Notre détermination est toujours aussi forte

Alors que notre conflit interprofessionnel va atteindre les cinquante jours de mobilisation, les cheminotes et cheminots ont décidé de reprendre des forces pour taper très fort avec les nombreux secteurs en lutte lors des prochaines journées de manifestations et de grève proposées par l’intersyndicale nationale. Notre corps social a été l’un des fers de lance de ce mouvement historique ; nous avons lancé cette riposte sociale ; il n’est pas question de l’abandonner !

Macron et son gouvernement sont arrivés au point de rupture.

Il était certain que cette classe politique allait payer de plus en plus son arrogance et que sa stratégie du pourrissement engendrerait inévitablement un durcissement du conflit. Les plateaux TV, avec l’appui de nombreux/ses éditorialistes qui ont intérêt à défendre Jupiter, sont les seuls endroits où ministres, députés/sénateurs LREM ne sont pas rattrapés par la réalité de la colère sociale dans le pays. Plus aucun membre du gouvernement ne peut se déplacer dans une administration et/ou un service dépendant de son ministère, sans se faire conspuer, balancer à la figure des outils de travail aussi symboliques que les blouses blanches, les robes d’avocat, les livres scolaires,…

Se croyant intouchable, le Président de la République avait lancé « s’ils cherchent un responsable … qu’ils viennent me chercher » en pleine affaire Benalla ; après avoir ainsi fanfaronné il devrait peut-être moins aller au théâtre. Comme pour la mobilisation des gilets jaunes, la violence policière est l’unique moyen de « faire régner leur loi » mais la légitimité est de notre côté !

Vendredi 24 janvier ; nous serons toutes et tous dans la rue et en grève !

Alors que la réforme des retraites sera présentée vendredi en Conseil des ministres, ce projet de loi est toujours autant indéfendable. Nous sommes bien loin de la justice sociale dont se réclame le gouvernement depuis le 5 décembre. Après Blackrock, c’est le groupe international Axa – spécialisé dans l’assurance et la gestion d’actifs – qui, dans une de ses documentations, évoque très clairement « la baisse programmée des futures pensions » suite à la mise en œuvre de la réforme Delevoye sur les retraites. La période « va être marquée par de profondes modifications sur le marché de la retraite avec de belles opportunités à saisir » indique le directeur Epargne et prévoyance d’Axa France.

Les appels à la grève s’accumulent dans toujours plus de secteurs pour ces prochains jours, soit en reconductible soit lors des temps forts : dans les ports, les raffineries et la chimie, l’énergie, le ramassage et le traitement des déchets, l’agroalimentaire, les collectivités territoriales, les crèches, à Météo France et chez les avocat.e.s, à la Banque de France, à l’Education Nationale, … Si le pays est complètement à l’arrêt le 24 janvier, le gouvernement n’aura pas le choix ; il devra reculer !

Gares mortes, aucun train, des bureaux et brigades vides, …la grève devra être massive à la SNCF en fin de semaine !

Des manifestations aux flambeaux vont se dérouler dans plusieurs villes ce jeudi 23. La fédération SUD-Rail appelle les cheminotes et cheminots à participer massivement à ces initiatives qui réchauffent le cœur des grévistes.

SUD Rail Paris Sud-Est

GRATUIT
VOIR