CSE axe TGV Sud-Est : Sud-Ax’tion – Septembre 2019

A l’approche de 2020 et de l’ouverture à la concurrence, les dirigeants SNCF ne sont pas à la hauteur ! Les dossiers traités lors de cette séance plénière l’ont confirmé !


Pour affronter la concurrence, la direction SNCF multiplie les mauvais choix !

Alors que la direction tente de nous rassurer en instance sur la robustesse de la SNCF face à l’arrivée de la concurrence sur le ton du« même pas peur… », la réalité du terrain nous inquiéte au plus haut point !

Sur l’axe Paris-Lyon-Milan, l’arrivée de la société Trenitalia est très avancée puisqu’elle fait homologuer sa rame TGV le 2 octobre sur le Technicentre du Landy et elle a déjà annoncé les sillons sur lesquels elle souhaite se positionner. L’inquiétude est légitime lorsque l’on compare les prestations offertes aux usagers.

Les rames Réseau dédiées utilisées par la SNCF sur cette relation sont au nombre de 6 (dont 1 contenait de l’amiante il y a encore quelques semaines) ; elles datent des années 90 et sont déjà à bout de souffle (pannes, problèmes récurrents sur ce matériel : batteries, climatisations, habillages, toilettes, etc…) et la SNCF n’a pas prévu leur remplacement avant 2027.

Les rames de Trenitalia, elles, sont flambants neuves et offrent un confort incomparable. Ajoutons à cela, un temps de trajet plus court de 3/4 d’heure et nous voyons réellement le niveau de robustesse que nos dirigeants mettent en avant !

Pour SUD-Rail, la sécurité ferroviaire, les conditions de travail des salariés, le service rendu aux usagers sont les vraies priorités et la concurrence n’est pas la meilleure manière de répondre à ces exigences là . SUD-Rail a toujours dénoncé le rôle joué par les dirigeants SNCF qui ont poussé pour que l’ouverture à la concurrence se fasse et jouer ainsi au cheminopoly mais il est édifiant de voir l’amateurisme de ces mêmes dirigeants pour relever le défi !


Languedoc-Roussillon…Une région à l’abandon !

Contrôleurs et Conducteurs TGV de Nîmes transférés vers Montpellier, Réduction voire Fermeture d’Espaces de Vente et boutiques, SNCF Voyages semble retirer ses billes de la région Languedoc-Roussillon. La SNCF compte-t-elle affronter la concurrence sans cheminots ?

Les différentes organisations syndicales ont pointé les multiples conséquences des choix de la direction (recul du service rendu aux usagers, dégradation des conditions de travail, réduction d’effectifs), Et les réponses faites en séance ne convainquent personne !


De l’amiante… encore et toujours !

En août, de l’amiante a été découverte dans une cheminée de disjoncteur d’une rame TGV. SUD-Rail juge particulièrement scandaleux que la direction n’ait informé personne et pris aucune mesure pour protéger les cheminots du matériel intervenant sur le coffre contenant cette pièce entre le moment où l’alerte a été donnée début août et la confirmation mi-août, après analyse, que la pièce était bien amiantée ! 22 ans après l’interdiction totale de l’amiante, les cheminots y sont toujours exposés et la direction SNCF ne réagit que quand nous l’y contraignons…c’est particulièrement grave !


Modifications des autorisations de départ, le grand n’importe quoi !

Sous prétexte d’une mise en conformité européenne des processus de départ des trains au 15 décembre, la direction SNCF en profite pour supprimer de nombreuses missions des agents d’escale et par conséquent des emplois, et pour retirer le rôle sécurité que jouait l’ASCT dans ces procédures de départ. Ce choix réduit donc considérablement le nombre de maillons sur la chaîne sécurité ainsi que les différentes boucles de rattrapages.

Alors que le sujet n’a pas été traité en CSE, ni en réunion RPX sur l’ET TGV SE, la direction a commencé à former les conducteurs. Nous ne pouvons que constater que la sécurité des circulations n’est plus du tout la priorité de la direction. En effet au vu des retours, cette formation est incomplète, de nombreuses questions restent sans réponses, les documents réglementaires fournis sont en version « Projet ». Les Consignes Locales d’Exploitation (CLE), documents qui fixent les règles de départ dans chaque gare ne sont pas toutes terminées. Pour couronner le tout, les conducteurs sont validés automatiquement à la fin de cette formation : il faut absolument que les trains roulent après le 15 décembre ! SUD-Rail demande que les formations soient stoppées et que ce dossier soit repris à zéro !


Réorganisation au RCAD de Chambéry

Sans avoir rien présenté à aucune instance représentative du personnel, la direction s’est permis d’annoncer le 25 septembre lors d’une réunion d’équipe la prochaine réorganisation du RCAD de Chambéry.

En résumé, 10 agents qui traitaient les réclamations (le service clientèle) voient leurs missions purement et simplement supprimées et ces agents rejoindraient les 17 autres agents du RCAD pour assurer le service téléphonique 3635. C’est tout bonnement un changement de métier qui leur est annoncé !

SUD-Rail a réagi immédiatement en déclenchant une demande de CSE extraordinaire pour obtenir tous les éléments liés à ce dossier et recadrer la direction sur ces pratiques cavalières qui engendrent de la souffrance ainsi qu’une forte inquiétude chez les agents concernés.


Contractuels… le RH 254 disparaît ! Et après ?

La direction annonce que le RH254 qui fixe les droits des Contractuels à la SNCF disparaît au 1er janvier 2020 sans être capable de préciser quel texte s’appliquera ensuite aux contractuels !

Pour SUD-Rail, c’est a la fois inquiétant mais également scandaleux ! Tout semble être géré à la voile actuellement à la SNCF !


Les cheminots paient au prix fort la déshumanisation de la gare de Marseille St Charles !

La direction continue de supprimer des postes sans se soucier des conséquences désastreuses que cela engendre. L’une d’entre elles est la dégradation de la sûreté : en effet des agressions violentes se succèdent actuellement en gare de Marseille St Charles et celles-ci sont clairement la conséquence des choix de la direction.

Plus largement sur l’ESV TGV PACA, la situation des cheminots sédentaires est aujourd’hui catastrophique. Elle est le résultat de suppressions de postes massives et de réorganisations en continu, qui cassent les collectifs de travail et les métiers, et imposent une ultra-polyvalence.

Cette politiqué irresponsable engendre une souffrance au travail qui est désormais une dimension incontournable de notre activité professionnelle. De très nombreux cheminots sont en effet au bord de l’épuisement professionnel, dans l’incapacité de trouver du sens à leur travail et de se projeter dans le futur. Cette situation est d’autant plus grave que la direction de l’entreprise ne prend pas en compte cette réalité , mais pire que ça , elle entend intensifier sa politique !

Face à cette situation et pour stopper la direction, SUD-Rail prépare une mobilisation sur PACA. Mais ce n’est pas tout, la délégation SUD-Rail au CSE pousse pour qu’une expertise indépendante pour risque grave au vue de l’état de souffrance des agents soit votée en plénière ! A suivre…