Mettons-y toutes nos forces !

Les médias – contrôlés par une dizaine de milliardaires – n’arriveront pas cette fois-ci à manipuler « l’opinion publique ». Après un mois de grève, un sondage réalisé pour Le Figaro et France Info affirme que 75% des sondé-es veulent le retrait du projet ou sa modification et 61% estiment que le mouvement contre la réforme des retraites est justifié. On va peut-être arrêter d’entendre, de la part de la bande à Macron, que cette réforme est attendue par une grande majorité de la population.

Il y en a assez de cette politique faite pour les riches !

Alors que le CAC 40 a bondi de 28% en 2019 (un record depuis vingt ans) et que les grandes fortunes françaises ont progressé de plus de 10% en un an, il est certain que le financement des retraites n’est pas un problème économique, mais bien politique et idéologique. Alors que le gouvernement, avec « le nouveau cycle de discussions » qui commencera mardi, va essayer de changer l’emballage de cette contre-réforme, les vraies motivations de cette attaque sociale restent toujours les mêmes : faire baisser, pour l’ensemble des salarié.es, le montant des pensions et développer un système par capitalisation au profit des grands groupes d’assurance et des fonds de pensions.

En ce début d’année, nous avons une occasion immanquable pour imposer au gouvernement de capituler et retirer son projet de loi. Avant de l’obliger à négocier sur toutes nos revendications : interprofessionnelles, professionnelles, nationales ou locales. La première est que l’âge de départ sans décote passe à 60 ans pour tous et toutes les salarié-es et à 55 ans pour les métiers pénibles. Si c’est vrai qu’on vit plus longtemps, ce n’est pas nécessairement en bonne santé : alors, travailler encore plus longtemps pour enrichir toujours plus de patrons et actionnaires, c’est non !

Une multiplication d’appels à la grève avant l’explosion sociale !

Ces dernières heures, les appels à la grève s’accumulent dans plusieurs secteurs, avec une forte montée en pression à partir du 9 janvier ; au-delà de la SNCF, de la RATP, de l’Opéra, etc. Dans l’aérien, ce sont 6 syndicats qui appellent à la grève cette semaine. Dans la branche des déchets, un préavis national et reconductible est lancé. Dans les transports urbains, des initiatives sont prises dans plusieurs villes et/ou réseaux ; c’est encourageant et cela doit être généralisé de partout. Dès mardi, un durcissement aura lieu dans les raffineries, terminaux pétroliers et dépôts avec des blocages des installations pétrolières. Les ports vont être bloqués également. La mobilisation va reprendre dans l’Education nationale avec la tenue d’Assemblées Générales dans les établissements.

La généralisation de la grève dans le pays doit être un élément central dans toutes les actions de ces prochaines heures.

Nous n’avons pas fait ces sacrifices en décembre pour rien !

Dès lundi, les premières informations nous permettent d’affirmer que le taux de grévistes va remonter à la SNCF. Un nombre important de collègues attend la journée du 9 janvier pour entrer de nouveau dans le conflit. Alors que la grève reconductible a débuté il y a plus d’un mois dans le rail, le doute et les pertes financières se font inévitablement ressentir. C’est bien cette semaine que nous devons taper très fort pour ne pas nous faire voler nos retraites : consacrer encore des journées de grève, se mobiliser dans les AG, renforcer les actions, … pour gagner rapidement !

Notre lutte est belle, notre victoire sera totale !

SUD Rail Paris Sud-Est

GRATUIT
VOIR