UPT Laroche : Rin’à fout…la suite !

Après l’épisode « le sauveur de train » du lundi, le jeudi c’est « cause toujours ! ».

Chacun l’aura compris, les journées resteront telles qu’elles ont été présentées :

  • Les problèmes des agents et de leur vécu au quotidien, Rin’à fout !
  • Les trains supprimés (grève ou autres motifs), Rin’à fout !
  • Les demandes d’améliorations de journées, Rin’à fout !
  • La répartition de charge équitable entre UP, Rin’à fout !
  • Les détentes de grilles pour créer des enchaînements plus vivables, Rin’à fout !

Chaque proposition d’amélioration faite par SUD Rail est immédiatement balayée par la direction au motif du coût. De nombreuses journées se sont totalement dégradées, en particulier les tournées RHR Dijon, seul endroit où il restait un peu de convivialité.

Le RHR Clamecy, les retours de RHR, les variantes du week-end….de pire en pire !

Chaque agent doit prendre le temps de bien regarder ce nouveau service car ce n’est pas fini, la direction annonce déjà que les gains de productivité vont s’amplifier. Alors on fait quoi ?

A partir du 10 décembre, la direction annonce que les ADC vont reprendre le roulement malgré le vilain préavis des méchants SUD Rail (comme quoi c’est possible… !), attention, cela risque d’être très éphémère compte tenu de l’approche des Fêtes de fin d’année…..

N’oubliez pas, toutes les journées de service sont du 100% made in direction. Alors en cas de mécontentement, n’hésitez pas à interpeller la direction, qui compatira ou vous traitera de fainéant (selon les affinités) mais dans les deux cas…Rin’à fout !

Préavis or not préavis ?

Le préavis se terminant le 2 janvier à 8h00 il est donc normal d’envisager la suite…ou pas !

Plusieurs options sont possibles :

On baisse les bras, les yeux, la tête et on attend la retraite. Et puis à chaque prise de service on est de plus en plus dégoûté et la seul motivation c’est ….la fin de service. Bref, Tais toi et Bosses ! T’as d’la chance t’as du boulot !

On met des oeillères, des écouteurs, on s’entraîne à sourire, on se convint que c’est pire ailleurs, qu’on ne peut rien faire, qu’il faut positiver et si la direction nous fait tout se mal…..c’est pour notre bien. Bref, notre maître est trop bon !

Ou alors, on dit comme la direction : « Rin’a fout ». On fait notre boulot le plus simplement possible, juste le minimum « légal » et quand on en a marre on dit « merde » à la direction avec une DII ! Bref on ouvre la soupape, certains diront complaisance, on dira plutôt «  souffrance ».

Il nous faut réfléchir à toute forme d’action. La délégation SUD Rail sait qu’au sujet du préavis de grève et de la punition (Fac) infligée par la direction les avis sont peut être partagés. Quelles solutions ?

  • Pas de préavis, et lorsque la direction va encore pourrir notre quotidien (pour le nouveau service, c’est fait !)….on réfléchira à un préavis.
  • Un préavis continu comme actuellement.
  • Un préavis de week-end.
  • Un préavis (week-end ou continu) qui débuterait début mars (par exemple). Chaque agent aurait le privilège de constater les dégâts infligés dans les nouvelles journées de service et leurs enchaînements ainsi que le manque d’effectif (il faut 66 agents pour couvrir la charge de travail, nous sommes 60 !), les congés refusés…… La direction qui chante à tout va qu’elle ne négocie pas pendant la grève aura donc deux mois pour discuter. Sachant que pour les deux préavis précédant (notation et roulement) elle avait répondu par écrit qu’elle ne recevrait pas SUD Rail…Rin’à fout.
  • Toutes autres initiatives collectives qui contreraient la direction.

En attendant de définir nos futures modalités d’actions, La délégation SUD Rail vous souhaite de très, très bonnes fêtes de fin d’année !