Echec de la privatisation de la Gare du Nord… Et c’est tant mieux !

Sep 22, 2021 | Tracts et communiqués divers de la fédération Sud-RAIL

09.2021.SUD_.Rail_.Comm_.Echec_.Privatisation.Gare_.Nord_

Dérapage financier, délais non respectés,
rentabilité non-assurée… La SNCF a donc décidé
de mettre fin à la gabegie du partenariat public
privé censé faire face aux nombreux travaux
(nouveau terminal de départ, agrandissement du
terminal international, nouveaux magasins…), et
c’est tant mieux. Pour rappel, la société « Gare
du Nord 2024 », détenue à 34% par SNCF Gares &
Connexions et 66% par une filiale du groupe
Auchan (Ceetrus) a été créée en février 2019. Elle
devait permettre à la SNCF de faire financer une
partie des travaux de rénovation, en échange

d’une concession de 46 ans pour laquelle la filiale
d’Auchan bénéficiait des redevances des
nouveaux commerces créés dans la gare.
Ceetrus, maitre d’œuvre, était chargée de réaliser
les appels d’offres, laissant SNCF sur la touche
dans les prises de décisions. La somme
initialement proposée était de 900 millions d’euros
dont 389 millions d’euros de travaux. La gare du
nord était donc privatisée en échange de travaux,
le fameux gagnant gagnant des libéraux. Oui mais
voilà, les dérapages financiers ont très vite fait
monter la facture à près de 1,5 Milliards d’euros!!!

Une gare transformée en centre commercial !
Après un débat lors des municipales de mars 2020 et le recours d’un comité d’habitants, le projet, initialement transformé
en gigantesque centre commercial, est modifié en profondeur. Il privilégie les espaces verts, réduit les surfaces accordées
aux magasins, inclut des parcages à vélos et accroît l’espace pour les cheminements. Cette orientation ne plait guère à
Auchan qui doit revoir la rentabilité de son modèle pour lequel elle touche de juteuses redevances sur les commerces. Si

un accord semblait être trouvé, le coût des travaux augmentent alors à 550 millions d’euros. Dès lors, la fédération SUD-
Rail avec les éléments en sa possession conteste le dévoiement des missions premières d’une gare et avertit du risque de

contentieux juridique face à une direction SNCF qui, à l’époque, se veut rassurante.
Eté 2021, les dérapages de trop !
Cette été une nouvelle hausse du prix des travaux fait passer la facture à 759 millions d’euros soit un cout total de 1.5
milliards d’euros pour les seuls travaux qui ne seraient pas finis avant 2026/2027, c’est-à-dire bien après les JO de 2024.
Par ailleurs 25% des voies de surfaces seraient immobilisées pendant la durée des travaux… RER B, RER H, RER K,
Thalys, Eurostar… Les conséquences annoncées sur le trafic ferroviaire, au profit de travaux pharaoniques pour mettre en
place des commerces, sont désastreuses et alarmantes. Face à ce qui ressemble de plus en plus à une catastrophe
industrielle la direction SNCF décide donc de prononcer la déchéance de la concession et de stopper, la privatisation de la
gare du nord. Sans doute, de nombreux contentieux juridiques vont suivre, lesquels pourraient amener la SNCF à verser
des dommages importants à Ceetrus, alors même qu’aucune rénovation d’ampleur n’a été faite en gare du Nord…
La fédération SUD-Rail pointe depuis longtemps les arnaques que représentent les « partenariats
publics privés », qui sont des gouffres d’argent public sur le long terme, à l’image du PPP de LGV
Paris/Bordeaux qui coute 100M€ par an à la SNCF ou de celui du Lyon/Turin qui n’en finit plus de

déraper financièrement pour gagner 45mn entre les deux villes.

La fédération SUD-Rail se félicite de l’échec de la privatisation de la gare du nord et rappelle que les
gares doivent avant tout faciliter la mobilité quotidienne des usagers des transports publics et pas
devenir des centres de consommation. Des investissements seraient préférables pour percer un
deuxième tunnel entre châtelet et la gare du nord, ils profiteraient aux usagers … et non aux grands

groupes commerciaux.