Communité Unitaire journée internationale des droits des femmes 8 mars 2022

21 Fév 2022

Appuyez sur “voir en plein écran” pour lire le tract. Ensuite vous pouvez le télécharger (bouton dans la barre du bas). Pour sortir du tract appuyez sur le bouton en bas à droite .

Communique-unitaire-8-mars-22

Depuis maintenant 50 ans, après des décennies de luttes, une première loi sur l’égalité salariale
voyait le jour et imposait non seulement un salaire égal pour un travail égal, mais aussi un salaire
égal pour un travail de valeur égale. Pour autant la loi n’étant pas contraignante, aujourd’hui elle
n’est toujours pas appliquée et les employeurs poursuivent la envers les femmes.
Les femmes gagnent toujours en moyenne 28,7% de moins que les hommes

Dernière hypocrisie, l’index égalité salariale mis en place par le gouvernement, par lequel, 90%
des entreprises ont obtenu une bonne note, les exonérant de sanction et d’appliquer la loi. De
plus cet index ne permet aucune transparence mettant les syndicats et l’inspection du travail
dans l’incapacité de vérifier le calcul de l’employeur.
A l’occasion du 8 mars, Journée Internationale de lutte pour le droit des femmes, les Unions
Régionales Ile de France CGT – FSU- Solidaires appellent à une féministe pour exiger
l’égalité, au travail comme dans la vie et réaffirment l’exigence de :

  • La revalorisation des métiers féminisés
  • La fin des temps partiels imposés et de la précarité
  • La même durée pour le congé paternité / maternité post naissance pour une coparentalité
    réelle
  • Des jours enfants malades rémunérés, y compris pour les salarié.e.s en
  • La réduction du temps de travail pour permettre à toutes et tous de travailler en ayant du
    temps pour ses proches et pour soi,
  • La mise en place d’un service public d’accueil de la petite enfance et de prise en charge
    des personnes en perte d’autonomie. Pas question de spéculer sur nos proches !
    Pour mettre fin aux violences et sexisme au travail, dont sont victimes les femmes, qu’elles soient
    ouvrières, employées ou cadres, et qui ont pour conséquence de remettre en cause leur
    professionnalisme, de leur assigner une position d’infériorité, des tâches subalternes. Trop
    souvent, c’est la victime qui est sanctionnée, déplacée ou licenciée, pas l’agresseur.
    Les Unions Régionales Ile de France CGT – FSU- Solidaires, exigent :
  • Des sanctions pour toutes les entreprises qui n’ont pas de plan de prévention ni de dispositif
    interne de signalement
  • La formation de tous les RH, manageurs, représentant.e.s du personnel, et la sensibilisation de
    tous les salarié.e.s
  • La protection des victimes, y compris de violences conjugales : interdiction de licenciement, droits
    à absences rémunérées, à mobilité géographique ou fonctionnelle
  • Augmentation du nombre de référent.e.s harcèlement/violence et de leurs moyens
    Le 8 mars, les Unions Régionales Île-de-France CGT – FSU – Solidaires appellent à la grève, et à
    manifester à partir de 13h30 à Gare du Nord.
    Les Unions Régionales Île-de-France CGT – FSU – Solidaires appellent à poursuivre la
    mobilisation du 8 mars, pour agir sur les revendications salariales prioritaire pour
    l’augmentation des salaires, des rémunération, des pensions et minima sociaux en préparant
    d’ores et déjà, partout sur les lieux de travail et de vie, avec les salarié.e.s, retraité.e.s et privé
    d’emploi, la journée de mobilisation unitaire du 17 mars prochain.

Montreuil, le 17 février 2022