Infrapole : Compte rendu de la réunion des DP du 05-10-2018

Déclaration de la délégation SUD Rail lors de la réunion de DP :

Monsieur le directeur, Mesdames, Messieurs,
Une fois de plus nous nous retrouvons dans ces lieux et peut-être pour la dernière fois. Encore un déménagement que le personnel du siège va devoir subir. Pour certains ce n’est pas le premier et ils connaissent tous les désagréments que cela entraîne.
La délégation SUD Rail tire une fois de plus le signal d’alarme. Malgré tout ce que vous pouvez penser vos agents sont fatigués physiquement (les innombrables chantiers, les nuits). Mais aussi il y a la fatigue psychique. La pression qui est mise au quotidien sur le travail de chacun, la multiplication des documents à remplir et à connaître avec la peur de subir des remontrances en cas ne serait-ce que d’un simple oubli font que nul ne se sent bien dans son métier ou son activité.
La délégation SUD Rail s’alarme du rapport de plus en plus tendu entre la direction qui reste aveugle et les agents tous collèges confondus.
Disons-le tout net : l’ambiance n’y est plus ! Entre les jeunes, mal payés, mal logés à qui l’on a fait des promesses qui ne seront jamais tenues, qui ne pensent qu’à partir au privé et ces plus anciens que ce même privé veut recruter en brandissant l’annonce d’une meilleur retraite.
Ce manque de considération ressentie, cette forme de harcèlement à la paperasse (les REX, les infos, la campagne SECU après FULMARK, les FLASH SECURITE, les règles qui sauvent qui devraient être connues par cœur comme une récitation d’écolier, cette dizaine de pages que contient un contrat travaux, ces audits réguliers, ces contrôles que l’on subit dans le cadre de nos métiers, toutes ces applications qui devraient nous faciliter la tâche mais qui ne fonctionnent pas comme il se doit. Ces TAP que l’on fait et que l’on défait sans tenir compte de la vie privée des agents. Ces DPX et ces jeunes TO qui se retrouvent à faire le tampon entre vous et ceux du terrain. Ces accidents de travail qui finissent dans votre bureau pour un mea culpa. De moins en moins de dialogue ou de concertation et de plus en plus de demandes d’explications. Monsieur le Directeur, toutes ces choses font que les agents vivent dans un malaise sous-jacent que nous pouvons classer parmi les risques psychosociaux.
Parlons de l’emploi sur l’INFRAPOLE PSE. Pourquoi un taux d’embauche aussi bas ? Nous sommes en fin de troisième trimestre et le nombre d’embauchés un bien inférieur à celui qui devrait être.
Que faites-vous et que fait SNCF pour rendre nos métiers attractifs ? La SNCF n’est plus vraiment une entreprise dans laquelle on souhaite faire carrière. Sinon comment expliquer le nombre de démissions dans notre INFRAPOLE tous collèges confondus et ce qui est pire, c’est toutes anciennetés confondues.
Parlons aussi des alternantes et alternants qui s’intéressent et qui  s’impliquent, qui connaissent les gens, les lieux et le travail et pourtant que l’on renvoie traverser la rue au bout de deux ans. Pourquoi ne pas en intégrer plus ?
Tout ça Monsieur le Directeur, la délégation SUD Rail et les agents de l’INFRAPOLE PSE n’en veulent plus.
En attendant des réponses adéquates à ces problèmes, SUD Rail souhaite remercier celles et ceux qui luttent pour sauver le service public que l’on doit à nos usagers.
La délégation SUD Rail


8 démissions depuis le début de l’année c’est le constat tous collèges confondus :

Le DET n’a pas l’air de prendre cela au sérieux !
L es agents démissionnent pour aller à la concurrence pour un salaire plus intéressant, mais ça ne l’inquiète pas.
D’autres sont prêts à rogner sur une partie de leurs salaires pour travailler ailleurs loin du ferroviaire et de ses règles impitoyables, mais ça ne l’inquiète pas.
Les souhaits de départs en retraite même avant la fin de la décote sont de plus en plus courants mais ça ne l’inquiète pas.
Nous vous rappelons que les grandes entreprises publiques de France sont censées donner le « La » sur les conditions sociales du pays. Quand nous voyons le management à la SNCF et sur l’INFRAPOLE PSE ça fait peur.
Non tout ne va pas bien, RESSAISISSEZ-VOUS !


Embauches 2018

Sur les 25 possibles sur le périmètre Maitrise & Exécution seulement 13 ont été réalisées. 8 TO et 5 exécutions.
Même avec un passage piétons devant l’INFRAPOLE PSE !!!!!


C’est une erreur de s’attaquer à SUD-Rail !

