TSEE : L’Incongru n°152

Pour justifier la suppression de 80 postes de cheminots, le DET avançait la perte de charge. Entre le 1er décembre et le 1er avril, en 4 mois, plus de 50 intérimaires ont été recrutés au TSEE !

En fait, du boulot il y en a, mais pas pour les cheminots !
Le TSEE n’invente rien, l’objectif de Pepy : détruire les cheminots. Dans les gares, il remplace les vendeurs par des machines, les contrôleurs par des Contrôle Automatique de Billets (CAB), les agents d’accueil et de l’INFRA par des sous-traitants, les cheminots du matériel par des intérimaires et bientôt les mécanos par la conduite autonome.

Peu importe si au passage on détruit le service public, voire le service tout court ! Moins de lignes, moins de trains, moins de sécurité, voilà ce que sera la SNCF de ces gens-là. Nous refusons de les laisser détruire le service public ferroviaire, nous ne devons pas les laisser défoncer nos emplois, mettre en danger nos vies et celles des usagers. Nous nous devons de réagir !

La direction tente de nous isoler, ils ont drastiquement réduit le nombre de
représentants du personnel et essaient de casser toute forme de résistance. Nous sommes tous concernés par ces attaques, notre poste est supprimé, nous travaillons trop et sous pression, nous ne recevons aucune reconnaissance de notre travail. Nous ne devons pas rester isolés, c’est ensemble qu’on est plus fort.

Rassembler les forces et les volontés, c’est justement le rôle de l’organisation syndicale, si on veut lutter efficacement il faut donner du poids à vos représentants, rejoignez-nous !


CSE, CSSCT, RPX, CSE-C, CASI

La représentation syndicale a été bouleversée et déstructurée par la « loi travail » imaginée par Macron, essayons d’y voir plus clair !

AXE TGV SUD EST :
C’est notre établissement, au sens juridique, le TSEE devient une unité de production, notre DET est en fait un DUO. Cette entité s’étend géographiquement sur toutes les lignes empruntées par les TGV entre Paris et Vintimille et Paris et Cerbère, il comporte 8 anciens établissements, et tous les métiers travaillant pour et sur le TGV : Mécanos, Contrôleurs, Mainteneurs, Vendeurs, Agents d’escale (Accueil). La population cheminote et de plus de 6200 cheminots, auxquels s’ajouteront cette année les conducteurs TGV de la gare de Lyon qui sont environ 400.

CSE :
Le Comité Social et Economique est composé des représentants que vous avez élus, il est présidé par le Directeur RH de l’AXE. Pour le TSEE siège 2 titulaires 1 SUD-Rail (Christophe HUGUET) et un CGT, il y a 2 suppléants 1 SUD-Rail (Tony DELLAC) et un CGT maîtrise. On y traite de l’ensemble des sujets balayés auparavant par les CER, les DP et les CHSCT.

RPX :
Un accord a été signé au niveau de l’Axe pour la mise en place de représentants de proximité (RPX) pour le TSEE cela se traduit par 8 représentants désignés par les organisations syndicales, 5 SUD-Rail, 2 CGT et 1 UNSA.

CSE-C :
C’est une instance nationale qui regroupe des représentants des CSE de chacun des 3 EPIC, on y aborde les sujets économiques et stratégiques de l’entreprise. Le Rôle est aussi de gérer les activités sociales de la SNCF pour la partie commune à tous les cheminots (Vacances jeunes et famille notamment)

CASI :
Le Comité des activités Sociales Interentreprises (CASI) est une structure qui va gérer les Activités Sociales pour les CSE en fonction d’une zone géographique. Les restaurants, les bibliothèques, l’arbre de Noël…. seront pris en charge par le CASI Paris Sud-Est pour les agents du TSEE.
La création de ces structures permet d’assurer 2 choses primordiales à nos yeux, la stabilité pour les salariés des anciens CER et l’équité pour les cheminots, en effet, ainsi, tous les cheminots paieront le même prix au restaurant d’entreprise.


Activités sociales, ce qui change !

Depuis le mois de janvier il n’y a plus de CER, qu’est-ce qui va changer pour les cheminots du TSEE.

