Sécurité en gare : Les agents LANCRY en grève

Un mouvement de grève des agents de sécurité de la société LANCRY du site de Paris gare de Lyon a débuté en Aout 2017.

Rappel des principales revendications :

  • Arrêt immédiat de la discrimination managériale
  • Respect de la convention collective (plannings de travail conformes, paiement de toutes les indemnités dues…)
  • Augmentation de salaire
  • Prime de risque/froid
  • Attribution du 1% patronal à l’ensemble des salariés en toute transparence
  • Outils de travail fonctionnels pour tous (1 radio par personne)

Dans un premier temps, la direction de LANCRY avait pris des engagements afin d’apaiser la situation. 4 mois plus tard, ces mêmes engagements sont passés aux oubliettes et la pression managériale ne fait qu’accroitre au travers, d’intimidation, humiliation et sanctions non justifiées.

La direction de LANCRY laissant la situation s’enliser, le 4 janvier 2018, les salariés de Paris gare de Lyon, ont manifesté leur mécontentement afin de dénoncer la précarité dans laquelle ils exercent leurs fonctions d’agent de sécurité à Paris gare de Lyon et l’agressivité de leur employeur vis-à-vis d’eux.

Dans un dédain absolu, la direction de LANCRY n’a pas hésité à mentir et inventer une agression afin que les forces de l’ordre interpellent et embarquent un gréviste. Les salariés grévistes ont ensuite été bloqués par la police prête à les gazer qui les empêchait de rentrer chez eux au niveau du quai N, quai de service. Le collègue a finalement été rapidement relâché face aux propos confus, contradictoires et mensongers de l’accusateur.

Cette répression sans précédent n’est que le pâle reflet de ce que subissent ces salariés au quotidien, elle bafoue leurs droits : le droit de faire grève, le droit de dénoncer les agissements menaçants et intimidants de leur direction, le droit de s’exprimer… elle ne fait que les provoquer, rendant ainsi la situation explosive. La SNCF est complice, elle se dédouane de sa responsabilité en tant que donneur d’ordre et ferme les yeux malgré les alertes répétées de SUD-Rail.

Les salariés grévistes restent déterminés à défendre leurs droits malgré les tentatives de dissuasion de leur direction.

ARRETONS LE DUMPING SOCIAL