1,7 million de manifestant-es, la mobilisation ne faiblit pas !

En attendant la nouvelle journée de manifestations interprofessionnelles prévue ce samedi 11 Janvier, ce sont des foules de salarié-es, retraité-es, chomeurs/ses, ont envahi les rues dans plus de 210 villes ce jeudi : 370 000 à Paris, 220 000 à Marseille, 120 000 à Toulouse, 35 000 au Havre, 30 000 à Rouen, 27 000 à Lyon, 25 000 à Grenoble, etc.

En plus d’autres corporations qui ont amplifiées les foules de manifestant-es (comme les avocats), des cortèges féministes se sont constitués dans plusieurs villes pour dénoncer les prétendus « avantages » de la réforme pour les femmes.

Le pouvoir politique, avec ses relais médiatiques, a bien du mal à trouver des éléments de langages pour faire croire que la mobilisation baisse après six semaines de mobilisation.

La fédération des syndicats SUD-Rail condamne, une fois de plus, la violence déployée par le gouvernement, dans plusieurs cortèges comme à Paris, Nantes, … Ni la violence policière, ni la violence sociale du gouvernement ne nous ferons reculer.

La rue crie : « On ne lâche rien jusqu’au retrait »

Edouard Philippe est pris à son propre piège avec son chiffon rouge : le rajout de l’âge pivot en plus du système de retraites par points. Le chef du gouvernement, qui voulait sûrement remettre un de ses partenaires sociaux préférés (la CFDT) sur le devant de la scène, ne fait qu’accentuer le bras de fer avec celles et ceux qui produisent la richesse dans ce pays.

Cela fait 37 jours, que des milliers de grévistes, de manifestants et de salarié(e)s réaffirment avec force et sans aucune ambiguïté que le premier verrou à faire sauter est le retrait de ce projet de loi. Le retrait de l’âge pivot dans le projet de loi n’arrêtera pas ce conflit interprofessionnel. Le Premier Ministre est plus que jamais dans l’impasse alors que même dans son camp et parmi le patronat, quelques voix divergentes commencent à se faire entendre.

Nous resterons debout jusqu’à la victoire !

Alors que nous commençons la sixième semaine de ce conflit, les cheminotes et cheminots sont très massivement revenus dans la grève ce jeudi. La direction SNCF a de plus en plus de mal à communiquer sur les plans de transport. Les messages, demandant aux voyageurs/ses, « de reporter leur trajet », sont de nouveau utilisés dans la communication de l’entreprise. La mobilisation des cheminot-es dans les jours qui viennent, permettra de faire basculer définitivement l’issue de ce conflit !

Unité syndicale interprofessionnelle pour gagner !

Réunies jeudi soir, les organisations syndicales CGT – FO – Solidaires – FSU – CFE-CGC – MNL – UNEF – UNL appellent le monde du travail et la jeunesse, dès ce vendredi et les jours qui suivent, à poursuivre à renforcer la grève reconductible pour maintenir et augmenter le rapport de forces. En plus du samedi 11 janvier, la très large intersyndicale nationale appelle à des nouvelles journées de grève et de convergence interprofessionnelle les 14, 15, 16 janvier …

Notre révolte sociale doit encore s’amplifier dans la rue dès samedi !

Des actions de reconduction sont déjà prévues dès ce vendredi, au-delà de la SNCF et la RATP, notamment dans l’éducation nationale, la culture, la chimie, … Nous savons que beaucoup de salarié-es d’autres secteurs attendaient cette journée du 9 janvier pour se positionner dans la grève reconductible. Après cette journée, ils ne doivent plus hésiter !