SUD-Rail appelle à poursuivre la lutte !

Pacte ferroviaire, si la CFDT et l’UNSA, un pied dedans, un pied dehors dans ce conflit, appellent à arrêter la grève, pour la Fédération SUD-Rail, nous ne validerons pas des reculs sociaux !

La fin du statut en 2020 !
La concurrence et le transfert obligatoire !
La filialisation du Fret !
La transformation de SNCF en Sociétés Anonymes !
La fin des accords locaux !

Le 28 juin, la bataille du rail doit s’étendre partout !
Les cheminot-e-s poursuivent leur lutte légitime par une grève dont la durée est remarquable !

Face à nous, le pouvoir reste droit dans ses bottes, fait adopter la loi et refuse de négocier. L’Union syndicale Solidaires appelle tous les secteurs à se mobiliser pour faire de la journée du 28 juin partout, une journée de soutien aux cheminot-e-s dans leur lutte contre la privatisation et pour la préservation du statut.

Cette convergence avec les étudiant-e-s, la fonction publique, les aériens, les routiers, les secteurs en lutte, les mouvements d’opposition à la politique de Macron refusée depuis le 3 avril par la CFDT et l’UNSA, ne peut plus être un frein pour la CGT ; la fin des modalités en 2 sur 5 permettra également de coordonner les luttes !

Le 28 juin, on lutte tous ensemble et partout pour un véritable service public des transports sur tous les territoires, pour toutes et tous !

Faisons abroger la loi ferroviaire qui va bénéficier aux patrons sur le dos des cheminot-e-s et des usagers, qui détruira les acquis sociaux de tous les salarié-e-s !

Tous les salariés sont concernés par cette casse du service public ferroviaire, et cette volonté de livrer au privé tous les services publics.
Après la Poste, EDF – GDF, ce sont les transports qui ouvrent le grand chantier de Macron qui veut livrer l’argent public aux appétits financiers.

Les cheminot-e-s doivent rapidement obtenir le soutien actif de tous ceux qui refusent d’être exploités, ignorés, persécutés, volés, car une fois le statut des cheminot-e-s détruit, le pouvoir s’attaquera à celui des fonctionnaires et continuera à détruire tous les acquis sociaux qui présentent des obstacles à la libéralisation totale, Thatchérienne, et désormais Macronienne du marché du travail.

A la SNCF, les cheminot-e-s restent déterminés ; SUD-Rail appelle à une unité syndicale de lutte dans tous les secteurs. Désormais, c’est aux grévistes de définir les formes de leur lutte, et aux organisations syndicales de négocier une autre réforme ferroviaire qui n’en finit pas avec l’entreprise publique et le statut de ses salarié-e-s.

Un même statut pour tous les travailleurs du rail, c’est ça la modernisation du secteur. C’est ce qui permettra de pérenniser un système ferroviaire public, sûr, économiquement, écologiquement et socialement durable !

UNSA et CFDT arrêtent…
Les cheminots veulent l’unité SUD-Rail et CGT !
SUD-Rail appelle à la résistance et à l’unité partout !

  • Les 6 et 7 juillet, la CGT rejoint SUD-Rail pour bloquer la circulation des trains ; un jour où le gouvernement devra rendre des comptes.
  • Dès le lendemain, nous appellerons à renforcer la mobilisation le 11 juillet, où la direction SNCF entend faire l’annonce de 3000 suppressions d’emplois avant une filialisation du Fret.

Après, on continue, on décide dans les AG !