Le journal de l’EIC PSE – mai 2019

L’un des actes fondateurs pour bâtir le « nouveau monde » cher à Macron a été de « réformer », pour toutes les entreprises de France et dans la fonction publique, les instances obligatoires pour la représentation du personnel.

D’un coup de plume (par voie d’ordonnance), sans le moindre débat à l’assemblée nationale, Macron a effacé près d’un siècle de luttes sociales et de compromis au sein des entreprises. Fin de la Délégation du Personnel et du Comité d’Etablissement (obligatoire dans la plupart des entreprises depuis 1945), et fin des Commissions Hygiène Sécurité Conditions du Travail, mises en place après la victoire de Mitterrand en 1981.

Ces instances ont été remplacées par le CSE, vague instance monstrueuse (notre CSE Réseau IdF comporte plus de 13 000 agents sur son périmètre, pour 35 élus !) ou l’on discute, dans la même cession, à la fois des résultats financiers de l’entreprise et des conditions de travail des agents en poste !

Voilà le nouveau monde de la Macronie : Des élus très peu nombreux, professionnalisés et surtout, éloignés du terrain. c’est l ’ensemble des travailleurs qui est visé par cette attaque qui vise à désorganiser et priver de moyens les OS combatives comme SUD-Rail.

Avant :
22 élus DP (dont 14 élus SUD-Rail)
16 membres des 3 CHSCT (dont 6 SUD-Rail)
Les mandat d’élus DP étaient distincts de ceux de membres CHSCT. Il y avait donc possibilité d’avoir 38 représentants sur l’établissement, soit environ 1 représentant pour 18 agents de l’EIC PSE

Maintenant :
4 élus CSE titulaires (dont 3 SUD-Rail)
5 Représentants de Proximité RPX (dont 3 SUD-Rail)
8 membres de la CSSCT pour l’EIC ET l’Infrapôle PSE
La direction impose le cumul des mandats : les membres de la CSSCT sont choisis parmi les élus CSE et les RPX. Nous avons donc dorénavant 9 représentants sur l’établissement, soit 1 pour 80 agents


Equipe Circulation IdF de l’Infralog : Attention, les chasseurs de prime débarquent à l’EIC !!!

L’Infralog (Etablissement Infra Logistique) est un établissement à périmètre national qui a pour objet la logistique (acheminement de matériaux, gestion des wagons de ballast,…) lors de travaux d’importance exceptionnelle (régénération d’infrastructure, chantiers de longue durée). Pour ces opérations particulières, les Infrapôles régionaux ne disposent pas des ressources suffisantes. L’infralog dispose, pour l’exécution de sa mission, d’agents de la filière transport (AMV, CSRMV TTMV), agissant sur les périmètres des EIC. Ces agents viennent normalement en renforts-travaux dans les postes, ou interviennent comme Agents-Circulation pour ouvrir des gares temporaires ou normalement fermées pour permettre l’exécution des travaux.

Les missions des Equipes d’Appui Circulation (EAC) Idf & Province nouvellement créées sont bien différentes et n’ont strictement rien à voir avec les travaux ! Il s’agit notamment de remplacer les agents grévistes et de soutenir la politique de sous-effectif dans les EIC ! Bref, c’est la création d’un « POOL FAC » à la sauce circulation. Bien sûr ces objectifs sont peu avouables, et les agents concernés vous diront qu’ils ont le droit de grève comme les autres. Néanmoins le dossier de présentation de la création de ces EAC en CHSCT ne laisse aucun doute sur leur mission réelle : « Il s’agirait de créer au sein de l’Unité Circulation 2 équipes supplémentaires d’assistance. Une auprès des EIC de Province, l’autre auprès des EIC d’IDF. Ces 2 équipes porteraient assistance aux EIC confrontés à des situations de crise de production en fournissant des compétences circulation « prêtes à l’emploi ». Cette assistance devrait aider les EIC à réaliser le service minimum garanti que la loi impose à l’entreprise depuis 2007 » Extrait du PV de CHSCT de l’Infralog National du 11 décembre 2018

