Personnel CE : Une réunion pour pas grand chose

Une nouvelle réunion de la Commission paritaire s’est tenue le 15 novembre, un mois après la précédente. Après avoir « oublié » de réunir cette instance pendant plus d’un an, nos employeurs veulent multiplier les réunions. Mais cela n’a d’intérêt que si ces réunions servent à quelque chose, et là, on ne peut qu’en douter.

Une augmentation de 50 centimes par jour, et pas pour tout le monde
Le mois dernier, le collège employeurs avait annoncé qu’il réfléchissait à un moyen d’appliquer aux personnels des CE et du CCGPF les mesures « bas salaires » que la SNCF avaient appliqué aux cheminots en… juillet 2017.
Il réfléchit toujours, et prendra une décision unilatérale d’ici la fin de l’année. Cette « augmentation » serait d’environ 15 euros par mois (50 centimes par jour) et concernerait les « plus bas salaires »… ce qui reste assez peu précis.
Par contre, le collège employeurs ne prévoit toujours aucune augmentation de la valeur du point ni aucune mesure pour le déblocage de la majoration « anniversaire en % » (ancienneté).

Beaucoup de réunions prévues en 2019
Le collège employeurs a annoncé une série de réunions pour l’année 2019 :

  • Les 12 février et 12 mars auront lieu des réunions concernant le « référentiel métiers ».
  • Le 9 avril aura lieu une réunion de la Commission paritaire sur ce référentiel et la protection sociale (Prévoyance et complémentaire santé).
  • Le 14 mai aura lieu une réunion concernant la grille de classification et les coefficients.
  • Le 11 juin aura lieu une réunion de la Commission paritaire portant sur les « négociations salariales ».
  • Le 12 novembre aura lieu une réunion de la Commission paritaire suite aux élections professionnelles des personnels CE/CCGPF (le collège employeurs souhaite qu’elles n’aient pas lieu avant septembre 2019… alors qu’elles étaient prévues à l’origine en juin 2018 !).

Bref, toute une série de réunions qui doivent être des moments où se faire entendre collectivement !

Et toujours pas d’informations sur notre avenir
Après avoir dit qu’il fallait attendre les résultats du jugement de mi-octobre concernant les périmètres, puis attendre la réunion « conclusive » avec la SNCF de fin octobre puis celle de début novembre, le collège employeurs nous dit maintenant qu’il faut attendre le résultats des élections à la SNCF (du 16 au 22 novembre) et les réunions qui vont suivre, pour avoir des informations sur la façon dont les CSE vont se mettre en place le 1 er janvier, et comment et à qui les personnels et les installations seront transférés.
Si nous sommes prêt-es à entendre que nos employeurs-syndicalistes ne disposent pas de toutes les informations précises et que les résultats des élections auront des conséquences, nous ne pouvons pas accepter que les discussions sur notre avenir n’aient pas commencé !

Le collège employeurs évoque maintenant une « période de transition » de 6 mois, mais confirme que les CE disparaitront le 31 décembre. Il est urgent que nos employeurs-syndicalistes travaillent concrètement sur les différentes pistes et scénarios. Et nous répétons que les personnels des CE et du CCGPF et leur-es représentant-es doivent être associé-es aux discussions qui concernent leur avenir !