SUD-Rail signe l’accord en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés 2022-2024

1 Fév 2022

Appuyez sur “voir en plein écran” pour lire le tract. Ensuite vous pouvez le télécharger (bouton dans la barre du bas). Pour sortir du tract appuyez sur le bouton en bas à droite .

02.2022.SUD_.Rail_.Tract_.signature.Accord.TH_

Pour SUD-Rail l’insertion en milieu ordinaire du travail des personnes en situation de handicap
et l’acceptation des « différences » restent une préoccupation permanente, un combat contre
toutes les formes de discriminations. Cette préoccupation doit animer chacun·e d’entre nous
dans une réflexion bien au-delà du seul cadre de l’entreprise. C’est dans cet esprit que nous
avons toujours œuvré et assumé nos signatures et non-signatures dans les accords collectifs
successifs proposés par la SNCF pour l’embauche des travailleurs handicapés.
Pour SUD-Rail il ne peut y avoir deux poids / deux mesures, c’est pourquoi nous plaçons sur un
plan similaire de vigilance, le maintien dans l’emploi des agents devenus médicalement inaptes
à leur poste de travail, et les autres agents.

C’est pour ces raisons de manque d’intégration que la
Fédération SUD-Rail n’avait pas signé le précédent accord. Il
ne suffit pas d’un texte, a priori volontariste sur les recrutements
de travailleur·euse·s handicapé·e·s, abordant assez de sujets
et d’aspects que peuvent rencontrer les victimes du travail
(maladie professionnelle, accidents du travail) et les agents
atteints de maladie invalidantes, pour penser que tout est réglé.
En effet, comme pour bon nombre d’accords, il y a toujours un
gouffre béant entre les directives nationales et le quotidien des

travailleur·euse·s handicapé-e-s…
Cet accord n’est pas un blanc-seing pour la direction.
Nous resterons vigilants quand les projets d’entreprise « Tous SNCF » ou le « SNCF Humain » ne concernent
qu’une minorité décideuse du quotidien des salarié·e·s. Par expérience, les engagements, tant de la DRH groupe
que des sociétés, ne nous convaincront que si des traductions concrètes se manifestent en proximité à l’égard
des travailleurs et travailleuses handicapé-e-s. Conserver l’aspect transverse, et ne pas laisser la main mise
complète aux branches et domaines de chaque société, sont les 2 axes complémentaires et indispensables pour
la réussite du nouvel accord en faveur de l’emploi des du Groupe Public Ferroviaire
2022-2024.
SUD-Rail sera particulièrement vigilant !!
Elle le sera d’autant plus que les recrutements envisagés ne sont pas à la hauteur d’une volonté forte de faire
du Groupe Public Ferroviaire une entreprise de l’égalité des chances. C’est aussi valable pour le manque de
moyens et de solutions apportées aux aidants·e·s ainsi que le manque d’ambition du programme « Hantrain ».
Il en va de même pour l’alternance qui doit déboucher sur des recrutements pour celles et ceux qui le souhaitent.

La reconnaissance de la qualité de travailleur·euse handicapé·e
(RQTH) doit donner une plus grande protection à l’agent concerné.
De même, nous veillerons, comme la direction s’y est engagée, à ce que les agents devenus inaptes, comme
pour celles et ceux en RQTH ou recruté·e·s comme travailleur·euse·s handicapé·e·s, ne soient pas
discriminé·e·s lors des exercices de notation et ne connaissent pas un déroulement de carrière moindre. Sur le
traitement de l’inaptitude et l’obligation de reclassement, là encore nous pourrons juger assez rapidement de la
volonté des un-e-s et des autres pour débloquer les moyens nécessaires pour une parfaite adaptation des postes
de travail aux salarié·e·s, d’autant que de plus en plus d’agents doivent endurer les effets néfastes des
différentes réformes des retraites.
La Fédération SUD-Rail veillera à la tenue systématique des commissions de maintien dans l’emploi
(CME) au sein des établissements avant tout transfert d’un dossier vers les agences territoriales
mobilité (ATM). Nous serons là aussi excessivement vigilants sur ce point, qui est à nos yeux
absolument pas négociable, tout comme la prise en compte et le traitement de la lourdeur du handicap.
Lors des tables rondes la fédération SUD-Rail a
demandé et obtenu une journée de congé
supplémentaire pour le demandeur auprès de la MDPH
(maison départementale des personnes handicapées)
mais aussi le paiement intégral d’appareil auditifs par la
mission handicap « accord » et aussi une
communication au profit des salariés (mesures et
dispositifs légaux).
Recruter un·e travailleur·euse handicapé·e est aussi
pour l’entreprise adapter son organisation du travail et
accepter que ces travailleur·euse·s n’aient peut-être
pas la même facilité à réaliser toutes les tâches. C’est
donner les moyens à ces travailleur·euse·s de pouvoir
réaliser un travail dans des conditions, peut être différentes de celles de la majorité de leurs collègues, mais
en n’oubliant jamais qu’améliorer l’organisation et l’aménagement du travail est très souvent profitable à
tout le collectif de travail.

SUD-Rail saura lors des comités de suivi mais
aussi au quotidien, rappeler à la direction ses
engagements à l’égard des travailleurs et
travailleuses en situation de handicap si ceux-ci
ne sont pas respectés. La signature d’un accord
engage notre Fédération et nos militant·e·s, aussi
veillerons-nous à ce que la signature de la
direction ne soit pas seulement virtuelle !