ARBRE DE NOËL, et…
Au CASI Paris Sud-Est dont le TSEE dépend SUD-Rail est majoritaire, notre projet en termes d’activités sociales et restauration sera proposé au CASI durant ce mandat de 4 ans. Une première mesure a été prise pour initier ce changement, SUD-Rail a proposé au CSE de changer le format de l’arbre de Noël, proposition acceptée par l’UNSA.
Il a donc été décidé d’offrir pour Noël une journée au parc Astérix aux enfants jusqu’à 14 ans et leurs parents. Le parc met tout en œuvre pour faire de ce cadeau de Noël une journée inoubliable. Plus de spectacles, un feu d’artifice et autres surprises.
Les jouets commandés pourront être récupérés sur place; un chapiteau est
prévu à cet effet. Nous voulons le meilleur pour les cheminots qui dépendent de notre CASI, nous ferons donc, des propositions d’activités culturelles et sociales, mais aussi pour nos restaurants qui vont en ce sens.


Intérimaires !

En 4 mois, 54 intérimaires sont arrivés au TSEE, dans une période où le DET nous explique que nous n’avons plus assez de travail pour maintenir 80 emplois au statut, sachant que notre Directeur prépare la fermeture de Villeneuve.
Précisons le propos, nous n’avons rien contre les intérimaires, ceux sont les premiers à subir les méfaits de ce système économique par la précarisation. Nous pensons même que ce procédé peut –être une solution alternative, mais dans le strict respect de la loi. Pour rappel, une entreprise ne peut avoir recours à l’intérim que pour 2 raisons :

  • Le remplacement d’un salarié absent.
  • Un surcroît temporaire d’activité.

Or depuis un certain temps beaucoup d’entreprises et notamment la SNCF abusent de ce système. Pourquoi n’est-ce pas bien :

  • Ces salariés précaires vivent difficilement (chômage mal rémunéré, missions aléatoires, refus de crédit, considération dans le travail…).
  • Ils ne sont pas toujours bien formés, par faute de disponibilité des formateurs. Un exemple : les habilitations électriques font défaut à la chaîne confort.
  • Cela tue les emplois, pas d’évolution de salaires, pas de participation, souvent pas de congés payés.

Pour SUD-Rail, nous ne pouvons pas attendre qu’un accident survienne pour réagir, l’entreprise doit cesser le recours massif à l’intérim et rentrer dans le cadre légal en la matière.


Les chaînes, …

Voilà donc la solution miracle trouvée par nos dirigeants pour berner l’inspection du travail sur la pérennité du travail et surtout exploiter une main-d’œuvre plus malléable, puisque « temporaire ».
Le directeur « prend une charge », prétexte une durée courte, et crée une Chaîne. Puis on se rend assez vite compte qu’une fois la charge éclusée une deuxième arrive… après OUIGO, une autre série TGV, puis une autre ….
En fait au TSEE en 2000, il existait une équipe au sein du confort dont une des tâches consistait à effectuer le « houssage » et le « dé-houssage » des sièges : Le SIV ! Ce service était composé de cheminots au statut, pour certain en reclassement. Aujourd’hui, ce travail est effectué par une armée d’intérimaires. Une belle escroquerie, non ?

Chaîne confort
Cette chaîne a été mise en place il y a quelques années soit-disant pour 18 mois, on nous avait promis à l’origine qu’elle comprendrait 50% de cheminots de l’établissement ou détachés et 50 % d’intérimaires.
Aujourd’hui, la chaîne semble pérenne, le nombre de cheminots est réduit à peau de chagrin et le nombre d’intérimaires doit être de 50….
Ce boulot est un boulot qui est repris en partie à l’organigramme, l’emploi des intérimaires dans ce cadre est hors la loi !
Nous demandons que les intérimaires qui le souhaitent soient régularisés en CDI, au statut pour ceux qui remplissent les conditions.

Chaîne Transilien
Cette chaîne a été mise en place pour traiter des rames Transilien, le Directeur a fait croire qu’il s’agissait là du maintien de l’activité sur Villeneuve, Or c’est simplement une charge, sortie de l’organigramme du
TMV, effectuée sur le TSEE en grande majorité par des cheminots d’Hellemmes et Saint-Pierre des corps.
Après avoir été alertés, vos représentants SUD-Rail sont intervenus pour régler les difficultés rencontrées par nos collègues « prêtés » pour faire respecter leur contrat.
Comme c’était prévu, ils seront donc logés en résidence ORFEA au lieu du foyer, et toucheront si ce n’est les chiffres extravagants qu’on leur a fait miroiter, au moins leur dû en conformité avec l’accord signé.


