Etablissement d’axe TGV Sud Est, nous avons sauvé les meubles…

19 Fév 2018

Appuyez sur “voir en plein écran” pour lire le tract. Ensuite vous pouvez le télécharger (bouton dans la barre du bas). Pour sortir du tract appuyez sur le bouton en bas à droite .

Parce que la création de l’établissement d’axe TGV Sud Est mettra irrémédiablement un frein à la multi-activité de nos et de notre établissement tout en remettant en cause nos parcours professionnels, nous avons eu raison d’essayer de construire une sur tout l’axe TGV afin de s’opposer a ce projet.

Nous avons tenté de nous y opposer dès le mois de décembre pour finalement chuter sur un préavis d’axe de la seule fédération SUD-Rail et un préavis local CGT Paris Sud Est. À partir de là, le rapport de force ne pouvait qu’être limité. Nous le regrettons, car nous sommes persuadés que si tout le monde avait joué le jeu, nous aurions pu les faire reculer sur ce sujet. Cela n’a pas été le cas, il aura donc fallu s’adapter en fonction d’un rapport de force plus faible que prévu, à savoir l’UNSA qui se retire, un préavis CGT reconductible sur PSE et un préavis reconductible SUD-Rail sur l’axe.

Pour autant, malgré les affirmations de la direction comme quoi tout allait rouler comme sur des roulettes, celle-ci a pris contact avec nous dès le mercredi 14 février, car au-delà des phrases rassurantes, cela allait bien être compliqué de prendre son train en gare de Lyon à partir du jeudi 22 février.

Alors, ne nous racontons pas d’histoire, cela n’aurait pas été la du siècle, mais des trains auraient été calés (banlieue, TGV, intercités) rendant le seul WE commun aux trois zones scolaires, vraiment compliqué.

Dans ce contexte là, deux choix s’offraient à nous: négocier sur la base de ce nouveau rapport de force, plus de garanties pour les agents et notamment des engagements dans le temps ou faire avec le risque de ne rien obtenir sur le fond du dossier.

Négocier avec le poids d’un préavis et des DII, cela est bien plus efficace!

Après trois jours de négociations, grâce aux préavis et à vos DII, voilà ce que nous avons obtenu:
• Alors que l’UP PCS et BCY devait être rattaché début janvier 2019, cela se fera en fin 2019 sous condition que celui-ci soit créé bien évidemment.
• Maintien de la charge TER, IC et TN sur 3 ans minimum. En sachant que la charge IC et TER devait quitter notre ET cette année. Donc, maintien d’une charge mixte sur notre ET pendant au moins 3 ans (TA & TB).
• Poursuite de la politique de formation initiale de l’ET privilégiant les formations TA vers TB.
• Garantie de 320 JS TGV ( comprit) au minimum pendant au moins 3 ans. Ce qui évite le chantage à la charge qu’aurait pu faire l’axe contre nous… Etude des montage des JS TB et TA suite à l’arrivée de Ouigo.
• Maintien des parcours professionnels pendant un minimum de 5 ans.
• 1 école TGV par an au minimum pendant 3 ans.
• Maintien des postes sédentaires et GM pendant au moins 3 ans.
• Maintien de l’effectif TA de l’UP Bercy jusqu’à fin 2019
• Pas de création de nouvelles résidences et maintien des résidences actuelles.
• Confirmation du maintien des compétences actuelles dans les futurs roulements ligne D sur le SA 2019

Le reste nous n’en parlons pas car cela faisait déjà parti d’un ancien accord présenté oralement par le DET et refusé, dans un premier temps par les trois OS puis finalement accepté par l’UNSA avec seulement 4 JS en plus…

Il y a une vraie différence entre l’accord de l’UNSA et l’accord SUD-Rail/CGT. Nous sommes cependant convaincus que si l’unité était restée jusqu’au bout, l’accord SUD-Rail/CGT/UNSA aurait été encore meilleur…

SUD-Rail et la CGT remercient tous les collègues qui ont posé leur DII

Dans un contexte où l’on entend de plus en plus de la part de certains agents que la n’est plus efficace, nous venons d’en faire la démonstration inverse ! En effet, grâce au préavis et grâce aux DII, nous avons pu obtenir des garanties importantes en nombre et dans le temps. Certes, nous n’avons pas fait reculer la direction sur le projet de création d’ET TGV S E, mais comment aurions-nous pu le faire sans une massive sur tout l’axe TGV S E. Nous ne sommes pas des magiciens.

Il faut bien comprendre que les syndicats, sans l’intervention des cheminots et notamment en posant des DII ou en faisant ne peuvent pas faire grand-chose. Alors sur ce dossier certains pourront légitimement être déçus mais au regard de ce rapport de force nous pouvons affirmer que nous avons acté de vraies avancées, garanties dans le temps et que cet accord sera envié par bien des ET de France.

SUD-Rail et la CGT n’appellent plus à la à partir du 22 février, nous invitons les agents à se remettre à dispo sur leur journée de service prévue.