Le p’tit railleur : Le journal des élus CSE BFC

C’est dans une ambiance particulière que s’est déroulée cette plénière, à la suite des dramatiques suicides de cheminots qui s’étaient produits la semaine auparavant.

Avec l’ombre du procès Lombard qui plane, les débats sur les risques psycho-sociaux furent houleux, surtout avec une direction qui fait preuve d’une froideur sans précédent. C’est dans un déni de réalité le plus total sur la situation sanitaire dans l’entreprise que la direction avance ses pions afin d’atteindre ses fameux objectifs. Des objectifs qui détruisent jour après jour notre outil de travail et abîment notre santé physique et morale, avec toujours la concurrence comme excuse… exactement la même qu’à France Telecom, désormais au banc des accusés. ..
Petit résumé de cette séance: 2 jours pleins d’empathie…

Risques Psychosociaux, état de santé des agents, premiers signes d’hésitation de la direction.
Dès les déclarations liminaires le ton fut donné, et la direction prise à froid sur le sujet. Suite aux dramatiques évènements de la semaine passée il était hors de question de lâcher les managers sur le sujet. Après un échange musclé de plus de 3h la direction plie et accepte de divulguer les résultats des études Ampli et Allure dans le cadre d’un prochain CSE extraordinaire. Mais SUD-Rail n’en resta pas là et a poussé pour que soient lancés des travaux dans le cadre de la CSSCT et d’un autre CSE. Le but: enfin traiter sérieusement les risques psychosociaux et l’accompagnement des agents, et
qu’ils fassent l’objet de mesures concrètes. Devant l’insistance des élus et le spectre de multiples procédures, la direction accepte de déclencher ce processus… Sûrement l’effet du procès Lombard et de la procédure nationale d’entrave déclenchée.


NOUVEAU TECHNICENTRE A DIJON ! ATTENTION AU CHANTAGE A LA CHARGE DE TRAVAIL

La création d’un nouveau technicentre à Dijon est en route. Sa mission, assurer la maintenance du matériel Régiolis récemment commandé par la région. Même si SUD-Rail se réjouit d’un nouveau site de production, l’expérience montre qu’en général la direction n’hésite pas à jouer la carte de la concurrence entre sites pour mieux dégrader les conditions de travail. SUD-Rail n’est pas dupe et fera tout pour que cette création ne se fasse pas au détriment des uns ou des autres. La vigilance reste donc de mise !


PROCEDURE DE DEPART EN GARE DE MONTBARD ET DES LAUMES, REPORT !

C’est en tentant de faire passer ce projet en information et non en consultation que la direction voulait arriver à ses fins. Un très mauvais calcul ! Pendant deux heures SUD-Rail n’a cessé de poser des questions sur la sécurité, l’avenir des agents, sans compter les documents sécuritaires manquants aux dossiers. Suite à ses deux heures de débats SUD-Rail demande une suspension de séance et propose aux OS une motion pour saisir l’inspection du travail.
Au retour de cette suspension et devant la tournure des évènements la direction revient sur sa décision et décide de passer par une consultation reportant ainsi son projet de suppression de départ des trains dans ces deux gares.


DES GUICHETS, POUR QUOI FAIRE ?

C’est la question que se pose la direction dans ses projets fous de digitalisation. Un à un nos managers ferment les guichets (pas moins de 4 dans le dernier dossier présenté) au détriment du service public arguant que les ventes physiques sont en chute libre. Evidemment lorsque la direction ouvre les guichets à des horaires inhabituels, ou ne tient pas les postes, la vente de billets s’écroule. Pourtant les usagers réclament de la proximité. La direction enclenche cette restructuration sans avoir l’aval des maires, en outrepassant la convention TER BFC. « Si les maires ne sont pas d’accord, nous trouverons un plan B » dixit la direction.
En attendant, avec un futur incertain, baladés de postes en missions, ce sont bien les agents qui paient la facture en subissant une situation anxiogène et dévastatrice moralement. Le bien être des cheminots, c’est bien le cadet des soucis de la direction !


SERVICES DE COMMANDE DE L’ETABLISSEMENT TRACTION, UNE RESTRUCTURATION INABOUTIE !

La direction travaille depuis plusieurs semaines sur un projet d’évolution des services de commande des ADC avec des réductions drastiques d’effectifs (dont les deux tiers des GM sur certains sites tels que Laroche et Nevers), comme cela s’est fait sur AURA sans pour autant rectifier les erreurs de cette organisation. SUD-Rail réussit à faire évoluer les choses. Alors que le projet initial ne laissait qu’un chef de feuille et un GM sur chaque site, la direction, consciente de certaines problématiques, table désormais sur un chef de feuille et deux GM sur Nevers et Laroche.
Malgré ce contexte de productivité inacceptable, SUD-Rail continuera de travailler pour faire bouger les lignes et défendre des conditions de travail décentes qui respecteront l’équilibre vie professionnelle/vie privée, car de nombreux points sont encore en suspens: la qualité du roulement, les horaires, la charge de travail incombant à chaque poste, etc.


