Retraite par points, l’arnaque du siècle

Emmanuel Macron, Jean-Paul Delevoye, intronisé Haut-commissaire à la réforme des retraites, et le gouvernement ont sorti l’artillerie lourde de la communication. Leurs mots ne relèvent vraiment pas du hasard : face aux 42 régimes actuels, la création d’un régime « universel » ; la lisibilité («
je sais combien j’ai de points ») et, bien sûr, la liberté (« je n’ai pas assez de points, ma retraite me paraît insuffisante, donc je ne pars pas ») et l’égalité avec le « un euro cotisé donnera les mêmes droits ».

En fait, toute cette littérature n’a aucun rapport avec l’objectif annoncé : la création d’un régime par points entraîne une rupture totale avec nos régimes qui, eux, donnent des droits connus malgré toutes les réformes successives ! L’enjeu du projet pour les décennies à venir est de faire encore baisser le volume des dépenses consacrées aux retraites, à un rythme plus soutenu que celui des dernières années et avec la bénédiction des « partenaires sociaux ».