LE GOUVERNEMENT N’EST PAS SEREIN, Il tente la division !

Pour tenter d’affaiblir la mobilisation interprofessionnelle portée par les grévistes dans les transports, l’énergie, les raffineries… le gouvernement tente, en catimini, la division sur quelques professions pour les sortir du front de la contestation.

En confirmant que les pilotes, hôtesses et stewards, militaires, policiers, aiguilleurs du ciel, les routiers, les marins ou encore l’opéra de Paris pourront bénéficier de « concessions » sur le projet de régime universel, son espoir est de nous diviser. Ce gouvernement ne comprend pas que nous ne serons pas la génération qui aura sacrifié les suivantes … comme l’ont réaffirmé les salariés de l’Opéra de Paris en refusant « la clause du grand-père ». !

Un système universel qui monte les générations les unes contre les autres !

Un système par répartition repose sur une forte solidarité́ entre les générations. Or, le projet actuel brise ce type de solidarité́ intergénérationnelle en distinguant trois groupes, ceux nés avant 1975 (pour la SNCF les contractuels, 1980 et 1985 pour les statutaires), ceux nés entre 1975 et 2004 (affectés par le nouveau système pour la partie de leur carrière qui a lieu après 2025) et ceux nés après 2004 (nos enfants, entièrement affectés par le nouveau système). On monte ainsi les générations de salarié(e)s les unes contre les autres avec de fortes disparités entre elles !

Un déficit créé pour casser la répartition… et introduire la capitalisation !

Si le déficit se creuse, ce n’est pas parce que les dépenses sont « hors de contrôle », mais parce que les recettes diminuent. On peut dire que ce déficit est créé de toute pièce…

Le gouvernement joue le jeu de la « politique des caisses vides » : cette stratégie consiste à̀ générer d’abord un déficit pour ensuite justifier politiquement une réforme impopulaire, au nom de la «bonne gestion». Cette stratégie est aussi utilisée pour affaiblir voire supprimer de nombreux services publics : la Sécurité́ sociale dans son ensemble, mais aussi les hôpitaux ou encore la SNCF.

L’objectif inavoué de la réforme est clair : la diminution progressive des pensions incitera les français qui le peuvent financièrement à passer à un régime par capitalisation. Comment ne pas le penser lorsqu’on découvre les (nombreux) liens de l’ex Haut-Commissaire à la réforme des retraites avec le monde de l’assurance ou qu’on s’aperçoit que « plusieurs géants américains se positionnent sur les opportunités offertes par la réforme des retraites » (dont la société́ de « gestion d’actifs » BlackRock) et sont reçus en grande pompe par le gouvernement au moment de la loi PACTE qui facilite la création … de fonds d’épargne retraite !

Face à la division, C’est notre force collective qui pèse !

Depuis le 5 décembre, notre mobilisation pèse, les salarié(e)s prennent conscience du hold-up sur nos retraites. Les annonces faites quant à l’exonération de la contre-réforme pour une partie de la population ou encore les mesures spécifiques pour quelques catégories de salarié.es n’auraient pas eu lieu sans nos grèves et manifestations.

C’est le rapport de forces que nous avons créé qui en est la source. Mais dans la réalité que nous vivrons dans quelques années, ces annonces ne seront que du vent et ne résoudront rien !

RENFORCER LA GREVE !

Le gouvernement a décidé de jouer l’usure pour éteindre la grève. Nos actions multiples, dont la dernière journée de mobilisation interprofessionnelle de samedi avec ses dizaines de manifestations et rassemblements auxquels les cheminot-e-s ont largement participé, ont montré qu’il se trompait. D’autres sont prévues d’ici la fin d’année. Les cheminot-e-s et d’autres secteurs sont encore présent-e-s en nombre et le seront encore plus après la période des fêtes !

Profitons de cette période pour remotiver nos collègues qui ont décidé de faire une pause. Organisons-nous entre grévistes pour remettre le « bleu de chauffe » et convaincre nos collègues que nous allons faire plier ce gouvernement…

Organisons-nous pour faire en sorte que la grève se renforce et que le gouvernement plie ! Notre droit de grève reste entier malgré le passage en Sociétés Anonyme au 01 Janvier 2020 !

Nous ne voulons pas des aménagements d’un système injuste, rétrograde et fait pour le seul bénéfice des patrons et des assurances privées ! Nous voulons un système de retraite solidaire, juste, qui prend en compte toutes les spécificités et qui permet à tous et toutes de pouvoir profiter de sa retraite à un âge décent, en bonne santé et avec un niveau de pension suffisant. C’est possible, c’est un choix de société !