TSEE : Faut-il zapper les chaînes ?

Nous avons demandé à être reçus en audience par la direction au sujet de la chaîne Transilien de Villeneuve-Saint-Georges.

Petit rappel, à la SNCF après des années de suppression de postes et de destruction de l’emploi, la direction est arrivée au bout de la méthode.

Comment continuer à récupérer de l’argent sur les effectifs en tentant de sortir encore un peu de production ?

Notre direction y travaille, elle a tenté les heures supplémentaires et les astreintes (c’est forcément limité), la polyvalence, les travailleurs précaires (le TSEE emploie des intérimaires).

Nos têtes pensantes ont donc eu une « nouvelle bonne » idée, au lieu de répartir la charge entre les technicentres, une partie du boulot n’est pas distribuée et la direction du Matériel va créer des « Chaînes Spécialisées » pour faire ce boulot.

En procédant ainsi, nos dirigeants profitent du fait que chacun de ces travaux ait une date de fin, pour ne pas pérenniser les emplois créés.

On utilise alors dans ces « ateliers clandestins itinérants » allègrement des emplois précaires, des cheminots détachés de Technicentre en « baisse de charge » et des volontaires de l’établissement receveur.

Ironie du sort, la baisse de charge des TI est en partie liée au transfert de certains travaux vers les chaînes.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous accueillons 2 chaînes au TSEE, à Conflans pour des travaux d’aménagement intérieur, laboratoire de la précarité, et à Villeneuve pour Transilien.

Sur PC, la chaîne confort est un des secteurs où notre délégation est le plus intervenue ces derniers mois ( explosion de la précarité avec plus des 2/3 des agents en intérim, manque de matériel pour bosser, difficulté avec l’ancien DPX qui dans son cursus d’attaché cadre avait une vision très personnelle de la notion de management…).
Les agents du secteur et les intérimaires ont débrayé toute une nuit pour montrer leur mécontentement. Le DPX a été remplacé depuis fin aout, la situation devrait donc s’apaiser.

Sur Villeneuve, à la chaîne transilien, ce sont des collègues d’Hellemmes surtout, et de Saint Pierre des corps à qui on a promis monts et merveilles pour les attirer ici, qui œuvrent.

Les promesses ont parfois du mal à se concrétiser dans notre belle entreprise, après notre intervention au printemps, les collègues avaient réussi à percevoir leurs salaires (jusque-là tronqués), et ont été relogés à l’hôtel.

Des problèmes persistent nous sommes donc réintervenus pour que la direction tienne les promesses qui avaient été faites aux agents. Suite à cette audience, la direction accepte:

  • l’octroi de la prime de 400 euros promise depuis 6 mois (le versement est programmé sur la paie de septembre pour les premiers agents arrivés).
  • L’attribution de la prime de travaux salissants au même titre que leurs collègues appartenant au TSEE avec un effet rétro actif depuis l’arrivée sur le TSEE.

SUD-Rail prend acte de ces quelques évolutions mais de nombreux problèmes persistent au sujet des horaires de travail, de la durée du travail…

Voilà à quoi pourra ressembler la SNCF de demain, la Direction du Matériel ayant décidé de multiplier les chaînes, nous devons nous opposer à ça fortement en refusant de nous porter volontaires par exemple, et collectivement en étant vigilants à la situation des salariés qui y travaillent.