Quand on touche à un-e militant-e de SUD-Rail/Solidaires, on touche à l’ensemble de notre organisation syndicale : surtout lorsque le patronat veut affaiblir, isoler et licencier celles et ceux qui osent défendre le service public ferroviaire et leurs conditions de travail et de vie.
Malgré les exemples nombreux de sanctions ou licenciements reconnus illégaux ou abusifs par les juridictions compétentes… cela semble sans effet sur la direction de l’entreprise, il est temps que cela cesse !
Yannick de Rennes, Christelle de Lyon, Jeff de Nîmes, Nicolas de Lille, Laurent de Bayonne, Les « 6 » de Grenoble… et bien d’autres doivent voir cesser l’acharnement, l’ensemble des procédures en cours doit être stoppé, les sanctions annulées.


EVOLUTION DE LA FORMATION A SNCF RESEAU

La direction a annoncé officiellement la suppression de 20 des 23 centres de formation. Les 3 centres restant, qui seront renommés « campus réseau », seront localisés à St Priest (banlieue lyonnaise), Bègles (banlieue bordelaise) et Nanterre (banlieue parisienne).
Selon la direction, ces 3 centres seront plus accessibles et attractifs pour les stagiaires ! Vu où ils sont situés, il faut croire que nos élites ont des lacunes en géographie !
Le but de la direction c’est de responsabiliser les stagiaires avec le E-LEARNING.(débrouille-toi tous seul pour apprendre) et de supprimer les formations généralistes Pourtant rien ne remplace pour acquérir des compétences d’être accompagné, que ce soit sur le terrain, au sein d’une équipe ou par des formateurs qui connaissent le boulot. Malheureusement, la politique de l’entreprise destructrice d’emplois et faisant la part belle à la sous-traitance, ne permet plus d’assurer correctement la transmission des compétences.
Au final, on envoie de plus en plus de jeunes embauchés qui n’ont pas l’expérience nécessaire au casse-pipe, faute d’une formation de base et d’un encadrement sur le terrain suffisants.
Tout cela pour effectuer la production avant tout. Et si une erreur est faite, on peut être sur que nos saigneurs « justes et équitables » se déresponsabiliseront en sanctionnant ces agents.
Pour SUD-Rail, si cette politique de formation fait aussi partie de la  politique de « risque calculé » mise en place par la direction pour permettre la privatisation de nos activités, la direction de l’entreprise devra aussi en assumer les conséquences.

On a bien compris que pour nos « décideurs », la formation à la SNCF se fera de plus en plus dans des centres de formation privés, avec une part de formateurs venant de la SNCF certes, mais pas dans les mêmes conditions et pas avec les mêmes objectifs. Ca sent la formation raccourcie pour être productif au plus vite.
SFERIS, filiale équipement SNCF, va d’ailleurs ouvrir son propre campus de formation l’année prochaine. La direction nous a dit que ces centres de formation privés n’étaient pas fait pour donner une formation aussi poussée que les centres de formation SNCF (pourtant, si on va sur le site WEB de SFERIS, ils proposent des formations habilitantes sécurité comme RSO, essayeurs installations de sécurité , RPTX, formations risque électrique et risque ferroviaire ect…) ?! Dans ce cas pourquoi ne pas plutôt former les agents de SFERIS dans les centres de formation SNCF qui sont, selon la direction, plus performants…ça irait plus dans le sens de la qualité technique et de la sécurité.


Mutations :

Le dernier COPIL mutation a eu lieu le 16 février 2018 (rien depuis) et simplement 12 dossiers ont été validés (validés ne veut pas dire aboutis) 5 externes et 7 internes.
Sachant qu’il y a 133 demandes de mutations externes et 80 internes, armez-vous de patience.
Ah pour ceux qui ont encore de l’espoir !
Le prochain COPIL est annoncé pour le 1er semestre !
Comme date bien précise le DET pourrait faire mieux mais pas envie !!


SANCTIONS :

C’est l’automne. Les 701 (demandes d’explications) fleurissent sur notre établissement (72 cette année et c’est pas fini) et les sanctions tombent. Pour la direction si les agents respectaient la réglementation, ses préconisations, ses envies et ses caprices, elle n’aurait pas constituer des dossiers disciplinaires.
Et bien SUD rail peut lui retourner la réponse. La direction mériterait aussi des 701 pour non respect du GRH 0001 (le statut).
SUD Rail pense que ces méthodes n’ont pas prouvé leur efficacité et que le dialogue permet souvent de traiter les dérives.


ELECTIONS CSE : QU’EST–CE QUI CHANGE ?

