La grande illusion d’Edouard Philippe !

La grève continue !

La fédération des syndicats SUD-Rail prend acte de la volonté du gouvernement par la voix du premier ministre de mettre en œuvre la réforme universelle à points en maintenant quasiment intégralement le projet initial « Delevoye » pourtant entaché de conflit d’intérêt et sur lequel la justice vient d’ouvrir une enquête.

Le gouvernement confirme l’alignement vers le bas ; nous confirmons la grève !

Nous continuons à refuser la régression sociale que veut imposer le gouvernement Macron à tous les salarié-e-s de ce pays. L’ensemble des syndicats SUD-Rail a décidé de maintenir la grève pendant les congés de fin d’année. Ils mèneront des actions en territoires avec notre Union syndicale Solidaires et d’autres catégories professionnelles. Nous appelons les cheminotes et cheminots à participer, en plus des actions décidées ces prochains jours, à la journée interprofessionnelle de manifestations et de rassemblement le 28 décembre sur tout le territoire.

Comme en 2014 ou en 2018, les alliés de la direction cèdent… pour rien !

Alors même que la fédération UNSA ferroviaire co-signait des communiqués communs et quittait unitairement avec SUD-Rail et la CGT des réunions de négociations de la réforme que voulait engager la direction de la SNCF ; elle négociait en sous-main aucune garantie aux cheminot-es.

La fédération UNSA ferroviaire acte le dispositif de pénibilité prévu dans la loi (inférieur à celui de la SNCF aujourd’hui), accepte le dispositif de transition vers le système par points pour les cheminots actuellement au Statut, accepte la mise en place d’un plan d’épargne retraite d’entreprise par capitalisation, valorise le fait que les indemnités de nuit deviendraient des primes et négocie pour une retraite progressive pour les cadres au forfait- jour. Comme pour les deux réformes ferroviaires de 2014 et 2018, cette nouvelle compromission de l’UNSA Ferroviaire porte nombre de reculs sociaux. La fédération SUD-Rail appelle les adhérent-es de l’UNSA Ferroviaire à continuer la lutte et à rejoindre SUD- Rail/CGT dans les AG pour que leurs voix soient entendues !

Patronat et gouvernement jouent le pourrissement : ils ont tort !

Le gouvernement accepte de discuter sur des critères de pénibilité qu’il a lui-même supprimé. Il fixe des objectifs flous sur le travail des seniors, donne d’une main en reprenant de l’autre en annonçant que les futures avancées devront être financées sans bouger sur le fond de son projet et renvoie à un calendrier de réunions en 2020. Il joue la stratégie du pourrissement face aux grèves massives en cours, notamment dans les transports publics. Sourd aux manifestations historiques des 5, 10 et 17 décembre qui exigeaient le retrait de cette mauvaise réforme, le gouvernement, comme le montre les simulateurs mis en ligne, ne vise qu’à faire travailler les salariés bien au-delà de l’âge de départ prévu aujourd’hui dans des conditions bien moindre.

Nous sommes plus que jamais déterminé-es à faire plier ce gouvernement !