Le 14 mai doit être historique.

Depuis le 3 avril, toutes les organisations syndicales appellent à faire grève mais ce ne sont que les portes paroles des cheminots. Aussi elles appellent à renforcer la lutte par une journée sans cheminot , parce que la SNCF est un service public et c’est bien nous qui l’assurons , au quotidien, 24 heures sur 24, ce n’est ni le gouvernement, ni Guillaume Pépy.

Nous savons qu’un très grand nombre des salariés de la SNCF sont contre cette réforme, un cheminot est obligatoirement contre la mise à mort de la SNCF et du service public. Les autres sont à la SNCF comme ils pourraient être chez LVMH ou Mac do, ils se moquent de l’écologie, de l’aménagement du territoire, de la qualité de service et de la sécurité… Ils ne parlent du service public que pendant la grève, le reste du temps, ils sont responsables des désagréments que subissent tous les jours les usagers et de la dégradation de nos conditions de travail.

Ils veulent faire du zèle, et bien laissons les seuls le 14 mai, Tous les cheminots seront en grève, le service public sera en grève pour sa propre défense, il n’y aura en gare que des fossoyeurs.

Nous savons que pour beaucoup, la grève coûte cher et demande de gros sacrifices. Mais elle est nécessaire, c’est le seul moyen qui nous reste pour nous faire entendre, si nous ne faisons rien aujourd’hui, nous allons perdre beaucoup plus demain.

Le 14 mai, tous les cheminots doivent être en grève.

Partout dans les bureaux, les chantiers, les ateliers, les dépôts, zéro cheminot au boulot.

Depuis plus de 20 ans, de nombreuses réformes, de nombreux plans de sauvegarde et autres idées farfelues étaient censés améliorer le service public, renforcer la sécurité, réduire la dette. Qui peut dire que la productivité/ la polyvalence, la reforme des retraites, l’ouverture à la concurrence du Fret, les filialisations, la sous-traitance et les réformes de 1997/2014/2016 ont été bénéfiques. Bien au contraire, tout ce qui a été mis en place n’ a fait qu’augmenter la dette et les coûts, dégrader la sécurité, nos conditions de travail et la qualité de service rendue aux usagers.

Une reforme est nécessaire mais celle-ci doit être bénéfique aux usagers et ne pas dégrader les conditions de travail des cheminots… c’est loin d’être le cas avec ce projet!
Il faut pérenniser le financement du chemin de fer car c’est un enjeu écologique et sociétal.
Il faut une SNCF unifiée et forte, qui aurait comme priorité la sécurité des circulations et des personnes et avec un service rendu équitable aux usagers. La réforme proposée par le gouvernement et la direction SNCF va faire payer la note aux usagers et cheminots , dégrader le système ferroviaire et la qualité de service juste pour satisfaire l’appétit financier de quelques uns.

Le 14 mai doit être une étape pour amplifier et renforcer la grève. Il faut renforcer la lutte, notre avenir et celui du service public en dépend.

Petit point d’histoire.
Pour ceux qui disent que la vie est plus dure et la répression plus forte qu’avant… Nous rappelons juste que nous allons fêter cette année les 70 ans de la grève des mineurs de 1948 alors que le gouvernement s’attaquait à leur Statut. Pendant et après le conflit, la répression contre les mineurs a été un des pires moments oubliés de l’histoire française. Eux qui avaient fait d’énormes efforts pour redresser le pays après la guerre, eux qui avaient fait grève pendant l’occupation nazie. La répression était tellement forte, que des familles avaient fait héberger leurs enfants dans des familles sur la région parisienne tandis que l’armée et les CRS faisaient le chemin inverse. Le bilan de cette grève d’environ 2 mois est de 6 morts, des centaines de blessés, des mineurs immigrés expulsés, 2500 procès, 1000 condamnations à de la prison ferme, 3000 licenciements, des familles brisées et sans logis. Petit détail, le gouvernement voulait même supprimer les allocations familiales aux familles de mineurs pour les punir de lutter. C’est grâce aux luttes de nos aînés qu’aujourd’hui nous pouvons profiter des acquis sociaux. Tous ensemble nous devons les préserver et en conquérir de nouveaux.