Le vilain petit canard de Sol&Rail 11-2017

Retour sur la Commission Territoriale du 7 Novembre

En préambule de la Commission Territoriale du 7 Novembre, notre Directrice de Fret Sol&Rail Mme Larrouy a pris la parole pour réciter un petit texte écrit d’avance, consistant à déminer pas mal de sujets parus dans la presse.

Premièrement au sujet du rapport de la cour des comptes concernant Fret SNCF : elle partage tout à fait le constat qui est fait sur la situation économique de l’entreprise, à savoir un déficit toujours présent mais des efforts consentis depuis 10 ans et une dynamique encourageante. Les frais financiers (= intérêts de la dette) de Fret SNCF s’élèvent actuellement à 200 millions d’euros par an, en augmentation constante. La « marge opérationnelle » (un terme cher à notre patronne) reste négative à -120 millions d’euros. Cela dit, elle cite plusieurs facteurs externes qui expliquent les difficultés du fret ferroviaire : la désindustrialisation du pays, les relations compliquées avec Réseau, …

L’objectif de nos dirigeants nationaux est aujourd’hui de pouvoir présenter des comptes acceptables au ministre des transports, pour obtenir une nouvelle recapitalisation. Mais, elle a botté en touche au sujet de la filialisation et/ou de la privatisation : sans exclure que cela soit des contreparties exigées par l’état, pour elle ce sont des choix politiques, et cela ne nous regarde pas !

Elle a ensuite cité plusieurs « leviers de performances » identifiés pour redresser la MOP, les deux premiers étant évidemment la « reconception de l’organisation » et la « gestion capacitaire », deux termes langues de bois pour dire « comment supprimer encore des postes pour dégager de l’argent sur la masse salariale ». Retenons cette citation « il va falloir encore faire des efforts de productivité ». Très facile de dire ça quand on est dans un bureau la journée, dans son lit la nuit, et en famille les weekends et jours fériés ! Ce n’est surement pas madame Larrouy qui ira mettre les gants de nuit par -2°C et accrocher trois trains en même temps, pour assumer ses choix stratégiques !

Elle a parlé aussi de « l’autonomisation de Fret SNCF » : comprenez par là le refus de payer pour des prestations imposées à Fret SNCF par la direction informatiques aux expertises trop généralistes et orientées « voyageur ». On peut la rejoindre sur le fait que « Fret ne peut se payer le niveau d’expertise de TGV », mais l’autonomie de Fret SNCF, ne serait-ce pas le précurseur à la séparation totale du GPF ?

Pour les sujets emploi, elle a d’abord démenti le chiffre de 3000 suppressions de postes à Fret SNCF dans un futur proche. Toutefois elle assume de supprimer beaucoup de postes, elle se targue que « ça va continuer ». Et en parallèle, elle voit l’intérim comme la solution à tous les maux de Fret SNCF et regrette que cela ne soit pas encore beaucoup plus en place. Pour schématiser, l’entreprise rêvée de madame Larrouy, ce sont des employés précaires qui ne sont utilisés que quand il y a de la charge, donc deux semaines par ci, trois semaine par là…

Enfin au sujet des céréales, elle confirme que les récoltes sont satisfaisantes, mais que les flux ne circulent pas, la faute à une concurrence internationale en position dominante : des céréales ukrainiennes de très bonne qualité et moins chères, une balance euro/dollar défavorable…
En attendant tout le monde s’accorde à dire que lorsque la campagne démarrera (tardivement), nous ne serons pas en mesure de l’assurer car nous manquons de personnel ! Mais pour madame Larrouy, aucun lien avec la destruction des effectifs constante à la DFSR. C’est vrai, pourquoi le manque de personnel serait lié aux suppressions de poste hein ?


Plateforme Fret Normandie :

SUD-Rail exige un moratoire sur la suppression de notre unité et des emplois !

Un nouveau Directeur d’Unité est arrivé fin octobre sur l’Unité Plateforme Fret de Normandie… Mais que nous voyons très peu. Et pour cause : c’est le même DU que sur l’Unité Fret Ile-De-France ! Le même qui rechigne à aller du 130 à Paris jusqu’à Clichy, alors imaginez ce que c’est pour lui d’aller en Normandie ! SUD-Rail s’oppose au projet en cours d’absorption de Sotteville par l’UF IDF, Sotteville ne doit pas devenir sa petite annexe.

