Les cheminots s’adressent aux usagers de la SNCF

loi_du_fricLa loi du 4 aout 2014, portant sur la réforme ferroviaire, va profondément transformer le chemin de fer. Cette loi aura des conséquences concrètes sur vos trains et donc sur vos voyages.

Les cheminots ont fait 10 jours de grève au mois de juin contre la mise en place de cette loi, et si nous n’avons pas réussi à vous convaincre en juin, nous tenons à vous donner quelques explications sur ce qui vous attend dans les mois et années à venir.

Si nous devions résumer la philosophie de cette loi nous dirions : La SNCF s’est lourdement endettée afin de financer les lignes TGV, à hauteur de 40 milliards d’Euros. Aujourd’hui pour payer cette dette, la loi propose :
·  D’ouvrir à la concurrence le service public de transport ferroviaire
·  De supprimer des milliers d’emplois à la SNCF
·  De remplacer des trains par des bus
·  De sous-traiter la maintenance des voies

Non à l’augmentaon des tarifs de la SNCF

Au 1er janvier 2015, la SNCF a augmenté ses prix : +2.6% en moyenne. Après une augmentation de 2.8% l’année dernière suite au passage de la TVA intermédiaire de 7% à 10%, c’est donc une nouvelle forte hausse des tarifs que connaitront les usagers. En deux ans cela fait tout de même près de 6% d’augmentation sur le prix des billets de train.

En juin 2014, le gouvernement a fait voter une loi portant réforme du ferroviaire. A l’époque SUD-Rail
avait dénoncé cette loi, notamment son manque de clarification sur le financement de cette réforme.
Quelques mois plus tard les masques tombent : suppressions de postes à la SNCF annoncées dans le
budget 2015, hausse du prix du billet pour les usagers, voilà comment la direction de la SNCF et le
gouvernement veulent solder la future privatisation du chemin de fer.

chasseur_primes_m

Les trains les moins rentables sont remplacés par des bus

Afin de baisser les coûts, la SNCF réinvente la 3ème classe : les bus. Mise en place d’ID-Bus, remplacement de trains de la ligne D entre Corbeil et Melun par des cars à partir de 20h, suppression de trains dans le Morvan au profit de navettes routières. Nous avions la chance d’avoir en France un réseau ferroviaire assez développé, notamment là où seul le service public décide de rester. Ce n’est pas le cas de nombreux pays d’Europe qui ont choisi le bus plutôt que le train. En France il y a 30.000 km de ligne ferroviaire, en GB il n’y en a que 15.000 km, c’est-à-dire à peine la moitié. Afin de faire baisser le coût du ferroviaire, nous allons assister au remplacement par des bus de centaines de trains. Or le service n’est pas le même, la régularité n’est pas la même, la pollution n’est pas non plus la même, sans parler de la sécurité.

villeneuve_140x140

La concurrence: ce sera moins de trains, plus chers, pour un service de moins bon

On nous vend souvent l’ouverture à la concurrence comme le meilleur moyen afin d’améliorer le service, de faire baisser les prix. Ce sera pourtant le contraire : l’offre va baisser et le prix augmenter. Prenons l’exemple de la Grande Bretagne, pays qui a largement ouvert la concurrence des trains. Le prix d’un parcours TGV Londres/Douvres (123km) est de 55 euros, un Paris/Lille en TGV (221km) 35 euros. Pire, aujourd’hui la GB passe par des filiales de la SNCF afin d’assurer son propre trafic ferroviaire… L’ouverture à la concurrence des marchandises en France a fait passer le trafic de marchandises de 50 milliards de T/km en 2003 à 32 milliards de T/km en 2013.
Une étude du Boston Consulting Group a comparé le réseau ferré de 24 pays européens (prix/régularité/performance) : en terme de ponctualité, la France est en deuxième posion juste derrière la Suisse, pour un investissement public par an et par habitant de 222 euros pour la Suisse contre 70 euros pour la France. L’ouverture à la concurrence sera catastrophique pour les voyageurs.

