PACTE FERROVIAIRE : PEPY ENFONCE DEJA LE CLOU

SUD RAIL DEMEURE LA SEULE ALTERNATIVE POUR RESISTER

En juin dernier, alors que « certains faux naïfs » annonçaient que le statut était préservé, que la dette était reprise par l’état et qu’il restait 80% du contrat social des cheminots à écrire lors des négociations de la CCN avec l’UTP, seul SUD-Rail dénonçait avec détermination tous ces mensonges.

De l’aveu même de Pépy début octobre, « les cheminots au statut coûtent trop chers face à la concurrence du privée », et il ajoute « qu’il ne peut pas y avoir une SNCF à deux vitesses » … Ce qui confirme la fin du recrutement au statut à partir de 2020 mais surtout que les cheminot-e-s au statut vont voir celui-ci se vider de son contenu.

Les premiers effets de ce funeste pacte ferroviaire se font déjà sentir, de nombreux DET (Paris Est, Paris Nord, Rhône-Alpes…) se sentant pousser des ailes dénoncent sans retenues des accords et usages locaux (dénonciation des protocoles congés, modification des règles d’utilisation des agents …). Ces patrons avancent l’argument fallacieux de l’arrivée prochaine de la concurrence pour tirer vers le bas les conditions de travail des cheminot-e-s en augmentant notamment la productivité des roulements des ADC.

Pépy et ses complices n’ont qu’un seul but, casser davantage le service public ferroviaire, supprimer toujours plus de cheminot-e-s.
Toujours dans Les Echos, Pépy annonce la disparition de 15000 à 20000 postes de cheminots d’ici 2026).

Cette casse a déjà débuté avec la fin programmée des métiers de contrôleurs (EAS, portique d’embarquement sur les quais…) et des commerciaux (dématérialisation des titres de transport, digitalisation…) mais aussi avec les fermetures annoncées de certains Technicentres (TICP à Saintes, TSEE à Villeneuve St Georges).

Au printemps dernier, les ADC se sont massivement mobilisés pour lutter contre ce pacte ferroviaire mortifère, maintenant, il est temps de choisir qui défendra au quotidien les cheminot-e-s, qui permettra de nous organiser collectivement.

Votez et renforcez SUD-Rail, unis nous sommes plus forts.

Vous le savez, Macron veut dynamiter le système de retraite par répartition et supprimer les régimes spéciaux de retraites (dont celui des cheminot-e-s). Aujourd’hui, le niveau de pension est connu, car il tient compte de notre salaire et du nombre d’années cotisées, c’est un système à « prestations définies ».
A l’inverse, le système « par points » envisagé ne garantit aucun niveau de retraite car le montant de la pension dépendra uniquement de la valeur du point décidé par le gouvernement.

SUD Rail ne fait absolument pas confiance aux libéraux qui nous dirigent, ce mode de calcul ne bénéficiera pas aux travailleurs mais une nouvelle fois au patronat.

On saura ce qu’on aura versé, pas ce à quoi on a droit, c’est un système à « cotisations définies ».

Concernant la suppression du régime spécial des cheminot-e-s, nous savons tous que nous avons énormément à perdre. Il est important de rappeler que le taux de cotisation retraite à la SNCF est supérieur à celui du régime général, aussi notre régime spécial a été mis en place pour tenir compte des spécificités des métiers à la SNCF ainsi que pour recruter et fidéliser cheminots.

SUD Rail mettra tout en œuvre pour permettre aux cheminot-e-s de se battre pour conserver des pensions dignes et notre régime de retraite solidaire.