Que cache la vente de Ouibus à Blablacar ?

Blablacar, ou l’économie du « blabla »

Présenté comme un groupe international (implanté dans de vastes pays comme le Brésil et la Russie), la société est surtout une entreprise française, puisqu’elle y réalise 75% de son CA.
D’ailleurs, son modèle repose sur du vent, puisque son modèle de développement repose actuellement sur le gratuit (à l’étranger). Ses perspectives économiques sont donc très hypothétiques… Blablacar ne gagne pas d’argent depuis sa création en 2004.

Malgré cela, Blablacar propose d’acquérir Ouibus et d’ouvrir son capital à la SNCF.

En clair, il s’agit d’une alliance entre deux sociétés qui perdent de l’argent. Rappelons en effet Ouibus est toujours un gouffre financier pour la SNCF : en 6 ans, l’entreprise a perdu 165 millions d’euros… payés par la SNCF. En 2017, pour un Chiffre d’Affaire de 55 millions d’euros, Ouibus en perdait encore 35.

Aussi, la question n’est pas de savoir combien va rapporter la vente de Ouibus, mais combien cela va encore coûter à la SNCF !

Il y a donc tout à craindre que la « vente » de Ouibus se fasse par une nouvelle recapitalisation de l’entreprise. En clair, que la SNCF comble une fois de plus le déficit de Ouibus. On note que cette « vente » accélère et achève la réorganisation fondée sur le modèle de la sous-traitance généralisée, puisqu’on dénombre la suppression de 100 postes de chauffeur travaillant pour Ouibus.

La « vente » de Ouibus se traduirait également par une entrée au capital de blablacar de la SNCF. La direction n’a évidemment pas communiqué sur le coût de cette entrée. Tout porte donc à croire que la « vente » de Ouibus se traduise dans les faits par de nouveaux « investissements » de SNCF dans un secteur qui n’a jamais été viable économiquement. Mais puisqu’on vous dit que le problème de l’entreprise, c’est le « statut des cheminots » et que tout ira mieux sans…

La SNCF serait plus inspirée d’investir dans le ferroviaire, plutôt que de partir dans des aventures financières aussi risquées qu’éloignées du chemin de fer !