Toujours moins d’agents commerciaux dans les trains

Vous connaissez depuis de nombreuses années les trains sans contrôleur sur les RER. Actuellement, il y en a toujours dans les TGV, les TER et les trains Corail. La SNCF propose aux régions de supprimer ces agents commerciaux dans les trains régionaux. Pourtant, le travail de ces agents ne se limite pas
qu’au contrôle : ils renseignent les voyageurs, assurent une présence humaine et rassurante dans les trains, proposent en cas de retard des solutions aux voyageurs ayant des correspondances. Sur la région Alsace il n’y a plus de contrôleur dans les trains TER, les usagers sont seuls sans agent SNCF à bord des trains. La SNCF expérimente sur l’axe Paris/Beauvais la suppression des Agents de Sureté et de Contrôle des trains. Ce type d’expérimentation se multiplie et s’accélère partout en France.

image2_140x140

Moins de cheminots dans les gares et les trains, c’est aussi moins de service pour les usagers

Afin de payer la dette du ferroviaire, la SNCF a décidé de diminuer ses effectifs commerciaux dans les guichets, chez les agents assurant les renseignements en gare et les contrôleurs.
En gare de Lyon, la plus grande gare TGV d’Europe, et alors que chaque année 35 millions de voyageurs y prennent un TGV (soit cent mille voyageurs par jour), le nombre de guichets grandes lignes va passer de 29 à 22. Parallèlement, la SNCF prévoit 45 millions de voyageurs TGV en gare de Lyon en 2020. Plus d’usagers et moins de guichets, tout est fait afin de pousser les voyageurs à réserver leur trajet par internet. Pourtant le service n’est pas le même. Des milliers de voyageurs, notamment les personnes âgées, n’utiliseront jamais internet afin de réserver un billet. Pour eux ce sera un temps d’attente de plusieurs heures afin d’avoir un être humain et réserver son train.
Il en est de même pour les agents assurant les renseignements en gare. Chaque année, il y a de moins en moins de cheminots présents pour vous informer, pourtant les gares sont toujours plus grandes, les trains toujours plus nombreux, au point que des centaines de voyageurs se retrouvent complètement perdus dans ces gares devenues d’immenses centres commerciaux. Car c’est aussi l’un des objectifs de la SNCF: supprimer les espaces SNCF en gare afin de mettre à la place des magasins, qui payeront à prix d’or le droit d’être en gare. Bientôt il sera plus simple de se faire couper les cheveux, d’acheter un parfum ou un disque, que d’avoir un renseignement sur un train ou d’acheter un billet.

bretigny

Sécurité des circulations, attention danger

Accident de Brétigny sur Orge (7 morts), rattrapage d’un TGV par un TER près de Denguin (une dizaine de blessés), les accidents ferroviaires se multiplient ces dernières années. Sans parler de tous les incidents qui auraient pu avoir de graves conséquences. La semaine dernière un train de banlieue de la ligne A a été aiguillé à plus de 87 km/h sur une voie limitée à 30Km/h, suite à des travaux. Seule la vigilance du conducteur a permis d’éviter une nouvelle catastrophe ferroviaire.
Ces problèmes de sécurité ont pourtant des raisons profondes.
Pour prendre l’exemple de l’accident de Brétigny, la brigade voie qui assure la maintenance de cette zone géographique est passée de 16 agents en 2000… à 8 agents.
Entre 2000 et 2010, l’effectif national assurant la maintenance et le renouvellement des voies a baissé de 15%. Au même moment, vous pouvez d’ailleurs tous vous en rendre compte, les travaux sur les voies ont largement augmenté.
Faire plus de travaux avec beaucoup moins d’agents, et ce en toute sécurité, voilà le problème auquel nous sommes aujourd’hui confrontés.

SUD Rail Paris Sud-Est

GRATUIT
VOIR