Matériel : Baisse de charge, T1, Apprentis

CHARGE Technicentre Industriel

La chasse à la charge a débuté depuis des années entre Technicentre.
Comme notre direction n’est pas capable de la prévoir, chaque Technicentre cherche lui-même des charges de travail qui ont pour certaines rien à voir avec le ferroviaire.

De plus en plus de travaux dédiés aux Technicentres Industriels sont délocalisés sur les TM pour éviter les ruptures de flux de trafic et utiliser des ressources externes via l’intérim ou des agents des task-force.

Il faut que ce chantage à l’emploi cesse dans les TECHNICENTRES, les transformations de Rennes et bientôt de ROMILLY et Oullins en centre PRM doivent nous faire réfléchir. C’est peut-être le début d’une séparation des activités PRM loin des sites ferroviaires pour bientôt s’en séparer. Nos dirigeants y pensent… ils y voient une source de profit et d’externalisation d’une partie du TI.

SUD-Rail est à ce jour le seul rempart à la destruction quasi annoncée du domaine M avec toutes ses composantes ( IVS, ICC, TI, TECHNICAMPUS, Siege de M, CIM, AEF, ETC…).

Avenir des TI /direction M

SUD-Rail le dit à cor et à cri depuis 2014 avec la mise en place de la convention collective ferroviaire pour l’ensemble du GPF : L’ensemble des agents des TI et de la direction M ne font pas partie de cette CCN.

Comme le statut va disparaître après le 1 er janvier 2020, que restera-t-il aux cheminots des TI?
Bien peu…. Pourtant en 2014, certaines OS avaient dit que rien ne changerait… et bien le changement sera bien là.

SUD-Rail revendique que l’ensemble des salariés de la SNCF soit rattaché à la CCN…celle que la direction nous promet de haut niveau !

Apprentissage piloté

Ce dispositif de formation est en grand danger, la faute à qui ? A une gestion par activités qui tronçonne la SNCF en tube ou rien ne filtre.
En effet, la direction M n’a plus la main sur la partie RH des TM, mais seulement des TI.

Le CFA national n’existe plus. Il est devenu régional où la grande partie se fait en IDF et un peu sur Lille et Strasbourg. Le dispositif tant vanté auprès de l’éducation nationale peine à remplir les promotions SNCF. Tous les diplômes manquent de candidats, et quand ils vont au bout du diplôme, beaucoup refusent d’être recrutés au sein de la SNCF. Celle-ci ne fait plus rêver les jeunes (Salaire de misère, contraintes horaires, et travail monotone).

SUD-Rail tire le signal d’alarme depuis des années. Il faut revenir à un apprentissage de métiers SNCF avec des spécificités qui maintiennent le savoir faire reconnu dans le monde ferroviaire.
Nos difficultés de recrutement actuelles doit nous faire réfléchir sur la place de l’alternance dans la GPEC au MATERIEL. La réforme du ferroviaire est passée par là, et les décisions prises vont encore affaiblir notre système d’alternance piloté.
Que va devenir notre apprentissage piloté ? Un outil au service de la branche ferroviaire pour recruter, un système de main d’œuvre bon marché sans aucune perspective d’embauche à l’issue de leur diplôme????

SUD-Rail fera tout pour sauver l’apprentissage et les élections à venir est le moyen de renforcer cette vision de la défense des acquis au sujet de l’alternance.