SUD-Rail s’est toujours opposé à la création d’une « super réserve circulation », notamment pour les raisons suivantes :

  • Le recrutement est opaque, se fait sur CV sans prise en compte de l’ancienneté des agents et sans que les postes ne soient visible sur la Bourse Emplois-compétences. Nul ne sait ce qui se dit dans le secret de l’entretien de recrutement. Mais la boîte a reconnu en CHSCT qu’on leur demandera d’aider les EIC à réaliser le service minimum ! Comprenne qui pourra….
  • Cette équipe « ultra-réactive » permet aux EIC de s’affranchir de recruter de nouveaux agents de réserve en local. Cela pèse à la baisse sur le niveau de l’effectif dans les EIC.
  • Les agents de l’Infralog National font leur demandes de congés protocolaires un an à l’avance, celles-ci sont acceptées d’office, ils ne sont donc pas là pour « donner le coup de main pour accorder les protos » comme certains DPX le prétendent ! (même si ils le feront cette année à Vigneux car ils ont été recrutés dans l’année, mais c’est un cas exceptionnel).
  • Cela amplifie l’injustice salariale dans les postes. En plus de la prime de réserve « classique », les agents de l’EAC sont payés en déplacement tous les jours travaillés (+ 87 € / jour). Par ailleurs l’entreprise leur paye en sus les nuitées en foyer ORFEA !
  • Ces agents seront formés sur 10 à 15 postes différents. SUD-Rail dénonce cette organisation qui ne prend pas en compte la connaissance fine des postes d’aiguillage nécessaire à un haut niveau de sécurité.

Alors que faire ?

Chacun est libre de refuser de former un agent au poste de travail, cela ne fait pas partie des missions pour lesquelles nous sommes rémunérés.
Si collectivement nous refusons de former les futurs agents de l’EAC, ceux-ci irons sévir sur d’autres établissements.

Ne participons pas aux magouilles de la direction qui cherche par tous les moyens à faire de la productivité sur le dos des agents !


DCI SUD-Rail sur la Mise en application du RH50501 : « Prévention pour la maîtrise des risques liés à la consommation de produits psychoactifs »

L’objet de la consigne nous laisse perplexes : « La politique de prévention de ces risques mise en place à l’EIC PSE a pour objectif de diminuer le nombre et la gravité des accidents et incidents liés à l’usage de ces produits».
Les causes généralement révélées par les REX à la suite d’incidents sont le manque de formation, la fatigue (liée aux congés refusés, longues GPT des agents de réserve, etc), la surcharge, ou encore la mauvaise organisation des travaux. Leur stratagème pour masquer l’insuffisance de leur gestion : culpabiliser les agents ! Voici quelques-unes des nouveautés que l’EIC nous a concoctées en ce sens :

Pas de dispositif d’auto-évaluation dans les postes. Le seul aspect réellement préventif aurait été de mettre en place dans chaque poste des dispositifs d’auto-évaluation pour les agents ayant un doute sur leur état à la prise de service. Malheureusement, la direction de l’EIC n’a pas retenu cette possibilité pourtant prévue par le RA00644, le règlement national qui encadre notre RH local… Histoire de pousser les agents à la faute ?

Des actions de dépistages aléatoires nominatifs et pseudo-confidentiels d’alcool ou de produits stupéfiant.
Sous couvert de prévention les agents occupant des postes dits «sensibles » (poste de sécurité) pourront être soumis à des tests nominatifs. En cas de refus, l’agent est relevé de ses fonctions, devra repasser la VMAS et/ou l’habilitation au poste de travail, voire même la psycho !
Il ne s’agit pas de mesures de prévention mais de mesures disciplinaires ! Par ailleurs, les tests prétendument « aléatoires », en l’absence d’un protocole type « tirage au sort » s’apparentent plutôt à un test « à la tête du client ». Dans ces conditions, ces tests aléatoires peuvent être considérés comme du harcèlement par les agents ciblés.
SUD-Rail soutiendra les agents qui attaqueront l’entreprise en ce sens !