VERSEMENT DES ITT ! BIENVENUE AU PLUS GRAND CABARET !

C’est le one man show du mois de mai à ne surtout pas rater. Alors que la direction annonçait après l’intervention de SUD-Rail qu’elle verserait aux ASCT de Nevers touchés par la perte de charge Intercité, les ITT au mois de mai, ceux-ci n’ont rien eu sur le bulletin de paie. La cause, une grosse boulette administrative des managers qui bloque les versements. En attendant les agents s’assoient sur leur dû, et devront attendre…
Décidément c’est à se demander si une organisation existe au sein de cette entreprise !
Toujours est-il que SUD-Rail continue de suivre de très près cette affaire pour qu’enfin les ASCT Nivernais bénéficient de cette mesure.


RATTACHEMENT DE L’UO VOYAGE A PSE

Le rattachement de l’UO Voyage est prévu pour octobre, si la direction affiche un projet sans productivité à date, la direction d’axe, elle, ne cache rien de ses intentions.
Nos inquiétudes sont nombreuses :

  • impact sur le déroulement de carrière (TER et Voyage),
  • impact sur le parcours pro,
  • impact sur l’organisation du travail, notamment les congés (TER et BFC),
  • impact sur la CPST…
  • traitement des inaptitudes et reclassements…

Pour l’heure, nous n’avons aucune réponse de BFC quant à la reprise éventuelle d’agents en reclassement. A suivre…


AMIANTE: LA DIRECTION AU PIED DU MUR

C’est le dossier chaud bouillant de ce premier trimestre. Epinglée par la justice, mise en défaut par l’inspection du travail pour manquement grave, la direction se voit acculée dans le dossier amiante concernant les wagons. Devant l’accumulation des dossiers et les premiers dépôts de plaintes pour empoisonnement à l’initiative de SUD-Rail, la délégation a demandé en plénière qu’un recensement des agents ayant pu être exposés soit réalisé sur toute la région. Il est nécessaire d’avoir le bilan de cette catastrophe sanitaire pour que les agents puissent ensuite avoir accès au suivi médical indispensable pour leur santé qui leur est dû. De ce fait, les modalités de ce recensement et autres travaux se feront au sein de la CSSCT nouvellement créée. Toujours est-il que seule une procédure en justice aura fait bouger les lignes et mis la direction au pied du mur. La rentabilité est décidément beaucoup plus importante que la santé.


COMMISSION TERRITORIALE DE PROXIMITE, ENFIN !!

Il aura fallu 5 mois pour mettre en place le fonctionnement total des instances et des ex-CE. Après plusieurs ébauches de règlements intérieurs de l’intersyndicale, 3 OS ont estimé que le fonctionnement proposé par la « 1ère organisation syndicale » était loin de représenter les cheminots et leurs votes. SUD-Rail, CFDT et UNSA ont donc travaillé sur un projet respectant la représentativité et créant une instance se rapprochant des ex-DP ce que la direction a accepté.

Cette commission sera composée de 24 membres dont 12 non élus et portera les réclamations individuelles et collectives de tous services. Cela est certes insuffisant en rapport à ce que nous avions avant la mise en place des CSE introduit par la loi travail (que nous avons dénoncé et combattu) mais elle évite des commissions calquées sur le projet de direction de ligne de la direction TER BFC. Pour SUD-Rail, à l’heure de la compétition entre agents mise en place par la direction il est essentiel de garder une unicité dans les instances et ne pas cautionner les « républiques bananières » voulues par notre direction.

Cet accord annonce enfin un vrai progrès en terme de fonctionnement mais surtout en terme de proximité pour les agents par rapport aux projets de règlement intérieur de la direction et de la « 1ère OS ».
Par cet accord régional une équivalence aux 3 anciennes instances est maintenue ce qui permet de mieux représenter les cheminots malgré les dires de certains détracteurs.

CASI ET ACTIVITES SOCIALES : TOP DEPART AU 1er JUILLET

La nouvelle organisation des activités sociales étant acquise, celles- ci vont pouvoir redémarrer totalement le 1er juillet avec le démarrage des CASI. Bon nombre de cheminots se posaient des questions et s’interrogeaient sur le sujet des activités sociales qui étaient en suspend depuis le 1er janvier. Les derniers transferts de patrimoine et de gestion seront terminés d’ici la fin juin ce qui lancera définitivement les activités. Bien sur celles-ci pourront évoluer en fonction de la gestion issue des dernières élections.