Joyeuses grèves à toutes et à tous !

19 ème jour de grève et la pression ne fait qu’augmenter sur le gouvernement. Celles et ceux, qui veulent nous imposer un nouveau recul social, n’imaginaient sûrement pas que la riposte serait aussi puissante dans le pays. Pour la trêve, demandée devant les caméras par cette classe politique méprisante, il faudra revenir car nous ne nous arrêterons que lorsque le projet de réforme sera abandonné et que nos revendications seront prises en compte pour améliorer le système actuel.

Au programme : grève de Noël et dinde au Macron !

Ce début de semaine a commencé très fort sur l’ensemble du territoire. A la SNCF, ce sont plus de 120 Assemblées Générales qui ont reconduit unanimement le mouvement et des dizaines d’actions interprofessionnelles ont eu lieu avec en-tête les cheminotes et cheminots. Sur Paris, une action « coup de poing » avec les collègues de RATP a lancé un message sans appel au gouvernement : « on ne lâchera rien » !

La tactique du pourrissement du Premier Ministre est un échec, puisque le soutien de la population à celles et ceux qui luttent est toujours bien présent Pour aider le gouvernement, il ne reste plus que quelques médias qui essaient encore de faire croire que les cheminotes et cheminots sont des privilégié.es qui peuvent se permettre de sacrifier un mois de salaire. Sur le terrain, il n’y aura jamais eu autant de repas de Noël autour des gares ou dans les sites ferroviaires que cette année. Cette fin d’année aura un parfum de révolte sociale qui nous permet d’espérer plus que jamais un changement de société !

Le gouvernement a joué toutes ses cartes : il doit retirer son projet !

Le mouvement reconductible à la SNCF, comme dans d’autres secteurs, ne s’arrêtera pas sur des ordres de quiconque : il est décidé à la base dans les Assemblées Générales, par des milliers de grévistes tous les jours. Cette force permet de maintenir l’unité (jeudi dernier par exemple le Bureau fédéral de l’UNSA a été mis en minorité dans les AG) et la cohésion du mouvement. Donc, pour la division syndicale, c’est raté pour cette fois.

Alors que de nombreux/ses salarié-es – dont celles et ceux de l’Education nationale – sont en congés, que la paralysie du système ferroviaire engendre des difficultés compréhensibles pour les usagers durant cette période de vacances, les messages de soutien s’accumulent tous les jours.

Les cheminotes et cheminots ne se retrouvent pas seul-es dans les initiatives prises localement, bien au contraire. Donc pour la division entre les corporations, c’est raté pour cette fois.

La grève est installée dans le pays. Dans le rail, l’auto-organisation des grévistes permet de maintenir le rapport de forces nécessaire pour bloquer les transports. C’est la même situation en Ile-de-France, avec la détermination des collègues de la RATP. Dans la chimie, la situation est montée d’un cran ces dernières heures. Après avoir bloqué les raffineries, c’est l’arrêt total de la production qui est en train de s’organiser avec les grévistes de ce secteur sur plusieurs sites. Donc pour isoler le secteur des transports, c’est raté pour cette fois. Bref, pour le gouvernement ce pourrait bien être raté pour cette fois…

A l’initiative des fédérations CGT et SUD-Rail, le 28 décembre, nous retournons massivement dans la rue !

SUD Rail Paris Sud-Est

GRATUIT
VOIR