L’unité syndicale fait gagner des luttes !

Nov 2, 2021 | Tracts et communiqués divers de la fédération Sud-RAIL

09.2021.SUD_.Rail_.Tract_.unite_.action.17.Nov_.NAO_.vf_

Ces dernières semaines, localement dans le
groupe SNCF ou dans les transports Urbains, des
luttes ont eu lieu. Le point commun de ces luttes
qui ont permis de gagner des droits pour les
salarié-e-s, même si les circonstances sont
différentes, est la construction d’une unité
syndicale de lutte et de terrain. La de l’axe
Atlantique, des conflits locaux, la grève
d’IDF lancée par SUD/Solidaires et rejoint par
d’autres organisations ont permis de montrer que

l’unité d’action permet de mobiliser les salarié-e-s et
de construire un rapport de force gagnant face au
patronat.
Notre syndicalisme œuvre toujours pour la
construction de l’unité des salarié-e-s, sans préjugés
et avec un seul but, faire reculer le patronat et gagner
des droits. Face à des enjeux cruciaux pour les
travailleurs et les travailleuses du rail, le temps ne doit
pas être à la division syndicale dans le ferroviaire.
Face à la crise sociale, à l’augmentation des prix de l’énergie, de l’essence, des
produits alimentaires… et après 7 ans de gel des rémunérations, il nous faut
revendiquer et agir, dans l’unité, pour une hausse significative des salaires à la
SNCF ! Pas de salaire en dessous de 1800 euros net et + 400 euros pour

toutes et tous !

La direction a programmé une réunion « Négociations salariales » le 17
Novembre. Dans le cadre de cette table ronde, SUD-Rail ira porter les
revendications des cheminot-e-s :
• Une augmentation générale en somme uniforme pour tous, statutaires et
contractuel-le-s
• Une reconnaissance du travail effectué pendant la période covid,
• Une augmentation de l’ensemble des traitements de base de l’exécution
qui sont aujourd’hui sous le SMIC pour porter le salaire minimum à 1800€
• Une revalorisation de l’ensemble des primes de travail ainsi que des
éléments variables de solde qui doivent a minima suivre l’inflation.
En 2018, nos salaires représentaient 40 % du chiffre d’affaires de la SNCF.
C’était 44,7 % en 2012… 51,3 % en 2000… et 78,5% en 1980.
Les cheminot-e-s sont fondé-e-s à revendiquer une part plus grande de

la richesse produite par leur travail.

Pour leur salaire, pour leur avenir, les cheminot-e-s méritent mieux que le sectarisme ou la
course aux voix dans le cadre des prochaines élections professionnelles.

Dans le but de construire une démarche unitaire en vue de la table ronde salaires qui se tiendra
le 17 Novembre, la fédération SUD-Rail va inviter l’ensemble des organisations syndicales à se

réunir pour décider d’une unité d’action !