Le 01 er janvier 2019 le CSE (Comité Social et Economique) débarque et entraîne avec lui la diminution de nos représentants du personnel.
Les réunions DP, CE et CHSCT qui étaient pour nous des occasions de vous représenter, disparaissent au profit du CSE.
Il n’y aura plus que 4 réunions annuelles où il faudra tout évoquer et essayer de résoudre, dans une seule et même instance.
Le vote pour vos délégués aura lieu du 16 au 22 novembre par voie électronique. Les codes et identifiants nécessaires pour le vote vous seront envoyés par courrier à domicile !
Les membres de ce CSE auront des mandats de 4 ans. Vous devez donc prendre toute la mesure de l’importance de ce vote !


La fin des CHSCT, une catastrophe pour les salarié-e-s…

Macron s’affiche comme le grand défenseur de la vie des français, c’est sous ce prétexte qu’il limite la vitesse à 80 km/h ; au niveau de l’Union Européenne, il y a 26 000 morts sur les routes.
Alors que l’on recense 130 000 morts par cancers liés au travail en UE, le gouvernement français n’a rien trouvé de mieux que de supprimer les CHSCT (mais aussi les DP et le CE).

Dès janvier 2019, il n’y aura donc plus de CHSCT à la SNCF, juste des commissions sans réels pouvoirs, avec des périmètres immenses… Ce sont les conséquences des ordonnances Macron de septembre 2017, approuvées par la CFDT et non dénoncées par l’UNSA ! Qui peut penser que ce gouvernement s’inquiète de la santé des travailleurs ? Pourtant, il y a tant de souffrance chez les salarié-e-s, tant de cancers liés à l’amiante et aux conditions de travail (rythme de travail, graisse, poussière…) pour les cheminot-e-s de l’équipement, tant d’accidents de travail dus à la productivité à outrance… et toutes ces réorganisations et suppressions de postes dans de nombreux secteurs faites au détriment des agents. La perte des CHSCT est une régression sans précèdent pour l’ensemble des salarié-e-s de tous les collèges !
La direction va désigner plein d’experts, ou « collaborateurs », afin de faire croire qu’elle s’occupe de la sécurité de « son » personnel… mais ces gens-là seront aux ordres de la direction. Il n’est pas difficile de comprendre ,comment elle s’arrangera avec la sécurité, les accidents de travail et la prévention.
Alors oui, le vote électronique des représentant-e-s des salarié-e-s au CSE, du 16 au 22 novembre, est un véritable enjeu !
Voter SUD-Rail, c’est contribuer à la défense des salarié-e-s et de la SNCF, tout en lançant un message clair à la direction !


Les réflexions/projets en cours sont :

  • Suppression de la brigade VOIE de Nemours – Début 2019
  • Fusion des équipes VOIE de Sucy et Valenton – 1er trimestre 2019
  • Fusion des secteurs EALE – Début 2019
  • Création d’un secteur SM RR dans l’Yonne début 2019
  • Déménagement de l’URAE au bâtiment B (pour se rapprocher de l’UP LOG)
  • Déménagement du siège de l’INFP à Bercy Crystal début novembre 2018.

Et ça c’est seulement ce de quoi veut parler le DET !!!!


Déménagement de l’INFRAPOLE.

Le déménagement s’effectuera le vendredi 2 et samedi 3 novembre.
Tout devrait bien se passer car l’entreprise de déménagement a distribué les cartons et des étiquettes !!!!
Il n’y aura plus qu’à retrouver ses étiquettes parmi les centaines de cartons.
Tout ce qui n’aura pas été réglé d’ici la fin du mois d’octobre ne le sera certainement pas avant quelques temps.
Malgré toute la bonne volonté du personnel du siège !


La direction annonce qu’un état des lieux des accords locaux IPSE est en cours de réalisation. Sans ces accords locaux comment faire travailler les agents en déplacement à longueur d’année et/ou de nuits ?
Y a du rififi dans l’air ! Et la colère monte. Et quand les agents grondent c’est les DU qui tremblent.


Encore trop peu de brigades, équipes ou secteurs ne peuvent décemment accueillir du personnel féminin par manque de sanitaires et vestiaires adaptés ! Est-ce normal à notre époque ?
NON ! Que fait l’INFRAPOLE PSE ? Rien un an pour faire un inventaire incomplet.
Seuls les locaux neufs sont équipés ceux plus ancien sont oubliés.
Il est grand temps de faire bouger les choses !


Les cheminot-e-s ne doivent pas perdre leur vie à la gagner !