…puis le bagne ?

No man’s land règlementaire, chaîne confort
Quelques exemples de ce que la direction fait quand les travailleurs qu’elle « dirige » ne sont pas cheminots, mais des précaires « chapeautés » par des cheminots sous statut bien protégés et sachant faire respecter leurs droits:

  • Des agents intérimaires de la chaîne confort ont été invités un vendredi à reprendre leur service en gare de l’EST le lundi matin à 6 heures pour aller démonter une rame du côté de Strasbourg avec un retour sur Paris à 19h30, sans astreinte, sans rien en espérant juste être payés en heures sups et ce en dehors de toutes les règles en place à la SNCF.
  • Suite à l’intervention de SUD-Rail, des installations seront mises, normalement, en place d’ici fin juillet pour pouvoir déhousser et travailler dans de bonnes conditions, actuellement les manières de faire sont dignes de Zola.
  • Peu d’agents intérimaires sont formés aux risques électriques et la direction considère qu’une seule personne formée sur 3 serait suffisant. Suite à notre intervention, elle veut faire passer tout le monde à la formation électrique et à la formation gestes et postures .
  • Suite au manque de vestiaires, la direction envisageait de ne donner qu’un vestiaire par agent ou un double vestiaire pour 2. La direction veut remplacer les casiers simples par des casiers doubles en attendant, elle demande aux agents de prendre des vestiaires au HR… à 1 KM de leur lieu de travail !

On comprend mieux pourquoi la direction double les effectifs des intérimaires (50) dans ce secteur pour mieux contourner les règles et faire exploser la productivité sur le dos des travailleurs.
Inadmissible, SUD-Rail ne laissera pas faire et sera très vigilant, la direction a été interpellée à plusieurs reprises , alors plus de pseudo compréhension !


Brèves

Augmentations salariales

30 agents RH0254 annexe C sur la petite cinquantaine présente au TSEE ont été augmentés au 1er avril pour une augmentation moyenne de 1,5%. Pour la vingtaine d’autres, la direction considère sûrement que les états de service justifient de perdre de l’argent. N’hésitez pas à demander des comptes à vos DUO si besoin faites vous accompagner d’un militant SUD-Rail.

Fanfaronnade aux portes !

À peine sorti d’une DCI sur le management agressif dans l’équipe Portes, le DPX fanfaronne auprès de certains agents de son équipe en expliquant qu’il va dorénavant être plus vigilant sur les veilles comportementales (veille de respect de port des EPI et respect des consignes).
C’est symptomatique de l’évolution, à longueur de discours on explique que les veilles et autres contrôles ne servent qu’à assurer la sécurité et dès que l’occasion se présente certains du haut de leurs « petits » pouvoirs s’en servent pour mettre la pression sur les agents. Inadmissible. La direction fera un rappel au DPX, on est loin de Dupont de Nemours où la pédagogie est sensée primer sur la sanction.

Une nouvelle assistante sociale est arrivée sur l’établissement et un médecin de soin doit arriver d’ici fin mai sur Villeneuve.

Poste de gardiennage à Conflans

SUD-Rail a demandé la mise en place d’une porte véritablement isolante à la guérite des gardiens de PC, à chaque période de vent ou pluie , les agents du gardiennage ne sont pas protégés et risquent d’être éborgnés par les lamelles en plastique censées les isoler. La direction répond que personne ne leur en avait parlé et que personne n’a fait de GLPI.
Réponse de SUD-Rail: Qui aurait fait ce GLPI, les salariés de Challancin ? La direction se rapproche de MDII pour voir ce qui est faisable.

Ca fume au VEF !

Suite à l’incident ( fumées) dans le bâtiment 2, voies 25/26 , les agents du TEF ont constaté que leur alarme incendie ne fonctionnait toujours pas .
La direction va demander à l’entreprise responsable de son entretien de la remettre rapidement en service .
Pour SUD-Rail, la direction devrait être aussi exigeante avec elle-même sur la véritable sécurité qu’elle l’est avec les agents pour le port de la casquette et de la chasuble !