La campagne de dépistage collectif et anonyme : Attention arnaque !
Sous couvert de prévention, lorsque sur le périmètre d’un poste, une campagne anonyme et collective donnera lieu à un test positif, le dirigeant à l’initiative du test refera passer des tests individuels et nominatifs à tous les agents. En effet, le dirigeant ayant découvert une situation périlleuse doit prendre des mesures immédiates pour y remédier.

Le test de dépistage suite à un incident sécurité
ATTENTION : Lorsqu’un agent est impliqué dans un évènement sécurité, après figeage de la situation, un encadrant (astreint,e DPx, DUO, …) pratiquera un test systématique. Or on sait que certains psychotropes, médicaments, peuvent faire réagir le test salivaire alors que leurs effets sont dissipés depuis plusieurs heures voire plusieurs jours. Mais il est probable que la direction cherchera à sanctionner l’agent en se fondant sur ce seul test. Seule une contre-expertise sanguine par le corps médical (médecin du travail, biologiste, services d’urgence, etc.) est valable pour constater la réalité de l’infraction.


DCI SUD-Rail à la DG Réseau IdF sur l’examen TTMV en promotion interne.

Suite au TTMV 2017/2018 en promo interne, plusieurs agents ayant validé l’examen se sont vu refuser leurs désidératas. Les pôles RH de leurs EIC répondent que l’examen de TTMV 2017/2018 était destiné à la couverture exclusive des postes TTMV en horaires décalés sur leur établissement pendant 5 ans minimum….
De nouvelles clauses n’ayant rien à voir avec les compétences professionnelles ont effectivement été ajoutées en catimini dans l’avis d’examen pour l’accès au grade de TTMV par promotion interne. Elles sont à la fois discriminantes (aptitude sécurité obligatoire) et injustes (obligation de prendre un poste en horaires décalés, blocage sur l’établissement d’attache).

SUD-Rail exige que les désidératas exprimés suite à l’examen TTMV promo interne pour accéder à des postes en journée soient pris en compte !

Ces agents travaillent en horaires décalés depuis le début de leur carrière ! La Direction refusant de créer ou supprimant les postes en journée ouvert à l’exécution ou pour la Q. D, l’unique possibilité d’obtenir ce type de poste, est de valider le TTMV. Beaucoup de ces postes sont vacants (Assistant travaux, horairiste, formateur, COFO, COSEC, etc). . Par ailleurs l’expérience et la connaissance du terrain de ces agents est une véritable valeur ajoutée sur ce type de poste.

SUD-Rail exige que les lauréats puissent être notés en fonction de leurs désidératas sur un autre établissement IDF lors de leur prise de poste !
Etant donné que les sujets des UV (CIGNAL, REMED, PROFER) de l’examen TTMV sur le périmètre de l’IDF sont identiques quel que soit son EIC d’attache, pourquoi ces agents, souvent attachés à leur établissement depuis de nombreuses années ne seraient-ils pas « libérables » après leur examen pour prendre un poste vacant sur l’IDF ?
Par ailleurs, les EIC d’IdF alimentent depuis toujours d’autres établissements ou domaines (dans les directions, CNO, ingénierie, etc.) qui ne peuvent pas ouvrir d’examen TTMV au vu du faible nombre d’agents d’exécution dans leur circonscription.

Sud-Rail exige que l’examen de TTMV soit ouvert à tous les agents d’exécution et de Q. D indépendamment de leur aptitude physique !
En spécifiant dans l’avis d’examen que les seuls candidats autorisés sont ceux remplissant les conditions d’aptitude VMAS, la SNCF discrimine les qualif B, C et D inaptes, alors que des postes de TTMV ne sont pas tous soumis à la VMAS (pôle, BHL, rédacteur de consigne, bureau travaux, formateur, et plein d’autres). Rappelons que bien souvent les inaptitudes sont liées aux effets délétères du travail en horaires décalés….

