Elections CSE du 03 décembre 2019

La période des élections est souvent la période où de(fausses) promesses sont faites… ou que des arrangements avec la vérité sont pris. Nous pourrions faire pareil, et expliquer qu’il suffit de voter SUD-Rail pour que tout aille bien. Nous ne le ferons pas.

Avoir des élu-es SUD-Rail, c’est utile !

Durant le dernier (long) mandat, comme lors des mandats précédents, nous avons essayé d’être disponibles quand des collègues nous sollicitaient. Nous les avons accompagnés à chaque fois que c’était possible lors des rendez-vous avec la direction, quel que soit le sujet.

A chaque réunion de délégué-es du personnel, nous avons porté les questions et revendications des collègues, que cela soit sur les remplacements, les conditions de travail, les coefficients, les différentes primes : pour nous, il n’y a pas de « petits » sujets. La délégation SUD-Rail est revenue sur les sujets tant qu’il n’y avait pas de réponse claire ou satisfaisante.

Que ce soit au niveau régional ou national, après chaque réunion à laquelle nous avons participé, nous avons fait un compte-rendu aux salarié-es : c’est normal que les collègues soient au courant des discussions qui les touchent. Quand nous avons des informations qui concernent les salarié-es, nous les partageons : cela évite les rumeurs ou les bruits de couloirs. Ainsi, lors de la longue mise en place des CSE, puis des CASI, nous avons toujours donné les informations que nous avions, en toute transparence.

Parce que le droit du travail est souvent complexe, de nombreux collègues se sont rapproché de notre délégation afin que nous les aidions à faire respecter leurs droits.

  • Parce que nous refusons la partie de ping-pong entre le CER, puis le CASI, et la Commission paritaire, nous mettons la direction face à ses responsabilités, nous n’hésitons pas à interpeller les élus gestionnaires : c’est bien eux qui ont la possibilité d’aller au-delà de la Convention collective, comme pour la Mutuelle. Et nous avons eu raison d’insister : le mois dernier, c’est plus des 2/3 des collègues, aux coefficients les plus bas, qui ont eu 5 points d’augmentation, alors qu’aucune mesure salariale de ce type n’avait jamais pu être obtenue !
  • Parce qu’il n’y a pas que la direction qui a des choses à dire, nous avons aussi formulé des propositions, à partir des discussion avec les collègues, que ce soit sur la reconnaissance des postes, les récupérations, les conditions de travail ou l’organisation des services.
  • Parce que les questions d’hygiène, de sécurité et de condition de travail doivent être une priorité, elles doivent être mieux prise en charge. La mise en place du CSE doit permettre que ces questions soient mieux traitées.

Notre rôle est d’être vigilant-es au quotidien et d’étudier de manière sérieuse chaque situation : Nous avons souvent contraint la direction à reconnaitre ses erreurs et de redonner leurs droits aux collègues.

Lors de la création de SUD- Rail en 1996, à la SNCF et dans les CE, nous avons dû faire face à près de 200 procès, parce que les syndicats installés et la direction demandaient aux juges de nous interdire d’exister ! Nous disions, nous, que ce n’était pas aux juges ni aux employeurs de décider qui peut exister, mais que c’était bien aux salarié-es de décider qui les représentait. Pour nos élections du 3 décembre, la CGT a présenté dans le collège ouvriers/employés une liste qui n’est pas valable, puisque ne respectant l’obligation d’avoir des hommes et des femmes, et elle le sait. Si nous l’avions contesté, cette liste aurait évidemment été refusée par la justice puisque contrevenant à une obligation légale. Cela aurait eu pour conséquence que seul SUD Rail aurait eu des candidat-es dans ce collège… et donc nous aurions été sûr- es d’avoir tous les élu-es. Mais nous avons des principes, et nous les appliquons : SUD-Rail ne conteste pas le droit des syndicats à se présenter, même quand ils ne respectent pas les obligations légales. Pour SUD-Rail, c’est aux salarié-es de choisir pour qui ils/elles votent!

Un « vrai » CSE, c’est utile !

Depuis notre création, nous revendiquons pour les élus du personnel des CE, et maintenant des Casi, l’ensemble des droits que leur donnent le Code du travail, notamment en matière de santé et sécurité au travail, et du droit de regard sur les affaires économiques de l’entreprise. C’était un paradoxe que dans une « entreprise pas comme les autres », gérée par des syndicalistes, nous soyons en dessous de ce que permet la loi.