Chaque jour, près de 20 cheminot-e-s sont victimes d’accidents du travail et année après année, leur taux de fréquence est en augmentation à la SNCF. Chaque année, plus de 250 000 journées sont non travaillées suite à des accidents de travail, en plus des 60 000 suite à des accidents de trajet.
En une semaine, 4 cheminots sont morts au travail !!!
Après un suicide sur le lieu de travail ; un accident de chantier ; c’est un agent de 55 ans qui est mort en service, percuté par un train.
Ce drame succède à un autre, survenu près de Tarbes causant 2 morts et 2 blessés en urgence absolue dans une entreprise sous-traitante de la SNCF et à la défenestration d’un cadre de SNCF Réseau à Lyon.
SUD-Rail tient à présenter ses plus sincères condoléances à la famille, aux amis et collègues de tous ces cheminots.
Pour l’ensemble de ces faits, des enquêtes judiciaires et des enquêtes internes sont en cours, mais d’ores et déjà, à l’heure de la présentation des bilans sociaux du Groupe Public Ferroviaire, les cheminot-e-s payent l’irresponsabilité des dirigeant-e-s de l’entreprise qui imposent un tel système.
Tous ces accidents du travail sont des agressions préméditées envers les cheminot-e-s.
Ce n’est pas « la faute à la fatalité ». Les raisons sont connues : diminution des effectifs, destruction des collectifs de travail, formation insuffisante, encadrement surchargé de tâches annexes, course à la productivité, multiplication du travail de nuit…
Le temps est certes au deuil, mais alors que le Président de la SNCF est en représentation devant 800 managers et fustige les salarié-e-s de la SNCF dans la presse, sur le terrain, la colère est là.
Aux accidents mortels qui se multiplient, viennent s’ajouter les morts par suicide, toujours très présents à la SNCF.
SUD-Rail affirme que l’incertitude professionnelle engendrée par les contre-réformes successives et la précarisation de la production voulue par la direction SNCF, menace la vie des travailleurs et travailleuses du rail… Nous en avons aujourd’hui la funeste preuve !


Pensez aux 2 préavis qui couvrent l’ensemble des agents de l’INFRAPOLE PSE du 18 septembre 2018 à 8h00 au 18 novembre 2018 à 23h59.
Pensez à vous rapprocher d’un délégué SUD Rail si vous pensez en avoir besoin et ainsi justifier leur utilisation.
Ces préavis ne sont pas là pour s’octroyer des repos de complaisance mais un outil pour peser sur la direction.
Si des abus étaient identifiés ces préavis disparaîtraient bel et bien.


L’augmentation des risques liés à l’externalisation est réelle. Et la multiplication des incidents et quasi-accidents avec entreprises privées (notamment cet été avec plusieurs incidents graves, perchage caténaire, rails hors gabarit etc…) nous mène tout droit à l’accident.
Une chose est sure, c’est que l’objectif de sous-traitance, de filialisation et de privatisation de nos activités menée par l’entreprise demande à nos dirigeants de ne pas être trop à cheval sur les principes de sécurité.


Notation complémentaire :

Dans le compte rendu officiel de la DP vont pouvez lire en réponse à la question 2 de SUD Rail : « Le sujet a été abordé lors de la Commission de notation complémentaire maîtrise. »
La réunion de DP a eu lieu le 05 octobre et la commission de notation complémentaire s’est réunie le 10 octobre.
Soit on ne parle pas de la même année soit quelque chose ne va pas dans les réponses de l’INFRAPOLE PSE.
Y aurait-il tant de choses à cacher aux agents ?
On ne peut pas croire cela !
Nan honnêtement !!!!

Malgré les postes vacants les réclamations portées par l’ensemble des organisations syndicales sont restées sans suite.
Toutes les excuses sont bonnes à données : trop jeunes, pas assez de management etc…… Rien n’y fait !
Pour faire des économies sur la masse salariale, on ne donne pas les qualifications restantes et on embauche des cadres.
Dans tous les métiers Voie CAT SE EALE, il y a des équipes sans CEV. Mais pour l’Etablissement c’est pas grave car le travail est fait qu’en même.


EN BREF :

Le DET est toujours là ! -« j’y suis et j’y reste encore un peu ! »

L’alternance OTSEF (Opérateur Travaux Signalisation Electrique Ferroviaire) : Le bilan n’est pas bon ! Tout juste la moitié des alternants SE finissent le processus et sont embauchés. Pourquoi si peu de réussite ? Erreur de casting ou démotivation de ces jeunes qui comprennent que contrairement à ce qui leur est annoncé qu’ils ne pourront pas choisir où ils iront à la fin de la première année ?


La prochaine réunion de DP est programmée au 05 décembre 2018.
Faites nous remonter vos questions.

Déroulement de carrière, mutation, réglementation, santé ou tout autres questions que vous pouvez vous poser, n’hésitez pas à contacter un de vos délégués DP ou représentants CHSCT SUD Rail