Relance du fret, l’Etat prépare un nouveau plan

Juin 21, 2021 | Luttes Sociales

LS-6-bis-21-1

Le ministère des transports vient de sortir un rapport stratégique national pour le développement du fret ferroviaire.
L’objectif est ambitieux car il fixe l’augmentation de la part du ferroviaire dans le Fret de 9% en 2019 à 18% en 2030, soit le double en 10 ans. Il part d’un constat enfin lucide sur l’ouverture à la concurrence du fret. « Cette libéralisation du fret ferroviaire a souffert d’un accompagnement insuffisant au niveau européen. Cette vision trop restreinte, a contribué à l’affaiblissement des acteurs de marché plutôt qu’à la constitution d’acteurs européens robustes, qui aurait sans doute permis au secteur de mieux résister face à la concurrence de la route ».


Quel aveu d’échec pour l’ouverture à la concurrence du Fret et par conséquent pour les tenants de ce choix politique. Cette politique a bien contribué à l’affaiblissement des opérateurs ferroviaires. Nous ne l’aurions pas écrit autrement.


Face à ce constat d’échec le gouvernement va proposer plusieurs mesures afin de doubler la part du Fret dans les transports de marchandises. Certaines vont dans le bon sens…


 Mise en œuvre de la géolocalisation des trains.
 Créer un écolabel pour les transports par train et bateau.
 Prolonger la prise en charge par l’Etat d’une partie de la redevance de circulation. En
effet au deuxième semestre 2020, l’Etat a pris en charge 100% des sillons
des opérateurs de Fret, soit l’équivalent de 63 millions d’euros. Cette
mesure a été prolongé en 2021 à hauteur de 70%, soit 170 millions d’euros.
Il s’agirait aujourd’hui de pérenniser cette mesure.
 Prolongation du dispositif d’aide au wagon isolé et au transport combiné.
 Augmenter l’effort de rénovation des lignes capillaires Fret en 2021 et 2022 en
mobilisant une enveloppe dans le cadre du plan de relance.
…d’autres nous inquiètes franchement.
 Le développement d’un outil informatique pour simplifier les connaissances de lignes
est une dérive dangereuse. Vouloir le substituer aux études de ligne sur le
terrain est une dérive majeure.
 Procéder à une comparaison européenne des règles de sécurité ferroviaires
des grands réseaux, afin d’actualiser les procédures en cas de différences
significatives. C’est clairement un nivellement par le bas de notre règle de sécurité
qui est suggéré dans ce thème.
 Rationnaliser la formation des conducteurs et développer une filière de formation
interentreprise.