Jeudi 22 mars, tous en grève, tous à la manif !

Une semaine après le rapport Spinetta, le premier ministre annonce une nouvelle réforme du ferroviaire pour le mois d’avril 2018.

Les choses vont très vite, les enjeux sont historiques. Les cheminots doivent se mobiliser, par la grève et par la manifestation.

Le journal Le monde du 08 mars 2018

Que nous proposent le gouvernement et la direction de la SNCF:

  • Privatisation de la SNCF : Toutes les sociétés publiques passées en sociétés anonymes ont été plus ou moins privatisées, l’annonce récente de privatisation des Aéroports de Paris doit nous alerter !
  • Fin du statut pour les nouveaux embauchés. Pour les salariés transférés dans les
    sociétés privés ou dans une filiale: perte du statut. Pour les salariés restant à la
    SNCF perte du chapitre 7 et 12 du statut sur les retraites et maladie (fin 2018 début
    2019).
Extrait de l’interview d’Emmanuel macron dans le journal interne Le Mag de juillet 2017
  • Filialisation de fret SNCF et Gares et Connexions.
  • Externalisation des missions CMGA et de l’agence paie et famille.
  • Transfert aux régions du financement de 9000KM de lignes secondaires, certaines régions n’ayant pas les moyens de les financer, cela entraînera la fermeture d’une grande partie de ces lignes. C’est donc à terme la suppression de 500.000 trains TER par an (perte de charge pour les ADC/ASCT/Commerciaux/agent du matériel/agent de l’infra)
  • La concurrence de trains de voyageurs obligera la SNCF à se recentrer sur les dessertes « rentables économiques » entraînant une baisse de charge TGV et Intercités. Le rapport Spinetta prévoit déjà de passer de 415 rames TGV en 2017 à 302 en 2027 !
  • En cas de perte de marché, tous les agents ne seront pas transférés, uniquement ceux « qui concourent directement à la production ». Pour les autres, ce sera soit la mutation, soit en cas de refus: le licenciement. Par ailleurs les salariés transférés n’auront pas la possibilité de revenir à la SNCF, sauf si nous récupérons le marché au prochain appel d’offre.
  • Risque de licenciement économique pour les agents contractuels.
  • L’accord d’entreprise Temps de Travail sera vidé de son contenu (Ex-RH0077) et utilisation de l’article 49 qui permet des dérogations à …l’accord d’entreprise.
  • Multiplication de la polyvalence des métiers ( un grand métier de commercial qui ferait de l’escale, de la vente et du contrôle, etc…)
  • Aucune garantie sur la reprise de la dette de la SNCF, la question étant renvoyé à la fin du mandat de Macron et soumis à conditions. Malgré les déclarations du président Macron expliquant que c’était bien une dette d’Etat.
  • Mise en place de « stratégie SNCF »: « Polyvalence, fin des accords locaux qui font perdre en efficacité, organisation locale du travail et pour cela : décentralisation du dialogue social, nouveaux métiers, simplification des organisations et procédures »
Propos d’Emmanuel Macron dans le journal le Mag de juillet 2017.

Le 22 mars 2018, Toutes et tous en grève et à la manifestation nationale des cheminots.