TMV : Compte rendu CSE 23 JUIN 2020

BERCY

Nous constatons que sur la partie REGIO 2 N , les effectifs du cadre d’organisation 2020 sont loin du compte. En effet la direc-tion sous couvert de difficulté de recrutement a laisser cette équipe en sous effectif depuis de plus de 18 mois. SUD-Rail a déposé une DCI sur tous les sujets BERCY REGIO 2N le 18 juin 2020.

A ce jour, ils ne sont que 6 agents avec de nombreux nouveaux embauchés directement recrutés sur place. La direction s’est enfin engagée à ce que les 8 agents prévus soient mis en place au 15 juillet 2020.
La problématique de la formation est essentielle sur cette UO. En effet, les agents font la totalité des modules sur l’ensemble des spécialités métiers, ce qui demande une bonne connaissance et des compétences importantes.
Sur la partie qualification, SUD-Rail a obtenu de la direction qu’elle revoit son équilibre entre les qualifications B et C.

Sur le CO 2021, il y aura une requalification de poste à C supplémentaire. SUD-Rail a demandé que des nominations sur place aient lieu lors de la NAC 2020 pour montrer un signe de la direction sur l’investissement de ces agents.

SUD-Rail revendique la majoration de la prime de travail sur la période 2019/2020 pour l’ensemble des agents de BERCY. La direction s’y refuse, et nous renvoie vers LA PRIME et sur le versement de la prime de TRAVAUX SALISSANTS oubliés depuis janvier 2019.

La direction se moque de nous !!!! Les agents apprécieront.

PERTE DU STATUT CONTRE REMUNERATION

Depuis le 1er Janvier 2020, la SNCF est devenue une entreprise divisée en 5 SA, ce qui a permis à la SNCF de ne plus embau-cher de nouveaux agents au statut. Et la direction va même encore plus loin car elle propose à certains agents de démission-ner et d’être réembaucher avec un nouveau contrat qui leur fera perdre leur statut mais gagner entre 500 et 700 euros brut /mois sur 12 mois.

En tout cas le DRH du CSE D et R nous a affirmé qu’aucune proposition n’a été faite sur son périmètre.

SUD-Rail appelle les cheminots à ne pas céder « au miroir aux alouettes» .L’argent ne fait pas tout. Pensez à votre avenir. Sans statut, c’est le droit du travail ordinaire avec les risques qui vont avec…….

SUD-Rail conteste cette pratique. Cela met en péril notre régime de retraite et de prévoyance, déjà mis à mal par les diverses réformes. Il ne faut pas que la direction locale ne participe pas à cette casse du statut ( contractuel PS 25 compris).

SALAIRES

SUD-Rail exige toujours l’ouverture d’une table ronde « SALAIRES » pour les 5 SA SNCF. En effet , la direction nationale semble encore trainer les pieds et les annonces de FARANDOU sur le déficit 2020 ne nous ras-sure pas.
Pourtant, il y a urgence car les cheminots n’ont pas eu d’augmentation générale des salaires depuis plus de 6 ans. Pour SUD-Rail il est nécessaire que cela cesse !!!

Le constat depuis des années est que la SNCF fait le choix d’ouvrir « la boite à prime » au lieu de servir l’ensemble des chemi-nots. Les dernières propositions de la SNCF, conforte SUD-Rail dans cette analyse.

Le financement de notre protection sociale et retraite est aussi en jeu. Les agents doivent prendre conscience que les Eléments Variables ne comptent pas pour la re-traite.

La crise COVID 19 a rappelé a bons nombres de cheminots la nécessité d’avoir des salaires de base beaucoup plus éle-vés SUD rail revendique une augmentation de salaire immédiate 300 euros pour tous.

POLE RH

La situation de ce pole devient désastreuse du fait de multiples départs( démissions , fin de contrat). Les cheminots ont besoin d’un pole RH de qualité en nombre et formé pour répondre à leurs questions.

Les projets de mise en plaque des GU et Relation social courant 2020 va encore compliquer les choses. Notre expérience anté-rieure sur la partie GPEC ne nous rassure pas. C’est loin d’être idéal par rapport aux services rendus aux cheminots. La mise en plaque n’a pas vocation à améliorer le service mais juste à optimiser les effectifs.

SUD-Rail veut un pôle RH au plus proche des cheminots et à son service. La digitalisation à outrance a montrer sa limite lors de la crise COVID 19.

EMPLOI

La situation devient de plus en plus compliqué. De nombreuses équipes se retrouvent en sous effectif. Les vacances appro-chent et les activités ferroviaires redeviennent quasi-normales. La période estivale au delà des aléas climatiques va devenir catastrophique. Le Technicentre galère à trouver des nouveaux cheminots.

SUD-Rail a combattu en 2018 la reforme du ferroviaire qui amène les conséquences sur l’emploi que l’on connait aujourd’hui.

En effet malgré les effets d’annonces de la SNCF de recruter 2000 cheminots , combien le sont réellement et de façon pé-rennes dans le temps?

SUD-Rail dénonce cette politique qui ne prend plus en compte les aspirations des cheminots (mutations, changements de métier, ETC…)ce qui oblige certains agents à prendre la décision de nous quitter.

Les efforts que nous faisions tous sur les premières années ne sont plus tolérables du fait que le salaire d’embauche est proche du SMIC. Le pouvoir d’achat des cheminots a régressée depuis des décennies. C’est la conséquence d’une politique d’austérité salariale SNCF. Pourtant la masse salariale n’a jamais été aussi bas sur un prix du billet vendu aux usagers. Le prix du billet s’est envolé sans aucune conséquence sur nos bulletins de salaires.

INTERIM

La direction organise le peu de recrutement via ce système. Cela engraisse les multinationales de la précarité de l’emploi. Le coût pour la SNCF est exorbitant mais là ce n’est pas important.

La maîtrise des coûts est juste un beau discours qui ne s’applique que sur certains aspects dont le TMV connait la ritournelle. ( baisses d’effectif, investissements, etc…)

SUD Rail Paris Sud-Est

GRATUIT
VOIR