Pour ces agents qui ont déjà subi de plein fouet leur inaptitude (perte de salaire, handicap physique), le châtiment est cruel : ils n’ont plus de possibilité d’évolution de carrière. Merci patron !

Pour l’entreprise, c’est un non-sens : elle se prive d’une possibilité de reclassement d’un agent, et elle devra embaucher/ former un nouvel agent pour remplacer cette compétence perdue….


Modification des installations au P2 et P3 de Bercy

Ça y est, les P2 et P3 de Bercy pourront être exploités en gares temporaires. En effet les installations ont été modifiées dans ce sens.
C’est la réponse de la direction face aux difficultés de tenu de poste : pas de nouvelles embauches mais la possibilité de mettre des poste en gares temporaires.
SUD Rail revendique des embauches supplémentaires pour des tenues de postes correctes mais pas de fermeture de poste.


SUD-Rail signe l’accord national sur la mise en place des 23 Comités d’Activités Sociales Inter-Entreprises (CASI)

Cela permet de mutualiser la gestion des ASC (Activités Sociales et Culturelles) : Cantines, Bibliothèques, Réductions spectacles, etc. pour tous les cheminots des différents établissements du Groupe Public Ferroviaire exerçant sur une Région SNCF historique donnée.

Ainsi, sur la région de PSE, que l’on soit agent de Réseau, de Voyage, de Transilien, etc., on bénéficie des ASC proposées par le CASI de PSE.

Suite aux dernières élections professionnelles, Sud-rail est majoritaire au CASI de PSE, et à ce titre cherche à renouveler les activités proposées aux cheminots et à leurs familles. Cela sans nuire à l’emploi au sein des activités du CER et en conservant son patrimoine historique qui appartiens aux cheminots (Cantines, bibliothèques, stade de Villeneuve St Georges,…).
Dans le cadre de ce renouvellement, l’Arbre de Noël 2019 consistera en une journée au parc Astérix. Par ailleurs, l’âge maximal des enfants bénéficiaires passe de 12 ans à 14 ans.
En outre, le catalogue des jouets a également été refondu et étoffé pour offrir aux enfants de cheminots (jusqu’à 12 ans) une offre actualisée.


Expérimentation sur la ligne Corbeil-Malesherbes ODICEO

DIGITALISATION, DIGITALISATION….. De la 1503 et des ordres écrits.
D’après la direction : « ODICEO participera à l’amélioration de la traçabilité et de la fiabilité des échanges. » et à l’ « amélioration de la régularité ferroviaire ». Mais quand on voit la qualité de notre matériel et de notre réseau informatique, SUD Rail émet quelques doutes.
En lisant plus attentivement cette information sur l’expérimentation, nous constatons que l’AC n’aura plus qu’à suivre les logigrammes et à cliquer sur des cases à cocher dès qu’il aura réalisé une procédure sécurité. Les ordres écrits se compléteront automatiquement.
Pour SUD Rail, cette digitalisation à outrance et cette automatisation des procédures sécurité va entraîner une perte de compétences des agents et contribuera à rendre notre métier toujours plus abstrait.
La circulation ferroviaire n’est pas un jeu vidéo !


On n’est pas tous logés à la même enseigne….

Alors que la CCR de Vigneux est de plus en plus fortifiée, que nos cadres sont envoyés au Maroc pour des formations, qu’on rappelle des retraités pour venir travailler avec le budget que cela va demander, la simple installation d’une marquise au poste 2 de VTR est visiblement impossible.
Pour rappel, les agents de ce poste ont des toilettes à l’extérieur et ne sont pas protégés des intempéries sur le parcours.
SUD Rail demande simplement que les conditions de travail des agents soient acceptables.