Réunion RPX

DEMAIN, LE TSEE… UN ÉTABLISSEMENT OÙ IL FAIT BON TRAVAILLER .
Le DET nous a présenté (pendant les 2 heures qu’il a daigné passer avec nous) un document avec ce titre évocateur. On aurait pu croire à une blague de mauvais goût au regard des réponses du questionnaire TEMPO au TSEE ( 46% de retour) avec seulement 19% de cheminots du TSEE répondant que c’est une entreprise où il fait vraiment bon travailler.
Autant dire que la direction peut mettre tous les titres racoleurs qu’elle veut, elle est bien la seule à y croire ou à essayer de s’en persuader.

Dans ce même doc (présenté à l’ensemble de la hiérarchie en séminaire), on y trouve que le résultat du TGV SUD-EST est passé de –124 millions en 2016 à + 100 millions envisagés en 2019. Ces 224 millions sont faits sur une baisse de la fréquence des rames, perte de 21 rames, tout en transportant autant d’usagers (passage de rames à 2 niveaux et rames Ouigo) et… sur un grand nombre de suppressions de postes de cheminots, et ce dans tous les secteurs jamais évoqués dans ces documents:

  • baisse de 1/3 des postes envisagés au TSEE
  • dégradation des conditions de travail avec une explosion des nuits
  • suppression d’une partie des agents aux guichets de toutes les gares de l’axe
  • suppression future des TA
  • baisse du nombre de contrôleurs.

Pour faire du fric, c’est l’explosion des réformes médicales et des démissions, l’arrivée des intérimaires et la précarisation du travail dans tous les secteurs. Le seul moment où la direction parle des cheminots c’est pour leur taper dessus en expliquant que le taux de productivité n’est que de 66% du temps de travail au TSEE.
Seuls 66% du temps de travail effectué l’est sur rame, peu importe que cette statistique soit faite avec les DPX et cadres qui ne bossent pas sur rame et sont donc considérés comme non productifs par la direction. En expliquant que l’on peut progresser sur ces stats que veut dire le DET: y a-t-il trop d’agents improductifs dont il fait partie ou faut-il nous faire bosser avec un fouet ?

Pour SUD-Rail, pas de doute, un établissement de maintenance sans hiérarchie fonctionnera toujours mieux qu’un établissement sans techniciens !
Pour conclure, concernant ce doc au titre angélique, la direction à aucun moment ne parle des cheminots et de leurs conditions de travail, elle n’y parle que productivité, fric, stratégie. Tout un programme pour vouloir faire un établissement où il fait bon travailler !

SUD-Rail a rappelé que ce qui faisait la richesse de notre établissement, c’était avant tous les agents qui y travaillent, leurs savoirs et techniques .


Réorganisation TSEE
Au cours de cette réunion, la direction oubliait de nous dire qu’à l’horizon 2022/2023, l’atelier 2, voies 39/40, ne serait plus dévolu aux TGV, mais serait intégralement dédié aux rames Automoteurs Moyennes et Longues Distances (AMLD).
Et qu’il est possible le 2 voies 25/26 soit aussi réservé à ces AMLD pour avoir un accès toiture. En clair, plus de bâtiment 2 voies pour les TGV sur le site de VSG !
Quant à la fin de la maintenance des TGV à VSG, le DET reste très évasif: « les transferts des VG et GVG ne seront pas pour 2020/2021, mais plutôt 2022/2023 ».
SUD-Rail est intervenu pour expliquer que le passage des VL de VSG à PC s’est fait sans véritable formation et que les conséquences allaient arriver, que la durée d’une VL passait de 24 heures à VSG à quasiment 96 heures à PC du fait du manque de formation et d’agents.
Concernant le projet de réorganisation de PC peu de changement pour le DET (reste le positionnement du TEF et du banc US à bien redéfinir), on ne serait plus sur un bâtiment devant le 8 voies, mais plutôt un hangar (beaucoup moins cher, pas chauffé et ne permettant pas de protéger des aléas climatiques) ça fait pas mal de changement pour ceux qui vont y bosser. Évidemment pour lui sur le papier ça ne change pas grand-chose!
Une nouvelle présentation du projet reboulé en début d’année sera faite à Pépy pour mi-juillet avec des précisions sur le calendrier et les coûts pour une éventuelle validation. Le DET envisage une fin de travaux pour 2023/2024.
SUD-Rail a demandé qu’une présentation du projet soit faite régulièrement aux agents pour expliquer les évolutions éventuelles , si nous ne sommes pas fans des one man shows du DET, il a tout de même des comptes à rendre aux cheminots du TSEE vu qu’il ne leur demande jamais leurs avis ou ne les associe pas!


