Une répression sans limites, des patrons dangereux

Rappelez-vous de la répression syndicale d’après conflit avec les 6 militants SUD-Rail injustement visés par les patrons et tout particulièrement orchestrée par les directeurs de l’ESV’Alpes. La mobilisation à l’appel de SUD-Rail/ Solidaires du 14 Septembre réunissant citoyen-nes, associations d’usagers, cheminot-es, personnalité-es, partis politiques, élu-es locaux, organisations syndicales, étudiant-es etc… avait mis le doute dans la tête des patrons qui ont réduit les sanctions et abandonnés l’idée de licencier Alain. Touchés dans leur fierté, ils ont décidé de s’en prendre à un retraité ! Ridicule….

Les 6 de Grenoble +1
Le ridicule ne tue pas ! Fort heureusement, pour le directeur (Mr S.) et son adjoint (Mr A-L) de l’ESV’Alpes. Ils viennent de faire preuve d’une pathétique ingéniosité répressive. Ils voulaient frapper très fort à la sortie du conflit pour détruire les motivations de celles et ceux qui luttent et tout particulièrement des militants de SUD-Rail.
Ils voulaient faire de notre lutte un exemple à abattre ? Et bien c’est raté !
Alors, aujourd’hui, en pleine crise d’orgueil, ils ont décidé de s’en prendre à un retraité – bien entendu SUD-Rail – pour les mêmes raisons injustifiées qu’ont subies les 6 de Grenoble.
La sanction envisagée : « la suspension des facilités de circulation ! » Ils continuent de se tromper.
Cette nouvelle attaque – au-delà d’être honteuse et ridicule – va encore plus accentuer notre détermination à rendre la pareille et d’aller au bout de nos actions ! Nous ne lâcherons rien tant que l’ensemble des sanctions ne seront pas annulées pour les 7 de Grenoble.

Courage ! Fuyons
SUD-Rail tient à saluer le courage des patrons de l’ESV’Alpes qui ont laissé le soin d’accomplir cette pathétique besogne à la « direction des centres de services RH à Amiens ». Un courrier envoyé à domicile, sans réel signataire.
Auraient-ils des craintes sur la validité de cette sanction ???
La justice tranchera….

Un management par la peur qui tue et rend malade !
Le harcèlement, la discrimination dont font preuve les 7 de Grenoble depuis des mois est condamnable. Ces méthodes patronales, qui font rage à la SNCF, peuvent pousser des cheminot-es à commettre l’irréparable et les amener au suicide. Maintenant, ils doivent rendre des comptes pour toute la souffrance qu’ils ont infligée aux militants SUD-Rail. Le cancer qui s’est déclaré chez notre ami Alain n’est pas anodin. Nous ne sommes pas médecin mais de l’avis de celui-ci, la manière dont Alain a été traitée – Sanction abusive, longueur de la procédure, ignorance de sa longue carrière etc…- serait l’élément déclencheur de la maladie.
Ces derniers mois ont été riches en enseignement sur les intentions de ceux, qui souhaitent nous diriger par la terreur. Ils n’ont aucun état d’âme et sont prêts à infliger les pires violences. Ils ont un petit pouvoir et se prennent pour dieu ! Nous allons les faire redescendre sur terre.

LEUR VIOLENCE EST INVISIBLE MAIS DEVASTATRICE !
STOPPONS-LES ! Ensemble…..