Droit de retrait SUD-Rail ira en justice

Du jeudi 17 au dimanche 20 octobre les ADC et ASCT de PSE ont massivement exercé leur droit de retrait.

En effet, le mercredi 16 octobre un AGC percuta un convoi exceptionnel pour s’arrêter 400 mètres après l’impact. Sans contrôleur et sans aucun système d’alerte radio ou lumineux, mis HS suite à la violence du choc, l’ADC fut contraint d’aller, blessé, à la protection d’obstacle, en laissant 70 voyageurs, dont certains blessés, seuls dans un train déraillé.

Face à cela, la direction nationale ne fit aucune proposition, tant en termes de personnels que de modifications du matériel. Sur la région de PSE, deux régio2N ont vu leur système d’alerte radio et lumineux s’inhiber après un accident de personne. Les régio2N et les AGC roulant sur toute notre région, nous avions donc toute légitimé à exercer massivement nos droits de retrait.

Face à ces inquiétudes, la direction fit le pire des choix, celui de la calomnie, en parlant de grève sauvage aux usagers, puis ce fut au tour du premier ministre de menacer les agents, « de sanction disciplinaire » et de « recours juridique ».

Il n’y aura évidement ni l’un ni l’autre sur la région, mais le but était de faire peur afin de casser ce droit de retrait. Aujourd’hui les agents sont en absence irrégulière car c’est « une consigne du national ».

SUD-Rail ira donc aux prud’hommes afin que justice soit rendue et que le droit de retrait soit reconnu.

Dès réception de votre fiche de paie de novembre mettez une copie dans le casier d’un représentant SUD Rail afin de commencer à constituer le dossier.