Rapport d’enquête sur la dérive de Serqueux

Le 20 octobre 2015, le TER n° 848973 circulant entre Abancourt et Rouen percute en pleine vitesse deux bovins échappés de leur enclos. Après le choc, le conducteur s’aperçoit qu’il ne peut pas arrêter son convoi qui dérive à 100 km/h environ en direction de Serqueux.

Après avoir parcouru près de 20 km et traversé la gare de Serqueux à 80 km/h, le train
ralentit dans la rampe en direction de Sommery jusqu’à la vitesse d’un homme au pas.
Le conducteur se munit alors de deux cales anti-dérive, descend en marche et immobilise le train. L’événement n’a fait aucune victime humaine.

A l’époque, la SNCF annonçait à la presse et aux cheminots que les circonstances de l’accident était improbable et qu’il y avait trés peu de chance de se reproduire.

Sauf que, ce n’est pas un cas isolé comme le prouve l’accident de Sallanches en 2009 (accident de circulation avec un 4×4 à un passage à niveau). Des débris étaient projetés sous la caisse d’une UM (2 AGC couplés pour 1 seul pour Serqueux) et rendaient inefficaces les freins des 10 bogies de la rame. Au niveau de la direction de la circulation ferroviaire, l’événement a été remonté comme une simple collision de PN, sans intérêt particulier.

Pourtant des modifications ont été apportées pour protéger les organes de frein sous caisse, mais visiblement, cela n’a pas suffit…

 

Le rapport du BEATT
Le rapport du BEATT
rapport_beatt_derive-AGC.pdf
3.5 MiB
304 Downloads
Détails