Cette énième réorganisation se traduirait par de nombreuses nouvelles suppressions de postes dans tous les métiers et tous les collèges. La direction a précisé à plusieurs reprises que tous les agents sont concernés. Elle souhaite mettre en place son projet en 2 étapes : 1ère étape mi 2018 et 2ème étape fin 2018 voire début 2019.

Marre des réorganisations incessantes avec des destructions massives de postes et une détérioration des conditions de travail pour ceux qui restent ! C’est usant, notamment psychologiquement, et il est urgent que cela cesse !

Nous affirmons que Fret SNCF doit rester en capacité de répondre aux demandes de trafics sur la Normandie, y compris variables, des clients existants et à venir, en maintenant tous les moyens humains.

Une relance du Fret Ferroviaire Public est indispensable en France. Dans plusieurs pays européens limitrophes, des plans de relance ont été décidés très récemment.
Ainsi en Allemagne, le gouvernement a pris dix mesures cet été, parmi lesquelles la prise en charge par l’Etat de 47% du coût des péages (soit une enveloppe de 350 millions d’€ en 2018), des investissements dans l’infrastructure et la baisse de certaines taxes (sur l’électricité par exemple). Une telle stratégie ne peut s’imaginer sans l’implication de l’opérateur historique : du coup, DB Cargo qui a 60% de part de marché et qui devait mettre en œuvre un plan de 2000 suppressions de postes, est obligée de changer radicalement sa stratégie : elle va créer 700 emplois et acheter 60 locomotives et 4000 wagons.

Nous pouvons changer les choses ! Le fatalisme n’est pas de mise !
Nous continuerons à nous battre par tous les moyens !!


Brèves de la Plateforme CAP :

Sur la PF CAP les mois se suivent… Et se ressemblent.
En effet, ce 25 Octobre , un 5ème déraillement s’est produit sur le site de Tergnier. Pour 2017 on totalise 6 événements sécurité (5 déraillements et 1 franchissement de carré ).

On en demande toujours plus aux agents ,le sous effectif est criant, conjugué à l’état de délabrement des installations, on doit produire à moindres coûts, humains et matériels, et on ne peut que constater les dégâts !!

Heureusement toujours pas de dommages humains !

Ajoutons à cela le moral des troupes qui est en berne suite aux différentes annonces de nos dirigeants (appels d’offre en cours pour garder la BDI qui engendrerait 20 bonshommes sur le carreau en cas de perte…) et les cadences infernales avec le fameux « congé 0  » au 31 Décembre, et la messe est dite !!

Lors de nos dernières réunions DP nous avons clairement identifié les besoins actuels et surtout les futurs…
Lorsque l’on dit au patron que Mr « Untel » et Mr « Truc » vont partir en retraite et certains sont en souffrance sur leur poste , on nous répond :  » on verra en temps voulu  » .
Ok chef on a compris on fait comme d’habitude : on court et on fait un tas ? Bref c’est du grand n’importe quoi !! S’agit il d’une gestion à la voile et complètement amateur ou nos dirigeants savent-ils exactement ce qu’ils font avec des objectifs inavouables ?

Faites vous votre idée !!! Espérons juste que cette année finisse sans nouvel événement sécurité et que l’on parte sur des bases plus sereines pour la prochaine… L’espoir fait vivre !!

Du côté des bonnes nouvelles : pour assurer la campagne sucre nous avons accueilli 3 copains de l’UFNA arrivés en Septembre et qui devraient rester jusqu’en fin d’année… Voire plus si besoin et si possibilité pour eux !


UFSA : le mot de « la fin » pour Hourcade ?

Chaque jour, est un nouveau jour au Fret, on est loin de s’y ennuyer… Chaque jour, nous nous attendons à découvrir une nouvelle restructuration, encore, et encore…

Après le départ de nos CRLO et nos CODESS à l’EIM, nous attendons le verdict final de notre direction pour connaitre les agents nominés à rester après la fermeture des relais, cette sentence est repoussée de mois en mois, au fil des mois… Ceci dit le plus tard serait le mieux n’est-ce pas? Que du bonheur me direz-vous, mais après l’échéance annoncée de septembre, celle de décembre, maintenant c’est mi-janvier….

Les maux et les mots sont durs, insupportables, insoutenables : n’avez-vous pas la triste impression d’être le condamné, dans le couloir de la mort, à attendre votre heure ?!!

Compte tenu de cette situation, l’ambiance entre collègues est délétère, exécrable, même si malgré tout on tente de se rassurer mutuellement. Et quand bien même nous resterions après, qu’en sera-t-il de l’annonce faite de 3000 agents de moins à Fret SNCF ???
Peut-être ne serai-je plus là pour en parler, peut-être aurai-je été remplacer par un agent ADECCO, dernière mode de la direction nationale !

