La SNCF propose un logement systématique aux jeunes embauchés: Parole parole parole…

La SNCF, par l’intermédiaire de son directeur Transilien, a fait des annonces surprenantes . Dès le 1 janvier 2019 les nouveaux embauchés se verront lors de leur recrutement proposer un logement en IDF.

Pour les agents en formation, un logement en résidence meublée (PARME c’est pas une nouveauté!!!) leur serait proposé, et pour les autres, une proposition de logement adapté à la situation de famille avec un loyer attractif, le tout à moins de 20 KM de leur lieu de travail. ( un vrai défi en IDF!!!)

Ces annonces nous amènent à plusieurs réactions :

  • Pourquoi se limiter aux nouveaux embauchés ? Alors qu’il y avait en juin 2018, 312 demandes en souffrance uniquement sur l’ex-périmètre du CER PSE. Certaines demandes datant de plusieurs années ! SUD-Rail demande que ces mesures s’appliquent à tous les cheminots et pas uniquement aux nouveaux embauchés. Par ailleurs, cela ne risque-t-il pas de mettre encore plus en difficulté les agents embauchés avant le 31 décembre 2018 et ayant ou allant faire une demande de logement?
  • En 2017, le parc de logement SNCF était de 33.000 logements, soit une baisse de 46% en 11 ans. En 2019, SNCF Immobilier va vendre une partie d’ICF Novedis à des fonds de pension de retraite pour 1.4 milliards d’Euros. Les capacités immobilières de la SNCF n’ont jamais été aussi faibles ! Comment la SNCF va-t-elle pouvoir répondre aux 2.000 embauches en IDF (tous EPIC confondus) ?  En 2016, seuls 33% des logements sociaux étaient occupés par des cheminots/pensionnés, ce taux remontant à 60% pour le parc libre. C’est-à-dire que dans la grande majorité des logements SNCF…il n’y a quasiment plus de cheminots. Pour rappel, seulement 12% des salariés de la SNCF sont dans un logement ICF (Immobilier du Chemin de Fer)
  • Pour palier aux opérations spéculatives de SNCF immobilier, la SNCF payerait à des bailleurs externes des réservations d’appartements, pour un montant de 20 à 25 millions d’euros par an. On marche sur la tête !
  • La SNCF préfère vendre son parc immobilier et payer d’autres bailleurs afin de pouvoir loger ses salariés, une véritable aberration économique et sociale.
  • En IDF, un peu plus de 2.000 embauches seront faites dans les 3 EPIC en 2019. C’est donc des centaines de demandes de logements qui devront être satisfaites. Si à cela on rajoute les demandes en souffrance, nous ne voyons pas comment la SNCF va pouvoir satisfaire toutes ces demandes.
  • Derrière la communication se cache une terrible réalité: la SNCF n’est plus une entreprise attractive.

SUD-Rail va suivre ce dossier au plus près. Car il est hors de question que les agents embauchés avant le 31 décembre 2018 subissent les dommages collatéraux de la politique de logement de la SNCF.

Mais nous veillerons également à ce que derrière les grands effet d’annonces, la SNCF respecte ses engagements vis-à-vis de tous les nouveaux cheminots .

La SNCF n’arrive plus à embaucher…
Cela fait des années que SUD-Rail avertit la direction qu’à force de remettre en cause notre contrat social nous allons être confrontés à deux phénomènes : d’abord un problème d’attractivité mais aussi un souci de fidélisation des cheminots. Entre 2016 et 2017 les démissions à la SNCF ont augmenté de 24%. De nombreuses régions n’ont pas réussi à remplir leur quota d’embauche fin 2018. On peut le comprendre : pourquoi entrer dans une entreprise sans Statut (disparition au 1er janvier 2020), un régime spécial de retraites et de prévoyance en danger . tout cela pour bosser en horaires décalés, pendant les vacances scolaires le WE et les jours fériés, avec un salaire qui n’ a pas augmenter depuis 4 ans.