La mise en place d’un CSE, avec de véritables prérogatives, est l’occasion pour certains de raconter un peu n’importe quoi. Elle coûtera moins de 5 000 euros par an au CASI, alors que son budget est de plus de 3,5 millions d’euros. Quand certains essaient de faire croire que cela va empêcher de faire des activités sociales, c’est juste malhonnête. Qui ne connaît pas d’exemples où 5000 euros ont été dépensés « bêtement » ces dernières années au CER PSE ? Alors que là, il s’agit bien de donner des moyens aux représentant-es du personnel de faire leur travail pour défendre au mieux leurs collègues…

Qu’une autre organisation syndicale pense que les salarié-es des Casi ne méritent pas d’avoir de « vrai-es élus », avec l’ensemble de leurs prérogatives, c’est son opinion… mais cela ne devrait pas l’amener à raconter n’importe quoi pour faire peur aux collègues.
La mise en place d’un CSE ne permettrait plus aux collègues de bénéficier des Activités sociales ? Et pourquoi donc?
Les salarié-es qui travaillent au CSE de la Ratp ou d’Air France, comme à la CCAS d’Edf, ont voté récemment pour élire des « élu-es CSE » (et pourtant ce ne sont pas des CSE gérés par SUD-Rail !) : et vous croyez qu’ils/elles n’auront plus accès aux activités sociales et à la restauration qu’ils/elles organisent ?
Pour nous, c’est pareil. Notre convention collective (article 49) prévoit que nous avons accès aux mêmes activités sociales que les cheminot-es, et ce texte est toujours valable !
Ca ne sert vraiment à rien de faire peur aux collègues… qui vont très vite se rendre compte compte qu’ils/elles ont toujours accès aux activités sociales !

SUD-Rail à la Commission Paritaire, c’est utile !

C’est à la Commission paritaire (instance nationale qui réunit les représentant-es du collège employeurs et des représentant-es des salarié-es) que se discute la valeur du point, la grille des métiers, les questions de mutuelle ou la convention collective.
A chaque réunion de la Commission paritaire, SUD-Rail demande que soient discutés le déblocage de l’ancienneté tout au long de la carrière et l’évolution de la grille des salaires, qui date de près de 20 ans, et qui est complètement dépassée : elle ne tient pas compte de l’évolution de nos métiers et de nos compétences. Le collège employeurs refuse toujours de mettre ce point à l’ordre du jour ! Ces points de notre Convention collective qui doivent être rediscutés, pour tenir compte des évolutions des métiers et de la législation !
Même si cette instance ne se réunit pas assez souvent, il est important que SUD-Rail puisse y faire entendre sa voix et celle des salarié-es. Pour y siéger, et donc donner les informations, il faut obtenir un certain nombre de voix au niveau national ! Alors, chaque voix compte !

Des délégué-es qui ne lâchent rien, c’est utile !

Durant le dernier mandat, nous avons mis plusieurs points en avant, parce que c’est ce qui préoccupe les collègues.

  • La question des salaires reste primordiale pour l’ensemble de nos collègues, parce que la baisse du pouvoir d’achat est une réalité que nous vivons tous et toutes ! Alors oui, quand il s’agit d’exiger le mêmes primes que les cheminot-es, nous le faisons. Et parfois, nous les avons même obtenues dans de meilleures conditions de calcul, comme cette année où les CDD l’ont également touché.
  • Mais mieux que des primes, ce qu’il faut c’est revoir les coefficients, au niveau national si c’est possible, au niveau local autrement. C’est ce que nous avons porté durant tout le mandat, à chaque réunion. Et ça a fini par payer : le mois dernier, 38 collègues ont été augmentés de 5 points : dans la période, 50 euros de plus chaque mois, ce n’est pas rien, et cela n’avait jamais été fait auparavant !
  • Depuis des années, l’effectif de notre « CER » n’a cessé de diminuer, les collègues qui partaient (retraite, licenciement, démission, etc.) n’étaient pas systématiquement remplacé-es, alors que la charge de travail et la qualité des prestations ne diminuaient pas, que ce soit dans les restaurants, les espaces CE, au siège, ou au stade. La délégation SUD-Rail ne s’est pas jamais résignée à ce que nous soyons de moins en moins nombreux/euses ! A chaque réunion, nous avons remis cette question sur le tapis. Là aussi, SUD-Rail a fait bouger les choses : dans la restauration et aux Activités sociales, des embauche ont été actées et vont avoir lieu prochainement : cela permettra de compenser les prochains départs en retraite mais aussi de remplacer certain-es collègues parti-es ces dernières années et qui n’avaient jamais été remplacé-es.
  • Nous avons accompagné les collègues qui le souhaitaient quand ils/elles étaient reçues par la direction, quel que soit le sujet (sanction, rupture conventionnelle, ou autre), et quel-le que soit le/la collègue, sans nous occuper de savoir s’il/elle était « proche de nous » ou pas… Et nous continuerons à le faire !

Coefficients, salaires, sanctions, conditions de travail, non-remplacements, SUD-Rail vous défend !
Nous avons toujours répondu présent-es à vos sollicitations en cas de sanction ou d’injustice. Nous n’avons pas la prétention de tout connaître, mais nous essayons de trouver et de vous apporter la réponse la plus appropriée à vos attentes.

Nos valeurs et nos pratiques sont avant tout révélatrices de notre indépendance par rapport à notre employeur, quel qu’il soit.

Voter SUD-Rail, c’est utile !

Que ce soit pour défendre les revendications collectives, interpeller la direction, porter les réclamations individuelles ou accompagner les collègues lors des entretiens avec la direction, vos collègues délégué-es SUD-Rail sont là chaque jour à vos côtés !
Audiences, interventions, défense individuelle ou collective : SUD-Rail défend vos intérêts !