Mensonges ou incompréhensions ?

Entretiens exploratoires et ?
Suite aux entretiens exploratoires, la direction devait en début d’année reprendre les agents pour faire le topo et dire à chaque agent ce qu’il était envisagé pour son futur en début d’année. Début mai, 6 entretiens d’orientation avaient été effectués sur 450 .
SUD-Rail a demandé pourquoi, et la RRH a essayé de nous expliquer que les DPX avaient du dire à chaque agent ce qu’on envisageait de lui dans les années à venir. Aucun agent n’a été informé, pire, les engagements solennels pris par la direction lors des annonces de réorganisation.
La direction annonce entre 2 couloirs ou maladroitement dans une conversation la suppression de poste à un agent qu’elle pensait parfois au courant.
C’est inadmissible, SUD-Rail a redemandé que chaque agent soit pris individuellement par le pôle RH pour discuter de son avenir et que soient pris en compte ses désidératas.

Accident du travail, carotte empoisonnée !
SUD-Rail est intervenu auprès de la direction pour demander des comptes sur le challenge Accident du Travail Avec Arrêt (avec lequel nous sommes véritablement en désaccord: 1 an sans arrêt 30 euros en bon d’achat plus 10 euros pour les années suivantes) et d’un éventuel rattachement de la STF à d’autres secteurs juste avant la date anniversaire de leurs «9 ans sans accident ». En clair, la hiérarchie du secteur avait annoncé aux agents de la STF qu’ils seraient rattachés à un secteur ayant eu un arrêt et qu’ils perdraient le bénéfice de leurs 9 ans sans ATAA, ils perdaient au passage 80 euros chacun…

Suite à notre intervention, la direction nous confirme que c’est une erreur et que les agents toucheront bien leurs 110 euros et que la STF ne serait rattachée à aucun autre service, c’était « une erreur d’interprétation » d’un agent. Pour le DET ce challenge créé par la direction n’existait pas, il a fallu que la RRH le contredise pour que la mémoire lui revienne.

OUIGO LYRIA même combat
Le DET nous a annoncé en réunion RPX qu’en 2020 , le TSEE perdra 19 rames 4400 LYRIA (1 niveau ) pour récupérer 15 rames 4700 LYRIA (2 niveaux). La maintenance de ces rames est calquée sur le modèle de maintenance « type OUIGO » donc de nuit .
Les rames rentreront à 21h en UM aux 8 voies à PC et partiront à 4h du matin .Vu la difficulté à traiter les OUIGO actuellement, comment seront faites les LYRIA ? Malgré les alertes des représentants du personnel sur l’organisation de la maintenance avec les suppressions de postes, de nombreux cheminots sont à bout pourtant la direction s’entête dans sa logique de précarité .
Les militants SUD RAIL du TSEE continueront à interpeller la direction et mener des actions avec les agents en souffrance sur les dérives de celle-ci.

Gare de Lyon
À la porte 154 de la gare de Lyon (contrôleur nettoyage PLY) , SUD-Rail demande que le retour de la confirmation des infos sur les rames par talkie-walkie. Actuellement, il y a de gros problèmes de “désheurage” entre la note de la gare et les TSX départs.
La direction assure qu’aucun retour au talkie est envisagé et qu’une procédure de simplification de la note est en cours pour pallier à ce problème de ” désheurage”.
En attendant, ce sont les informations de la note de gare qui priment… si les dysfonctionnements génèrent des risques, Les agents doivent refuser de bosser et se rapprocher d’un militant SUD-Rail.

7 euros pour tous…. sauf pour les ATTS
Le DET a fait le choix de ne pas attribuer la nouvelle Indemnité Opérationnelle Matériel IDF ( 7€/ jour travaillé) aux ATTS sous prétexte qu’ils étaient dans un cursus privilégié et qu’à la sortie de ce cursus…
Ils n’y auraient plus droit, car agent à la qualif E.
Au TMV, voisin du nôtre, les agents ATTS devraient toucher cette indemnité, c’est du grand n’importe quoi.
SUD-Rail va déposer une DCI sur ce sujet, chaque DET ne choisit pas comme bon lui semble l’attribution de prime en fonction de ses humeurs. Au TSEE, c’est bien le DET seul qui s’y oppose !