Le 08 mars, mobilisation droits des femmes

Mar 5, 2014 | A-En cours de classement

Le 8 mars, pour les droits des femmes, journée de Luttes

Le 8 mars est une journée de lutte pour les droits des femmes, et non une célébration
lénifiante de « la » femme.
Depuis des décennies, c’est par ces luttes que les femmes ont combattu la domination
patriarcale qui les discrimine et les assigne à un rôle déterminé.

Malgré des avancées, l’oppression des femmes reste une réalité ; 80% des pauvres sont des femmes ! A la SNCF comme ailleurs, les inégalités professionnelles et domestiques persistent, de même que les violences sexistes, verbales ou physiques, les injonctions normatives qui enferment les femmes…

Il faut mettre à bas les inégalités qui pèsent encore sur les femmes !
Il faut se mobiliser et continuer la lutte !

Des métiers réservés aux hommes ?

Des stéréotypes qui ont la vie dure.
Il existe encore des métiers considérés comme non mixtes. Faut‐il plus de force pour conduire un train, par exemple, que pour s’occuper de malades dans un hôpital ? Les chargé‐es de recrutement doivent recevoir une formation à l’égalité professionnelle et au rejet des stéréotypes, afin que les femmes ne se voient pas refuser l’accès à certains métiers. Il faut en finir avec les sélections à l’embauche, qui sont sources d’arbitraire.

L’entreprise a du mal à se féminiser et les inégalités demeurent.
Les femmes ne représentent que 18% des agents du Cadre Permanent, mais 41% des contractuelles. La mise en oeuvre d’un plan de régularisation au cadre permanent pour les contractuelles qui le souhaitent répond à un souci de justice pour tous et fera avancer l’égalité entre les femmes et les hommes.
Ca suffit les phrases pleines de bonnes intentions pourvu qu’elles ne coûtent rien !

SUD-Rail revendique du concret.

Trop d’inégalités professionnelles

Chaque année, les statistiques montrent qu’au sein de la SNCF les femmes gagnent en moyenne moins que les hommes et ont un déroulement de carrière plus lent.

La participation des femmes aux actions de formation est insuffisante à cause de décisions patronales : éloignement de plus en plus important des centres de formation, non prise en compte du temps partiel, modification des horaires, … Les périodes d’interruption d’activité (maternité, soins à enfant, maladie), la situation familiale, le temps partiel ne doivent plus se traduire par un frein au déroulement de carrière.
L’adaptation et l’aménagement des locaux, l’amélioration des conditions de travail de tous, ne sont pas du tout une priorité pour nos dirigeant‐es ; ceci freine aussi l’évolution vers une égalité professionnelle.

[important]L’accord Mixité, signé par SUD-Rail a permis quelques avancées. Mais il reste encore
beaucoup à faire ! La réduction des inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes réclame, en plus d’une remise en cause des modèles sociaux pour un réel partage des tâches domestiques, une politique d’entreprise ambitieuse.
SUD-Rail s’implique aussi dans la défense globale des droits des femmes au sein de la société, perpétuellement remis en cause (notamment celui de disposer de son corps sans contrainte).[/important]

La grève des femmes est portée depuis deux ans par un large collectif féministe. Cette action a servi de marchepied aux luttes féministes et à l’émancipation gagnant de plus en plus de femmes. A nous, femmes et hommes, de défendre où que l’on soit, l’action de la grève des femmes, car comme l’ont crié les Toulousaines : « Quand c’est trop, c’est la grrrrrève! »

La fédération SUD‐Rail a déposé un préavis de grève couvrant l’ensemble du personnel du vendredi 07 mars à 20h00 au dimanche 9 mars à 08h00 pour permettre à toutes et tous de faire du 8 Mars un jour d’action en participant aux initiatives qui auront lieu sur tout le territoire.
Le 8 mars, Pour les Droits des femmes, Mobilisons-nous !