, le secrétaire a lu un courrier unitaire détaillant les problèmes.

De plus tous les membres du CSE FRET Extra ont adopter « une délibération de délit d’entrave ». Délibération adoptée à l’unanimité des 11 membres présents.

La DRH Mme C. SIMON n’a apporté aucune mesure de prévention et/ou de solution sur les divers points (13) non exhaustifs cités dans ce DA. Elle n’a pas cessé d’essayer d’individualiser le traitement des points. Elle a argumenté point par point tout en nous demandant d’y apporter des solutions.

SUD-Rail lui a rappelé la règle de fonctionnement en expliquant que notre rôle consistait à signaler tous les problèmes et de les faire remonter. Et qu’ensuite nos dirigeants devaient quant à eux prendre la mesure de ceux-ci en y apportant des solutions.

SUD-Rail a mis la DRH et la ligne managériale en porte à faux en lui rappelant que comme les dirigeants du site de la DFAC de Perrigny, ils n’étaient pas en capacités d’apporter des solutions lors de CSE Extra.

SUD-Rail a alors expliqué en détail et argumenté sur les points non exhaustifs (13) du DA pour montrer que nous, nous étions force de proposition pour traiter le mal être des cheminots, à contrario de nos dirigeants. (qui eux n’ont malheureusement qu’une vision purement comptable des agents de terrain).

SUD-Rail à rappeler que les dysfonctionnements signalés dans ce DA n’était que la conséquence de la politique global et managérial au sein du GPF. Cette politique qui met tous les cheminots dans une situation de mal être au travail. SUD-Rail a aussi repris point par point les divers problèmes soulevés tout en formulant qq solutions …

Pour DRH : Pas possible !!! Impossible au regard des choix économiques du GPF !!!

Après un débat fournit et âpre, la DRH C. SIMON n’estimant pas la dangerosité du DA pertinente, SUD-Rail s’est permis de lui rappeler les règles de base.

SUD-Rail lui a rappelé que seul 2 personnes pouvaient juger de la pertinence ou non d’un DA (Inspecteur du Travail et/ou Juge du TGI). Cela tout en lui signalant que sur ces sujets la DR avait déjà perdu 3 fois au tribunal sur le sujet (DFCE sur 3 CHSCT).

SUD-Rail a proposé de clore le débat et de passer au vote. Cela ne servant à rien de débattre des heures sur les différents points si la direction n’a aucune solution a formulé. Le secrétaire a donc explicité le fait de justifier du maintien du DA.

La DRH demande de soumettre au vote des membres en séance : Suite à l’heure tardive de cette séance de CSE Extra (19h45), il restait 10 Personnes. VOTE POUR MAINTIEN DU DA Pour : 10 Contre : 0 Abstention : 0.

Les membres du CSE FRET ont acté le désaccord et maintenu le DA.

SUD-Rail a rappelé à la DRH que suite à ce vote unanime des membres présents, celle-ci devait impérativement informer et transmettre toutes les infos concernant ce DA à l’inspectrice du travail, SUD-Rail lui a rappelé aussi sa volonté d’ester en justice (délibération adoptée en séance ci-dessus) afin de faire remonter et stopper les problèmes d’organisation et de fonctionnement subi depuis le début lors des divers CSE Extra.

SUD-Rail continuera le combat en défendant les travailleurs du rail malmenés par une direction zélée !!

SUD-Rail continuera d’alerter sur les dérives qu’impose notre direction !!

SUD-Rail sera toujours là pour faire respecter vos droits et combattre les attaques de la direction.