USP : 10ème jour de grève

10ème jour de grève des salariés de l’USP au TSEE ( société de nettoyage des rames).

Les agents de l’USP sont en grève depuis 10 jours, avec le soutien de SUD-Rail. Il aura fallu plusieurs jours de lutte avant que la direction de l’USP décide enfin d’ouvrir des négociations sur les revendications légitimes des agents, à savoir:

  • L’arrêt du projet de réorganisation qui permettrait la modification des horaires et la durée journalière de travail des salariés en fonction du boulot.
  • Le versement de la prime qualité à l’ensemble des salariés, y compris des nouveaux embauchés ( une cinquantaine ne la touche pas actuellement).
  • L’embauche en CDI de tous les intérimaires qui occupent des postes fixes. En 2008, il y avait 254 salariés en CDI, aujourd’hui il n’en reste que 203.
  • L’arrêt du copinage et du favoritisme.

Avant de commencer à discuter avec les grévistes, la direction d’ U SP aura mis en place tout un tas de stratagèmes pour éviter la discussion et casser la grève:

  • Remplacement des grévistes par des intérimaires.
  • Renfort d’agents d’autres sites pour remplacer les grévistes.
  • Cadres et agents de maîtrise de l’ USP venant faire le travail de gréviste ( certains d’entre eux n’avaient pas touché un sac poubelle depuis longtemps).
  • Renfort des salariés de la société EPPSI ( filiale de USP) pour nettoyer les rames alors qu’ils n’ont pour mission qu’à faire le nettoyage des locaux.

Malgré tout la direction d’USP n’est pas en mesure de faire du travail de qualité et en quantité suffisante. Alors elle provoque les salariés, dans la nuit de dimanche à lundi, 3 femmes salariées grévistes ont déposé plainte contre un agent de maîtrise de la gare de Lyon qui les a agressées physiquement ( l’état de santé de 2 d’entre elles a nécessité l’intervention des pompiers et a donné lieu à un arrêt de travail).

La direction, mesurant la détermination des grévistes, propose donc:

  • 40 embauches par tranche de 8 par mois dans les 5 prochains mois.
  • L’obtention de 50% de la prime de qualité pour les nouveaux embauchés aujourd’hui et 50% supplémentaires lors de la renégociation de contrat USP/TSEE en 2015.
  • Le projet de réorganisation pourrait être rediscuté en CHSCT et ne serait qu’à l’état de projet.

La direction d’USP annonce également que des sanctions seront prises contre des grévistes pour faits de grève ( selon nos infos il s’agirait, comme par hasard, de représentants du personnel SUD-Rail) .

Nouvelle provocation !!

Les grévistes refusent donc toutes négociations où des sanctions pourraient être prises contre un des leurs même si le reste des propositions répondaient en partie à leurs attentes.

Et pendant ce temps là, à la direction du TSEE ?

La direction du TSEE ne reste pas neutre dans ce conflit puisque dès les premiers jours, le cadre d’astreinte que nous ne nommerons pas ( on déconne, il est DUO à PE) fait le tour dans les équipes de PC pour trouver des casseurs de grève, en expliquant que l’on se fout de la grève à USP et que l’on doit penser à « nos clients ».

Résultat, selon nos sources, 0 volontaire dans les collèges exécution et maîtrise mais une poignée de volontaires dans le collège cadre et cadre supérieur ( chef production, responsable de la STEF, DUO mouvement PC et DUO PE) ont vidé les poubelles et ont joué les casseurs de grève :

  • La mise à disposition de rame PTT pour retirer rapidement les poubelles du Chantier de Nettoyage.
  • Paiement d’huissiers de justice au frais du TSEE pour surveiller les grévistes.

La section SUD-Rail du TSEE soutient activement les grévistes et appelle l’ensemble des cheminots à venir rencontrer ses salariés qui mènent une grève juste et exemplaire.