La SNCF vend Ouibus pour… 1 Euro.

Idbus a été créé en 2011, pour se transformer en 2015 en Ouibus. En juin 2019 Ouibus sera vendu à Blablacar.
Mais combien aura coûté cette aventure? 210 millions d’euros d’investissements depuis 2011. A cela il faut ajouter la reprise de 40 millions de dettes de Ouibus par la SNCF. Le bus grande ligne va coûter 250 millions d’euros au groupe SNCF. Par ailleurs si la SNCF vend pour 1 euro 100% de Ouibus à Blablacar, la SNCF va débourser 80 millions d’euros pour acheter 5% des parts de Blablacar. Soit un total de 330 millions d’euros de coût pour le groupe SNCF. Combien de trains et de TGV achetés, d’augmentations de salaires, auraient pu être faîtes avec ces 330 millions d’euros ?
Le Bus grande distance est une aventure où la SNCF n’a pas été la seule à se casser le nez, Transdev ayant jeté l’éponge et vendu Isiline/Eurolines à Flixbus, après avoir perdu plus de 80 millions d’euros dans l’affaire.
Lorsqu’on voit les conditions de travail des chauffeurs de bus qui sont pour la plupart des auto-entrepreneurs, on se dit qu’il est grand temps qu’une politique de transport ferroviaire sociale, écologique et de qualité soit mise en place. Par ailleurs, les plus modestes méritent autre chose qu’être entassés dans des bus, dans les bouchons des capitales régionales. Il y avait 5 compagnies de Bus Macron en 2015, elles ne seront plus que 2 en 2019 : Flixbus et Blablabus.
La libéralisation des transports de bus longue distance est un échec économique, un échec social, un échec écologique, un échec pour la SNCF, une honte pour le service public.


Bienvenue à RATatouille……

Dans divers postes de l’EIC, il y a une présence récurrente de RATS.
Nos petits amis à 4 pattes rongent les câbles des Platines téléphoniques; comme ce fut le cas au P4 de VSG, privant ainsi les agents des téléphones et de la GSMR.
SUD Rail revendique la dératisation systématique de tous les postes de l’EIC, ainsi qu’un traitement préventif régulier.


La direction de la SNCF s’acharne sur les militants SUD-Rail

Rénald passe en conseil de discipline le 19 juin , Eric le 23 mai, tous les deux risquent la radiation des cadres, soit le licenciement.

Deux représentants SUD-Rail qui risquent la porte, ce n’est pas banal. L’un pour s’être mis à genoux devant ses patrons, l’autre pour avoir voulu déplacer une traverse de chemin de fer devant des toilettes insalubres.
À chaque fois la direction n’hésite pas à mentir et à divulguer les pires inepties afin de discréditer nos militants.

Sur la région de PSE c’est la deuxième fois en moins de trois mois que notre syndicat est victime de discrimination syndicale. En janvier la direction de Gares et Connexions et de l’ESV ont voulu se débarrasser de l’ensemble de l’équipe SUD-Rail de la société de protection sécurité Lancry, lors de la passation de marchés à Octopus. Prises la main dans le sac, par un courrier, une enquête de l’inspection du travail et un article du Parisien, la direction de l’ESV et de Gares et Connexions ont fait marche arrière. Deux mois plus tard, profitant d’une action d’un militant de l’ESV sur le site de Conflans, la direction l’accuse de vol et le menace de licenciement.

SUD-Rail PSE ira en justice pour défendre notre collègue.
Mais pourquoi un tel acharnement? Car Il faut que la boîte fasse passer de nombreuses réorganisations dans les mois qui viennent, il est donc important pour elle de mettre tout le monde au pas, à commencer par les militants syndicaux revendicatifs.
Il est important qu’un maximum de cheminots soient en grève et viennent au rassemblement à la défense le 19 juin à partir de midi.