Que devons-nous faire, que devons-nous penser ?? Suite au prochain épisode…

Soyons unis ! Soyons solidaires et à l’écoute de chacun !
La guerre sociale est déclarée au Fret SNCF, résistons et battons nous pour conserver notre droit au travail !
Ne nous laissons pas intimider, nous sommes les plus forts !
Donc un seul mot d’ordre : UNION !


Semaine de la QVT sur l’UF Ile-de-France : l’hypocrisie à son paroxysme !

Du 9 au 13 Octobre s’est tenue la Semaine de la Qualité de Vie au Travail sur l’UF IDF.
Cet évènement désormais annuel s’est déroulé dans la plus grande discrétion : contrairement à 2016, là aucun affichage dans la plupart des chantiers, à peine un atelier d’une demi-journée au Bourget annoncé par de petites feuilles A4 (les banderoles de l’année dernière ont disparu) et tenu dans une petite salle à l’étage, … Ah si : dans les bureaux du 130 il y a de la communication à tous les étages !

Alors on pourrait se demander si la qualité de vie (au travail ou non) intéresse encore nos dirigeants. Si elle l’a un jour intéressée me direz-vous. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on s’intéresse au budget QVT alloué par l’Entreprise : où est-il passé ? Quelqu’un a-t-il vu une amélioration de ses conditions de travail depuis la mise en place de cette démarche ?

Mais le pinacle de cet abandon, c’est que la semaine suivante, un collègue de l’Unité Fret était convoqué au Prud’hommes, à l’initiave de l’Entreprise qui conteste son inaptitude de nuit ! Inaptitude prononcée par le même médecin du travail qui animait l’atelier au Bourget…

Selon la SNCF, un agent qui peut travailler jusqu’à 21h ou à partir de 6h peut travailler entre 21h et 6h… Mais bien entendu : travailler de nuit c’est pareil que de travailler de jour ! Il faut vraiment être déconnecté de la réalité de nos difficiles métiers pour avoir le culot de plaider ça devant un tribunal !!

La blague du jour du Directeur Commercial de Sol&Rail :
Il nous demande de « faire quelque chose » pour que les agents ne fassent plus grève, parce que « les clients ne comprennent pas ces mouvements qui ne sont pas liés à un appel national ». Très drôle M. le Directeur Commercial, mais on vous rappelle que s’il y a des grèves ce n’est pas du fait des syndicats, mais de l’employeur qui délaisse ses salariés et ne prévient pas les conflits !


SUR L’UFNA, NON AU TRAVAIL INTERIMAIRES, OUI AUX EMBAUCHES !

Après l’échec total de la mise en place d’intérimaires sur le site de Poitiers, la direction de l’UFNA réitère en catimini son projet sur le site de Saint Pierre des Corps. Sur les 3 intérimaires qui étaient prévus à Poitiers, seul un est encore en poste. Les deux premiers ont accepté un CDI, l’un chez SFERIS (filiale de la SNCF) et l’autre à l’EIC. Comme quoi les contrats précaires n’intéressent pas les agents !

Suite à l’annonce officieuse de l’arrivée de trois intérimaires pour une durée de 13 mois sur le site de Saint-Pierre-des-Corps, les Organisations Syndicales ont été reçues en DCI le jeudi 12 Octobre par messieurs Moulin (DU) et Cusumano (RH) au siège de l’unité.

Cette concertation aboutit au dépôt d’un préavis SUD-Rail et CGT de grève pour la journée du jeudi 23 novembre 2017

Dans la lignée de la politique libérale de la direction FRET SNCF qui vise à sa filialisation, notre Directeur d’Unité continue à précariser l’emploi des cheminots en ayant recours une fois de plus aux travailleurs intérimaires en toute illégalité puisque ces embauches sont sur des postes pérennes, et ce malgré son engagement au printemps dernier à ne pas voir cette formule se développer.

Quant à sa promesse d’embaucher deux agents à SP, nous attendons toujours qu’elle soit tenue…

Contrairement à ce que souhaiterait le DU nous ne resterons pas sans réagir face au démantèlement de notre entreprise et à la précarisation de nos emplois !

Comme le 09 février dernier nous montrerons à nos dirigeants notre détermination !

Nous exprimerons notre refus de la précarisation du travail au sein de FRET SNCF en participant au rassemblement du jeudi 23/11/2017 à 9h30 au siège de l’UFNA !!!