Suppressions d’emplois, polyvalence imposée, Nouvelle Gamme Tarifaire… la direction nous met en danger !

En ce début 2019, les effectifs sont exsangues : les Cadres d’Organisation des chantiers Ventes ne sont pas respectés. Les nombreux postes non tenus qui en découlent accentuent notre souffrance au travail. Sans les agents en CDD ou intérim, l’entreprise ne pourrait fonctionner mais elle refuse de les embaucher. Alors que des collègues se sont vus refuser des congés protocolaires et restent sans solution, ils craignent aussi pour leurs emplois à court terme. En sous-effectif, les agents refusent des usagers pour ne prendre que des ‘départs immédiats’. La direction poursuit sa politique de
destruction des collectifs de travail, de violence managériale et d’atomisation du réseau de vente.

Des agents qui souffrent…

Jamais la pression orchestrée par la direction de SNCF Mobilités sur les agents des chantiers de vente n’avait atteint un tel niveau. Les agents sont clairement mis en danger, et l’attaque touche désormais potentiellement tous les agents.
La politique de casse systématique mise en œuvre par la direction fait que chacun craint pour son avenir professionnel !

…et des voyageurs désemparés

Les voyageurs subissent un « accueil commercial », à l’extérieur des points de vente, par des agents de sécurité. Le mal-être des agents ; le ressenti des usagers sont terribles. Dans certaines gares, à l’entrée du point de vente, ils apprennent que malheureusement ils ne seront pas autorisés à acheter ou échanger leur billet. Pour ceux qui auraient réussi à accéder au chantier de vente, il faut patienter, debout de longues minutes voir plus d’une heure. Ces conditions génèrent une tension permanente, des déceptions et des agressions… La direction en est intégralement responsable. Et malgré les agents en pleurs, les accidents récurrents du travail, et les arrêts de travail, la direction poursuit son travail de sape. Ainsi elle se refuse à embaucher des vendeurs et vendeuses pour réduire l’attente et préfère les envoyer sur TGV et TER à la place des contrôleurs (expérimentation entre Rennes et Nantes) !

Vendeurs et usagers sont victimes de la casse du Service Public et de la perversité de la direction !

Pour augmenter les bénéfices, les patrons des SNCF ne savent que supprimer nos emplois, fermer les guichets et transférer le plus vite possible notre travail au site internet, à l’appli ou aux agences de voyages privées. Parfois même, l’entreprise préfère ne plus vendre de billet : ainsi, en Lorraine, il n’est plus possible d’acheter de billets de train dans plus de 30% des gares. En effet, pour augmenter les résultats d’une entreprise, le plus simple pour un patron voyou est toujours de réduire le coût du travail. En supprimant de nombreux emplois salariés, en fermant des chantiers et des guichets, SNCF Mobilités se comporte comme les plus mauvais : Ford, General Electric, Good Year. Comme eux, SNCF Mobilités crée du chômage.

Pourquoi une Nouvelle Gamme Tarifaire ?

La SNCF a su baratiner les journalistes sur l’intérêt immédiat que les voyageurs – fréquents ou occasionnels – allaient trouver dans la nouvelle gamme tarifaire. Mais le « pourquoi du comment » de cette Gamme Tarifaire est tout autre. La direction met en place une nouvelle grille tarifaire qui permettra aussi de détruire les savoirs professionnels des vendeurs. Si SUD-Rail fait le pari que la nouvelle Gamme Tarifaire ne donnera pas satisfaction aux usagers, SNCF Mobilités espère que les vendeurs, déstabilisés professionnellement, auront des difficultés à donner satisfaction aux usagers en prescrivant le bon produit. Et de fait seront moins combatifs pour conserver leurs emplois.

La direction prend en compte les besoins des entreprises, mais l’offre à destination des usagers qui empruntent quotidiennement le train pour aller bosser pourrait être reportée aux seules politiques régionales TER. Les cartes Avantage ne donneront pas plus de 30% de réduction…

Pour SUD-Rail, l’entreprise a pour objectif d’accélérer encore le transfert des usagers sur Ouigo, en faisant en sorte qu’ils soient suffisamment dégoutés pour ne plus venir acheter leur billet en gare…

Gamme Tarifaire renouvelée sans formation pro !!!

Pour les agents, les CDD et les intérimaires : rien d’autre qu’un apprentissage par l’intermédiaire des ordinateurs ! Les vendeuses et les vendeurs sont en souffrance au travail, victimes des fermetures des boutiques, des fermetures de gares, des suppressions de postes. Tous les jours, les agents apprennent une mauvaise nouvelle.
Il n’est pas tolérable de devoir subir cette (pseudo) formation au rabais.

SUD-Rail revendique de réelles formations professionnelles en salles avec des formateurs qui soient des agents SNCF.

Comment réagir face aux attaques patronales ?

Les milliers de suppressions de postes constituent un plan social d’ampleur. SNCF Mobilités fait son possible pour empêcher les agents de construire une réponse collective. L’ampleur des suppressions de postes, des fermetures de lignes, de gares et de chantier font que SNCF Mobilités peut ne pas savoir reclasser facilement les agents. Plusieurs milliers d’agents SNCF sont actuellement dans les EIM, à effectuer des missions sans possibilité de poste pérenne. Sans vergogne, la direction propose même aux agents de quitter l’entreprise…contre quelques euros.

Pour arrêter la direction, il faut s’organiser collectivement en discutant, en se regroupant, en formant des collectifs de chantiers, de gares, y compris au-delà de notre métier. Quand elles existent il faut prendre contact avec les associations d’usagers et expliquer la politique de l’entreprise.

SUD-Rail appelle les cheminot.es à reprendre l’initiative en se mobilisant. SUD-Rail appelle à la grève le 9 mai, jour de mise en place de la Nouvelle Gamme Tarifaire à Voyages SNCF alors que la situation est catastrophique dans les chantiers ventes et centres lignes directes. Toutes et tous en grève du 09 mai 2019 à 04h00 au 10 mai 2019 à 08h00 !